23 décès mystérieux à Khénifra

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 8 Janvier 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Une guerre de chiffres sur les morts de Anfgou oppose l'AMDH aux services de Mohamed Cheikh Biadillah. L'ONG demande l'ouverture d'une enquête sur la maladie qui a coûté la vie à plusieurs enfants.

    Mohamed Bouaâzza, 3 mois, a succombé vendredi dernier à la maladie qui terrasse, depuis plusieurs jours, les habitants de la localité de Anfgou relevant de Tounfit dans la région de Khénifra. C'est ce que rapportent des sources associatives contactées par ALM.


    Le nourrisson, indiquent les mêmes sources, est la victime numéro 23 à avoir fait les frais d'une maladie qui sévit dans cette localité : une pneumopathie due aux sévères conditions météorologiques, selon le ministère de la Santé. Cette explication ne semble pas convaincre les milieux associatifs dans la région et notamment la section de l'AMDH à Khénifra.

    «Il faut une véritable enquête sur cette grippe aiguë et, pourquoi pas, des autopsies pour définir exactement l'origine de ce mal qui emporte essentiellement les enfants en bas âge ?», déclare Aziz Akkaoui, secrétaire de la section de cette ONG à Khénifra.

    Pour ce dernier et contrairement aux chiffres annoncés par le ministre de la Santé (dix décès), le nombre des morts recensés jusque-là est de 23, pour la plupart des enfants âgés de moins de deux ans.
    L'AMDH demande une véritable implication des autorités sanitaires dans cette région enclavée où vivent des populations parmi les plus démunies du pays.

    Des sources au ministère de la Santé affirment que la commission médicale dépêchée sur place depuis le 29 décembre 2006 a pu faire bénéficier de consultations, et de soin un total de 252 personnes sur les 1.300 âmes que compte Anfgou. Cette commission médicale est d'ailleurs en train d'élaborer un deuxième rapport qui sera transmis aux services centraux du ministère de la Santé.

    Dans une précédente déclaration à la presse, Mohamed Cheikh Biadillah avait affirmé que le caractère accidenté des reliefs de cette région, ainsi que les chutes de neige rendent difficile l'accès des équipes de secours. Le ministre de la Santé a d'ailleurs affirmé que, si la situation épidémiologique le nécessitait, un dispensaire serait construit dans cette région. Les milieux associatifs de la région se disent d'autant plus surpris que les 23 morts sont principalement issus de deux douars de Anfgou.


    Hier dimanche, des militants associatifs se sont déplacés dans cette région pour aider à l'évaluation de la situation et des besoins. Pour une source à l'AMDH, réagissant aux propos de Mohamed Cheikh Biadillah, le caractère "trop officiel" de la commission dépêchée sur place n'encourage pas un bon déroulement ni des opérations de secours ni des contacts avec les populations.

    Ces dernières ont organisé, hier dimanche, une manifestation pour protester contre une situation jugée plus que dramatique et que font empirer les dernières vagues de froid. Le thermomètre affiche parfois, et souvent la nuit, des températures descendant en deçà de –10 degrés.


    Mohamed Boudarham
    Aujourd'Hui le Maroc
     
  2. iberia

    iberia Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Entiérement d'accord avec Mr. Akkaoui, pour lever le doute un examen post-mortem doit être réaliser afin de connaître la cause de la mort de ces malheureux enfants Allah irhamhoum.
     

Partager cette page