5.000 constructions à Fès ne répondent pas aux règles minimales de sécurité

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 1 Janvier 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Quelque 5.000 constructions à Fès sont édifiées en dehors de toute forme réglementaire et ne répondent pas aux règles minimales de sécurité, souligne un rapport de la Direction régionale du Nord-ouest Fès du holding d’aménagement Al Omrane.

    Le phénomène des constructions menaçant ruine aux secteurs Jnanate et la zone nord de la ville représente l’un des aspects le moins maîtrisant de l’habitat insalubre, ajoute le rapport, précisant que le nombre de ménages habitant ces constructions est estimé à 25.300.

    Le document, qui traite de la problématique des constructions menaçant ruine à Fès, relève que sur le plan pathologique et structurel, les origines des désordres sont liées notamment à la surélévation des constructions (cinq étages) sans le respect des règles rudimentaires de la construction, mauvaise qualité de construction, densification des constructions avec un taux d’occupation du sol très réduit, proximité des constructions des falaises sans mesures de sécurité et à l’absence de l’étanchéité des terrasses.

    Afin de connaître l’ampleur du phénomène en vue de tenter de le maîtriser, la même source souligne qu’il a été procédé, conformément aux orientations de SM le Roi Mohammed VI, à la mise en place d’un système de vigilance et d’alerte composé de plusieurs intervenants.


    Cette cellule a pour missions, en particulier, l’établissement d’une classification selon le degré de gravité, le suivi de l’évolution des désordres constatés, l’alerte en cas d’évolutions jugées malines et l’assistance technique lors de travaux de confortement par la population.

    Sur la base de cette identification, les constructions classées à haut risque d’effondrement sont communiquées pour expertise et études approfondies par le Laboratoire public d’essais et d’étude (LPEE).

    Selon le rapport, depuis décembre 2004, quelque 298 édifices ont été classés 1er degré d’urgence en raison de leur dégradation, dont 47 constructions doivent être évacuées, 178 à conforter et 73 en cours d’étude par le LPEE, alors que 385 autres sont classées du 2-ème au 6-ème degré d’urgence.

    Dans ce cadre, une convention de partenariat pour le financement et la réalisation de plusieurs projets a été signée, mercredi dernier à Fès, entre le ministère chargé de l’Habitat et du Logement, la wilaya de la région Fès-Boulemane et le holding d’aménagement Al Omrane.

    Ce programme, dont le coût global prévisionnel s’élève à 20 millions de dirhams, consiste en premier lieu en l’étude et la réalisation des opérations de bétonnage et d’aménagement extérieur de plusieurs quartiers relevant des zones de Saïs, Fès-médina, Jnanate, Sahb El Ward, Cherarda, Merinides et Zouagha Bensouda.


    LOPINION
     
  2. sataik

    sataik Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : 5.000 constructions à Fès ne répondent pas aux règles minimales de sécurité

    Seulement 5000 constructions moi je croyais tte l'ancienne villle voire tte la ville ou encore la plupart des constructions du maroc sont menacées de tomber.
     

Partager cette page