4.500 Enseignants ont bénéficié du mouvement de mutations

Discussion dans 'Info du bled' créé par ZIKAS, 19 Octobre 2006.

  1. ZIKAS

    ZIKAS Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    117
    Points:
    63
    [img align=left]http://www.menara.ma/infos//photosNs/economie/NS_habib-malki_A.jpg[/img]
    Quelque 4.500 professeurs, sur 60.000 demandeurs, ont bénéficié cette année du mouvement des mutations, a affirmé le ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, M. Habib El Malki.


    En réponse, mercredi devant la Chambre des représentants, à une question orale, le ministre a indiqué que les tiers des candidats à cette opération ont exprimé le désir de le faire au sein de la même région, ce qui a incité le ministère, à la fin de l'année scolaire écoulée et en collaboration avec les syndicats de l'enseignement, à mettre en place un système régional de mutations au niveau des académies en vue d'offrir une seconde opportunité aux professeurs n'ayant pas bénéficié du mouvement national.

    Les académies et les délégations régionales se penchent actuellement sur l'organisation de ces mouvements de manière à augmenter le nombre des bénéficiaires et d'instituer un partenariat entre la direction régionale et les différentes parties concernées, a-t-il ajouté, formant le voeu que "les mouvements régionaux deviennent le principal volet en matière de gestion des ressources humaines".

    M. El Malki a, en outre, affirmé que son département déploie, au terme de chaque année scolaire, des efforts considérables pour répondre favorablement au maximum de demandes de mutations, rappelant la hausse enregistrée l'année écoulée, notamment au niveau du regroupement familial (22 %).

    Le ministère oeuvre en vue de résorber ce problème, en donnant notamment la priorité aux demandes de regroupement familial et en augmentant progressivement, à la limite du possible, le nombre de bénéficiaires.

    En réponse à une question sur "le manque en cités universitaires", le ministre a indiqué que le bureau national des oeuvres universitaires sociales et culturelles élabore une étude concernant une nouvelle carte de ces structures au niveau national, l'ancienne carte "ne répondant plus aux besoins de modernité et d'extension des universités au Maroc".


    Le réseau actuel des cités universitaires comprend 19 unités réparties sur toutes les villes du Royaume et hébergeant 35.000 étudiants, dont 18.800 de sexe féminin, a-t-il précisé, rappelant que le coût du logement universitaire supporté par l'étudiant est de 40 dhs le mois.

    En vue de répondre à la demande croissante au niveau des cités, a-t-il dit, le conseil d'administration du bureau a adopté, lors de sa réunion de juillet dernier, un ambitieux programme de 4 ans, d'un coût de 1.243 millions dhs portant sur la restauration des cités, des résidences et des réfectoires en plus de la constructions de nouvelles unités.

    Il a, dans ce sens, souligné l'importance du partenariat avec le secteur privé et des conventions signées ave le groupe chaabi, la CDG et d'autres promoteurs immobiliers pour la réalisation de nouvelles unités à Kénitra, Rabat, Casablanca, Fès, Meknès, Safi, Khouribga et Taza.



    Menara.ma
     

Partager cette page