«Quel mode de scrutin pour quelle carte politique au Maroc ?» : Thème d¹une tabl

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 28 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    «Quel mode de scrutin pour quelle carte politique au Maroc ?» : Thème d¹une table ronde à Rabat

    «Quel mode de scrutin pour quelle carte politique au Maroc» a été le thème d¹une table ronde organisée, jeudi à Rabat, par la Chabiba du Parti Al Ahd.

    Lors de cette rencontre, M. Miloud Belqadi, enseignant à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Agdal-Rabat, a indiqué que la problématique du mode de scrutin est à appréhender sous deux aspects, l¹un d¹ordre technique et l¹autre politique, estimant que cette question ainsi que celle du découpage électoral constituent la base d¹établissement d¹une carte politique équilibrée.


    A la question de savoir si le mode de scrutin qui sera choisi est susceptible de faire sortir le paysage partisan marocain de la situation de balkanisation et de garantir une forte participation politique, M. Belqadi a souligné qu¹il existe plusieurs conditions qui doivent être prises en compte par l¹Etat et les partis avant le choix du mode de scrutin.

    Ces conditions doivent garantir la mise en place d¹une institution législative crédible, la transparence de la consultation, la consolidation du poids des pouvoirs exécutif et législatif et la naissance d¹une opposition parlementaire capable d¹animer le paysage politique et de contrôler l¹action gouvernementale.

    Le conférencier a relevé la présence de deux positions au sein de l¹actuelle majorité gouvernementale. La première penche pour le choix du mode de scrutin de liste au plus fort reste, alors que la deuxième plaide pour un mode de scrutin uninominal à la proportionnelle, notant l¹existence d¹une troisième option relative à la conciliation des deux modes.

    Evoquant les problèmes naissant du découpage électoral, le conférencier a indiqué qu¹ils sont liés à plusieurs enjeux d¹ordre interne et externe, notamment la présence féminine dans les instances élues, la capacité des partis à couvrir l¹ensemble des circonscriptions électorales, insistant sur la nécessité de réviser ce découpage en prenant en compte l¹approche représentative.

    Il a également mis l¹accent sur la nécessité de renforcer les partis, d¹établir une carte partisane non balkanisée, de réunir les conditions idoines pour le déroulement d¹élections transparentes et d¹impliquer les médias et les citoyens pour la réalisation de cet objectif.


    (MAP)
     

Partager cette page