أغماني: معدل البطالة بلغ 8ر9 بالمائة خلال الفصل الثالث من سنة

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 15 Décembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    قال وزير التشغيل والتكوين المهني السيد جمال أغماني، اليوم الثلاثاء، إنه تم تسجيل استمرار في تراجع معدل البطالة خلال الفصل الثالث من سنة 2009 حيث بلغ 8ر9 بالمائة، مقابل 9ر9 بالمائة خلال نفس الفترة من السنة الماضية، وذلك حسب آخر الإحصائيات التي قامت بها المندوبية السامية للتخطيط.

    وأوضح السيد أغماني في معرض رده على سؤال شفوي حول "ظاهرة البطالة"، تقدم به الفريق الحركي بمجلس المستشارين، أن تدخل الدولة سمح من الحد من تداعيات آثار الأزمة المالية العالمية على بعض القطاعات المصدرة، وذلك من خلال ما خصص من دعم للمقاولات المتضررة.

    وأضاف، في نفس السياق، أن الدولة تحملت نفقات التكوين المستمر وذلك بانخراط 106 مقاولة من بينها 54 مقاولة شرعت في تكوين أجرائها بمساهمة مالية تقدر ب 14 مليون درهم، وقيمة الاشتراكات في الضمان الاجتماعي لفائدة 441 مقاولة بغلاف مالي قدره 352 مليون درهم مما سمح بالحفاظ على الحقوق الاجتماعية للأجراء (عدد الأجراء المعنيين 111 ألف و725 أجيرة وأجير).

    وبخصوص الإجراءات المتخذة لتشجيع القطاع الخاص على معالجة مشكل البطالة، أبرز السيد أغماني، أن الدولة إلى جانب التحفيزات والتشجيعات الممنوحة ومخططات العمل التي همت قطاعات السياحة والصناعة والفلاحة والصناعة التقليدية، فإنها تضع رهن إشارة هذا القطاع مجموعة من الوسائل والآليات من أهمها برنامجي "إدماج" و"تأهيل".

    وذكر الوزير بالدراسات الاستكشافية التي أنجزتها الوكالة الوطنية للتشغيل والكفاءات بمجموعة من الجهات بغية الوقوف على قدراتها في ما يخص فرص التشغيل والتي مكنت في 6 جهات من رصد 93 ألف فرصة عمل في أفق سنة 2010-2011 في قطاعات مثل الخدمات، الصناعة، التجارة، الخدمات عن بعد، البناء، الأشغال العمومية والسياحة.




    http://www.map.ma/mapar/social/6276...644-62764462b62764462b-645646-633646629-2009/
     
  2. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    je sais pas had les statistiques merdiques.
    9% de chomage c est a dire qu on a pas de probleme ( c est une bonne chose )
    des parole des paroles et encore des paroles

    Je prend le cas de Safi : 50% makhadamche. ( hadou ils se foutent de nous )
     
  3. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    je suppose que ces stats concernent uniquement les chommeurs enregistrés à l'ANAPEC .
     
  4. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    Combien de personne connait l ANAPEC??
     
  5. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le taux de chômage maintenu au-dessous de la barre de 10% : Gare aux emplois à faible

    [​IMG]
    Difficile d'y croire, sans doute, mais il faut bien admettre qu'officiellement, le taux de chômage reste maintenu au dessous de la barre de 10%. Au fil des ans, l'employabilité retrouve une certaine vigueur, tirée essentiellement par les secteurs des BTP et des Services. Selon le HCP (Haut commissariat au Plan), le taux de chômage s'est établi à 9,8% au troisième trimestre 2009, contre 9,9% durant la période correspondante de 2008.
    Sur un an, 34.000 postes d'emplois ont été créés et le volume global de l'emploi est ainsi passé de 10.175.000 à 10.209.000 emplois. Un léger mieux, convenons-en, en cette période de crise économique mondiale où la croissance de l'économie nationale est rendue possible uniquement par la demande intérieure. Le premier statisticien du pays précise, par ailleurs, que « les secteurs des BTP et des Services ont été à l'origine de la totalité des emplois nouveaux (72.400 emplois créés). Les autres secteurs ont connu, en revanche, une perte d'emplois qui a atteint plus de 107.200 postes».
    Il faut bien admettre, aussi, que ce taux, au-delà de la pertinence des statistiques officielles, a mérité les louanges des observateurs et économistes étrangers, tant il est vrai que nos partenaires européens, fortement impactés par la crise économique mondiale, connaissent une envolée vraiment alarmante du chômage (cas de l'Espagne, de l'Italie, de la Grèce mais aussi des Etats-Unis d'Amérique, etc.).
    Certes, par rapport aux mesures prises par les pouvoirs publics, dans le cadre du projet de la loi de Finances 2010, la croissance économique, la réduction du chômage et la maîtrise des finances publiques demeurent au cœur des préoccupations. Cependant, il convient de noter que les perspectives demeurent incertaines. La plupart des économistes de renom estiment que «la récession est finie, pas la crise ». Ceux qui espèrent encore que tout peut redémarrer comme avant ont tort. Ceux qui prévoient que le retour à une croissance vigoureuse est possible se trompent. En vérité, la croissance risque de rester durablement molle dans les pays avancés », écrivait, il y a deux jours, Laurent Faibis, président du Groupe Xerfi.Prévisis.
    Constat identique dressé par Angelo Tantazzi, économiste, président de la Bourse italienne, lors de sa conférence donnée, mardi dans les locaux de la Bourse de Casablanca (lire en page économie). Le Maroc est resté à l'abri des chocs, d'abord parce que sa croissance ne dépend pas des exportations, mais essentiellement du marché intérieur ; ensuite, grâce aux injections au titre des investissements publics.
    Cela dit, nombre d'économistes marocains demeurent convaincus qu'au-delà de la conjoncture, le Maroc ne parviendra pas à donner une forte impulsion à l'emploi par le seul retour de la croissance : des réformes ambitieuses sont nécessaires pour éviter aux jeunes diplômés des emplois à faible valeur ajoutée. On le sait, le chômage engendre une surabondance du travail à bas prix.






    Source : libe.ma
     

Partager cette page