ارتفاع عدد القتلى في الطرق الوطنية بـ %10

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 18 Novembre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    ارتفع عدد القتلى في مختلف الطرق الوطنية خلال التسعة أشهر الأولى من السنة الجارية بحوالي 10%، وقد كان بالإمكان ارتفاع هذه النسبة بكثير لولا أن الطرق السيارة التي صارت تستوعب حوالي 20% من حركة السير خارج المدن، سجلت تراجع عدد القتلى رغم أن مسافتها زادت عما كانت عليه.
    وزير التجهيز والنقل الذي علل ارتفاع حوادث السير بعدم احترام قانون السير، أكد أن الاجتماعات التي عقدها مع نقابات المهنيين أسفرت عن التوصل إلى مجموعة من المقترحات التي يرتقب تقديمها كتعديلات على النص الأصلي أثناء مناقشة القانون في البرلمان، وهي المقترحات التي تنص على:
    1 - إبقاء عقوبات السجن في نفس الحدود الواردة في المشروع الحكومي
    2 - التخلي عن مضاعفة العقوبة على المهنيين
    3 - اعتماد 3 مستويات للذعائر مع التنصيص على مسببات التشديد في القانون لتفادي التجاوزات. ومن بين هذه المسببات خص بالذكر السكر وعدم احترام الضوء الأحمر.
    وبعد أن كان النص الأصلي يقترح عقوبات من 3 أصناف: 400 - 750 و1500 درهم، فإن الاتفاق حافظ على الحد الأدنى في 400 درهم ولكنه قلص المستوى المتوسط إلى 650 درهما والمستوى الأعلى إلى 900 درهم.
    الوزير أعلن كذلك أن القانون المنظم لتحصيل الذعائر على المخالفات المسجلة بواسطة الرادارات الثابتة سيكون واردا في القانون المالي الذي سيدخل حيز التنفيذ ابتداء من فاتح يناير 2009، كما أوضح أن تأخير العمل بهذه الرادارات الممتدة من طنجة إلى العيون، والبالغ عددها 150، ناتج عن تعقيد المساطر وعن تعرض البعض منها إلى التلف بسبب سلوكات بشرية.
    أما بالنسبة لتسعيرة استعمال الطرق السيارة، فأوضح الوزير أن السعر الأصلي سوف لن يطرأ عليه أي تغيير، غير أن ارتفاع نسبة الضريبة على القيمة المضافة من 7% إلى 10%، سيؤدي إلى زيادة طفيفة في قيمة الأداء.

    http://www.alittihad.press.ma/def.asp?codelangue=6&po=2

     
  2. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    ttorkan mkhyrin!! bnadem chad el permis b tdawer ...omansawech el bido ( bnadem kaychreb ta kaywli ki el kaleb winod isoglik el kazdira dyalo..)
     
  3. miss_clementine

    miss_clementine Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    oui t as raison;kayn li ghadi ydawze lpermi w hta lcode mahafdouch;ma3refch imta yaw9f w imta yamchi;baghi ghir yatla9 lmasa9 w zaj fumé w ytaraka lih m3a rassatou;iwa lah ystarna w yaltaf bina w safi.3lach f la france wakchi ma3ndhomch had lhala li 3andna hna
     
  4. zbougz

    zbougz بــــابــــا عـــــروب Membre du personnel

    J'aime reçus:
    559
    Points:
    113
    gualik yzido f l'autoroute :| wach casa merrakch b 70 dh :| le7ma9 hada!
    ama le9ssayd rah men douk ter9ane zinine li 3andhoum koulhoum m7efrine! mafihoum maytchaf! had l7okouma ou plutot had ghelab wejho 9asse7!
     
  5. kimoxls

    kimoxls Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    c vrai dans les autoroutes il y a pas bcq d'accident , mais les tarif élevées de péage n'encourage pas les gens à les utiliser, il faut mettre des tarif compatible avec le niveau de vie des marocain
     
  6. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    La route encore plus meurtrière

    · Vitesse, alcool, corruption, infrastructures… les causes

    · 11,5 milliards de DH, le coût annuel de l’hécatombe


    Trop, c’est trop. Les routes marocaines sont meurtrières. Une réputation qui se confirme au fil des bilans. Déplorables, en effet, les dernières statistiques des trois premiers trimestres de l’année 2008. La tendance, telle que dégagée par le Comité national de la prévention routière (CNPA), montre que le nombre d’accidents corporels a augmenté de 11% et celui des tués de 11,69% en comparaison avec la même période de 2007. Sur ces bases, le nombre des accidents aurait atteint 47.623 à fin septembre 2008 contre 42.904 recensés à la même date de l’année écoulée faisant 3.103 morts au lieu de 2.779 l’année passée.
    Parallèlement les statistiques des blessés affichent aussi une forte progression: + 14,4% pour les légers et 6,5% pour les dommages graves.
    En tout, 2007 a connu 58.924 accidents corporels en augmentation de 8,13% par rapport à l’année précédente causant la mort de 3.838 personnes, 12.406 blessés graves et 76.858 blessés légers. Selon le CNPA, près de ¾ des sinistres surviennent dans les agglomérations et ¼ en rase campagne. Mais ce dernier milieu occasionne plus de dégâts en termes de décès. Le constat est expliqué par le fait que les accidents hors agglomérations sont souvent conjugués à l’excès de vitesse. Par catégorie d’usagers impliqués, les plus vulnérables demeurent les piétons et les motocyclistes. Cependant, si une diminution des victimes parmi les piétons et les usagers des transports publics (bus et autocars) est constatée en 2007, les autres moyens de locomotion continuent de faire de plus en plus de victimes. Le nombre de tués parmi les usagers des deux roues a atteint 899 en 2007 et celui résultant des voitures de tourisme s’est élevé à 1.291 alors que les accidents des poids lourds ont donné lieu à 320 décès.


    Niveau d’insécurité alarmant


    L’analyse des statistiques des accidents de la route, durant les 10 dernières années (1998-2007), montre une évolution soutenue du risque routier. Mis à part une régression de 4% enregistrée en 2004 par rapport à l’année d’avant, la tendance à la hausse prévaut toujours. Le constat est que le Maroc détient un niveau d’insécurité routière alarmant. Le ratio de morts pour 1 million d’habitants s’avère en effet des plus élevés dans le monde. Il est de 123 contre 77 en France, 50 au Pays-Bas, 72 au Sénégal, 47 au Nigeria et 1,5 à Madagascar. Malgré un parc automobile et un taux de motorisation très réduits comparativement aux pays industrialisés, le Maroc présente des indicateurs de gravité très élevés. Le nombre de tués rapporté au parc automobile circulant est édifiant. D’après le CNPA, la route tue 18,2 fois plus au Maroc qu’en Suède, 13,5 fois plus qu’en France et 9,3 fois plus qu’aux Etats-Unis.
    Selon la même source, les indices de la circulation, du réseau routier et du parc automobile, ont évolué diversement entre 1998 et 2007. Le parc a augmenté de près de 60% (passant de 1,5 million de véhicules à 2,3 millions), la circulation de 53% et le réseau routier d’à peine 13,7%. Mais entre l’infrastructure et la circulation, il y a aussi l’état du parc circulant. En moyenne, 47% des véhicules impliqués dans les accidents corporels ont plus de 10 ans d’âge et 33,5% dépassent 15 ans. Le constat s’aggrave encore pour les véhicules de transport public de voyageurs hors train. 44,5% des autocars, taxis et bus impliqués en sont âgés de plus de 10 ans et 30% dépassent les 15 ans.
    Faut-il considérer toujours le facteur humain comme seul responsable de l’hécatombe causée par les routes nationales? Apparemment non. Il y a certes la vitesse, souvent exacerbée par l’usage de l’alcool, mais il y a aussi la situation des routes et l’état mécanique du parc circulant. Sans oublier, bien évidemment, la corruption qui permet la combinaison des circonstances aggravantes. Car, outre les drames que cela engendre, les accidents ont un coût socioéconomique très élevé. Toujours selon le CNPA, le prix à payer pour le Maroc est de l’ordre de 2% du PIB, soit 11,5 milliards de DH/an. Ce chiffre a été calculé sur la base du dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé qui évalue le coût pour les pays à développement similaire au Maroc. Cette année, tout porte à croire que l’augmentation des accidents et des morts sera encore plus élevée que prévu. Surtout le mois d’octobre qui, traditionnellement jugé plus meurtrier, a connu cette année de fortes intempéries.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page