415 salaires de fonctionnaires fantômes gelés en 2005

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 21 Mai 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le ministre chargé de la modernisation des secteurs publics, M. Mohamed Boussaid, a indiqué que son département a gelé les salaires de 415 fonctionnaires fantômes, en 2005, dans le cadre de la lutte contre ce phénomène et la moralisation de la vie publique.

    Le gouvernement est déterminé à lutter fermement contre ce phénomène, a fait savoir M. Boussaid, qui répondait mercredi à une question d’actualité à la Chambre des représentants sur les "fonctionnaires fantômes", soutenant que les administrations publiques s’emploient à définir les mesures à même de faire face au phénomène de l absentéisme illégal au sein de la fonction publique.

    Cette responsabilité incombe à tous les départements ministériels, qui uvrent à identifier les fonctionnaires se trouvant dans cette situation, a-t-il dit, ajoutant que son département s’applique à dynamiser le rôle des responsables des ressources humaines et des inspections générales des ministères pour assumer leurs rôles en matière de contrôle, d’audit, de suivi, de coordination et d’encadrement.

    L’objectif de cette opération, a-t-il poursuivi, consiste à éviter la propagation de ce phénomène qui porte atteinte à l’image de l’administration et des fonctionnaires.

    Le ministre a également passé en revue les mécanismes à même de faire face à ce phénomène, notamment la dynamisation des règlements en vigueur en matière de dissuasion de l’absentéisme au travail et la mise en uvre des dispositions disciplinaires contenues dans les statuts de la fonction publique à l encontre des contrevenants.


    Outre le contrôle de l assiduité des fonctionnaires, il a également évoqué la mise en place d’une base de données unifiée des ressources humaines entre les différents départements ministériels, la trésorerie, la Caisse marocaine des retraites et le contrôle général des engagements de dépenses de l Etat.

    source: L'opinion
     

Partager cette page