كتاب يكشف تورط ميتران في إعدام 45 مقاوماً جزائرياً

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 15 Octobre 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    عندما غادر فرنسوا ميتران وزارة العدل في أيار (مايو) 1957 في أوج حرب الجزائر، كان 45 وطنياً قد اعدموا بالمقصلة، كما ورد في كتاب جديد يكشف للمرة الأولى جانباً غامضاً من حياة الرئيس الفرنسي الأسبق فرنسوا ميتران الذي ألغى عقوبة الإعدام في 1981.

    والكتاب الذي يحمل عنوان "فرنسوا ميتران وحرب الجزائر" والذي صدر عن دار كالمان ليفي، نشر بعد تحقيق استمر سنتين للصحافي فرنسوا مالي والمؤرخ بنجامين ستورا.

    وقال ستورا الخبير في شؤون الجزائر لوكالة الأنباء الفرنسية "درسنا بدقة عدداً هائلاً من الوثائق، بينها حوالى 400 صفحة من محاضر جلسات المجلس الأعلى للقضاء في تلك الفترة ووزارة العدل وحتى المكتب الجامعي لأبحاث الاشتراكيين، وعثرنا على وثائق لم تنشر من قبل".

    ويكشف الكتاب الذي حرره ستورا مع مالي الصحافي في مجلة لوبوان، أن ميتران سمح دون أن يرف له جفن عندما كان وزيراً للعدل في وزارة الاشتراكي غي موليه، وخلال 16 شهراً؛ بقطع رؤوس وطنيين جزائريين سواء كانت أيديهم ملطخة بالدم أو لم تكن.

    وأعدت الملفات في وزارة العدل واعترض وزير العدل نائب رئيس المجلس الأعلى للقضاء (ميتران حينذاك) على 80% من طلبات العفو.



    http://www.alarabiya.net/articles/2010/10/15/122232.html

     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Mitterrand et la guerre d'Algérie : les révélations d'un livre-choc


    Aboutissement d'une enquête de deux ans, un livre-choc du journaliste François Malye et de l'historien Benjamin Stora révèle un pan obscur de la carrière politique de François Mitterrand. Selon «François Mitterrand et la guerre d'Algérie» (Calmann-Lévy), celui qui fut Garde des Sceaux entre 1956 et 1957, au sein du gouvernement socialiste de Guy Mollet, laissa guillotiner 45 nationalistes algériens, qu'ils aient ou non du sang sur les mains.

    «Nous avons épluché minutieusement de très nombreuses archives, dont quelque 400 pages de comptes rendus des séances du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de l'époque, celles du ministère de la Justice ou encore de l'Office universitaire de recherches socialistes et découvert des documents inédits», explique à l'appui de ces révélations Benjamin Stora, grand spécialiste de l'Algérie.

    Les dossiers sont préparés à la Chancellerie. Et le garde des Sceaux, vice-président du CSM, s'oppose à 80% des recours en grâce. Pendant seize longs mois, François Mitterrand ne fait pas mystère de sa volonté d'abattre la rébellion. La tendance de son vote au CSM ? «C'était véritablement très répressif, c'est incontestable. Mais c'était la vision qu'il avait de l'Algérie, il pensait que c'était la meilleure solution», se souvient Jean-Claude Périer, seul survivant du CSM de l'époque.


    «J'ai commis au moins une faute dans ma vie, celle-là»

    Les deux auteurs notent aussi que l'ambitieux François Mitterrand, alors âgé de 40 ans, devait donner des gages aux durs du gouvernement s'il voulait durer. Ils soulignent qu'on peut lui reprocher, à ce moment de l'Histoire, «d'avoir accompagné, sans jamais le transgresser, un mouvement général d'acceptation du système colonial et de ses méthodes répressives».

    Benjamin Stora souligne qu'un autre historien, Jean-Luc Einaudi, avait déjà dressé en 1986 une première liste des exécutions pendant la guerre d'Algérie. «Mais personne n'avait encore pris à bras le corps le sujet Mitterrand», assure-t-il. «Pourquoi lui ? Parce qu'il est devenu président de la République. C'était un passage obligé», répond-il.

    Les auteurs ont recueilli des témoignages inédits, en France et en Algérie. Ceux d'acteurs de cette période, comme l'historienne Georgette Elgey qui fut témoin des événements en tant que journaliste puis conseillère à l'Elysée à partir de 1982. Ceux aussi de personnalités de la politique ou de la presse, comme Robert Badinter, Roland Dumas, Michel Rocard ou Jean Daniel. Pour la première fois, ils ont accepté d'aborder cet aspect méconnu de la vie politique de Mitterrand, dont il dira, plusieurs décennies plus tard: «J'ai commis au moins une faute dans ma vie, celle-là».

    Sous le même titre, un documentaire des mêmes auteurs sera diffusé sur France 2, le 4 novembre prochain.



    http://www.leparisien.fr/politique/...ations-d-un-livre-choc-14-10-2010-1109361.php
     

Partager cette page