10 décembre, commémoration de la déclaration universelle des Droits de l’Homme

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 10 Décembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    La commémoration de la déclaration universelle des droits de l’Homme, le 10 décembre de chaque année, est toujours le moment opportun de constater à quel point l’Histoire des droits humains est demeurée une conquête inachevée.

    Aujourd’hui, les droits humains font face à de nouveaux défis et à des exigences économiques et sociales après de longues années de lutte idéologique et de négociations politiques.

    Au Maroc, garantir le droit à la liberté d’opinion et surtout à la liberté d’expression n’est plus suffisant puisqu’à ce combat doit s’ajouter celui du droit au travail, à la santé, à la scolarisation, à l’intégration économique, au logement et à un environnement sain : autant de chapitres prévus par la déclaration universelle des Droits de l’Homme.

    Si le passage à l’Etat de droit est l’un des principaux desseins du nouveau règne, il importe de préciser que cela exige des réformes au sein des structures de l’Etat et que cela risque de prendre du temps.


    L’essentiel est que cette transition soit le fruit d’une forte et unanime volonté politique tous azimuts et qu’elle puisse déclencher une dynamique irréversible. Le plus important est que des mécanismes juridiques et institutionnels viennent accompagner cette transition et garantir, à travers la constitution, la loi et les textes en vigueur, le respect des droits de la personne humaine sans distinctions et sans exceptions aucunes.

    Ces droits humains, comme le stipule la déclaration universelle des Droits de l’Homme, sont indissociables.

    Ainsi, rien ne sert d’accorder le droit à la liberté d’opinion si à côté les droits fondamentaux ne sont pas garantis institutionnellement et respectés territorialement à travers les quatre coins du Royaume.

    Ayant lancé et investi le grand chantier du développement humain, S.M. le Roi a déclenché une dynamique en faveur des populations défavorisées souffrant du déficit en droits humains, soulignant qu’il s’agit là d’un impératif de cohésion sociale, car l’on ne peut bâtir une économie solide et promouvoir une croissance durable avec une société en ruines.

    Après avoir tourné la page des années de plomb et des tristes violations des Droits de l’Homme par un exercice douloureux, quoique courageux et salutaire, à travers l’audition des témoignages des victimes « survivantes » par l’Instance Equité et Réconciliation et le règlement d’un dédommagement financier pour le préjudice moral et physique causé, l’Etat marocain semble avoir fait son mea-culpa et semble déterminé à s’engager dans ce grand chantier du droit au développement humain.

    La volonté Royale et celle du gouvernement à résorber tous les déficits sociaux qui paralysent le pays mériteraient des efforts de mobilisation de toutes les énergies et potentialités, des acteurs politiques et les opérateurs économiques, la société civile et les jeunes afin de faire du droit au développement humain le chantier de tous les chantiers et le grand défi du Maroc d’aujourd’hui.

    Ce sera le meilleur moyen de barrer la route à la pauvreté, l’exclusion, la précarité et donc au terrorisme, sachant que l’exigence du développement humain est également dictée par les rapports que notre pays souhaite avoir à l’avenir avec l’UE.

    En effet, le respect des engagements internationaux impose la consécration du droit au développement humain, sachant qu’il s’agit là d’un impératif de cohésion sociale et de croissance économique, car l’intégration de larges couches de la population au tissu économique contribue certainement à favoriser la création de richesses et donc promouvoir le développement humain au profit du plus grand nombre de Marocains.

    A l’heure du cinquantenaire de l’Indépendance, il est très heureux que les objectifs à atteindre pour notre pays soient clairement identifiés.


    LOPINION
     
  2. Friend

    Friend Bannis

    J'aime reçus:
    24
    Points:
    0
    Re : 10 décembre, commémoration de la déclaration universelle des Droits de l’Homme

    Un bon article qui met en exergue la volonté du Maroc de respecter et faire respecter les principes de la Declaration des Droits de l'homme , et les droits fondamentaux du citoyen, c'est un parcours difficile appelé à se realiser à long terme ! Toutefois les efforts deployés par nos dirigeants dans ce sens doivent etre secondés par ceux du citoyen marocain! Malheureusement je constate un manque de civisme et meme parfois de nationalisme de la part de ce dernier , les exemples à citer sont legions ! Je pense que toute tentative de redresser ce pays est vouée à l'echec sans un changement fondamental de la mentalité et du comportement du citoyen, qui en fin de compte serait le beneficiaire principal! 
     

Partager cette page