44 cellules démantelées et 743 verdicts prononcés

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 3 Décembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Plus de 3.000 "extrémistes" arrêtés au Maroc depuis les attentats du 16 mai 2003
    L’enquête menée par les services de sécurité, depuis les actes terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca, a concerné quelque 3000 personnes suspectées d’être membres ou d’avoir des liens avec le "courant salafiste jihadiste", a affirmé le coordinateur des services centraux à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), M. Bouchaib Rmili.


    M. Rmili, qui intervenait lors de l’émission "Moubacharatan Maâkoum" (En direct avec vous) diffusée mercredi soir par la deuxième chaîne de télévision nationale "2M", a indiqué que ces "extrémistes étaient concentrés dans plusieurs villes, notamment à Casablanca, Tanger, Fès, Meknès, Oujda, Agadir, Marrakech et Rabat".


    Les réseaux terroristes démantelés étaient constitués de 44 cellules : 11 à Casablanca, 5 à Fès, 3 dans chacune des villes de Tanger, Agadir, Kénitra, Meknès, deux cellules dans chacune des villes de Nador, Marrakech, Rabat, et une cellule dans chacune des villes de Berkane, Taza, Hoceima, Benguerir, Youssoufia, Ouazzane, Larache, Errachidia, Oujda et Sidi Bennour.

    M. Rmili a, par ailleurs, ajouté que 1510 procédures judiciaires en matière de lutte contre le terrorisme à caractère religieux ont été engagées, et que 743 verdicts, allant de peines à temps à la peine capitale ont été prononcés dans ce cadre. Les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca avaient, rappelons le, fait 45 morts dont 12 kamikazes.

    La plupart des extrémistes jugés au Maroc après le 16 mai 2003 étaient accusés d’appartenir à la Salafia Jihadia - courant idéologique radical s’étendant sur tout le monde arabo-musulman. En revanche, de petites organisations radicales ont été citées lors des procès comme le Groupe islamique combattant marocain (GICM) ou Assirat Al Moustaqim (Droit chemin).

    Par ailleurs, la police marocaine a annoncé le 20 novembre 2005 avoir arrêté 17 terroristes présumés, ajoutant qu’ils entretenaient "des liens étroits avec des cadres de l’organisation al-Qaïda".

    L'Opinion
     

Partager cette page