66% des logiciels informatiques sont piratés

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 9 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    · Les revendeurs n’hésitent pas à se sucrer sur le dos des éditeurs


    · Réflexe à l’achat: s’assurer du certificat d’authenticité


    PLUS de 6 logiciels informatiques sur 10 ne sont pas authentiques! C’est ce qui ressort de la dernière étude de l’Association des éditeurs de logiciels. C’est dire que le piratage de logiciels est devenu une pratique tellement enracinée au Maroc qu’il est difficile de distinguer entre le logiciel original et celui piraté. Sauf que «le client doit toujours s’assurer qu’il a un certificat d’authenticité. Les logiciels Microsoft originaux sont livrés avec un certificat (COA) apposé sur l’emballage. Si l’emballage ne comporte pas de COA, le produit n’est pas original et sa licence n’est pas valide», conseille Iamane Alaoui, directrice des droits de propriété intellectuelle à Microsoft Maroc.
    En clair, un certificat d’authenticité est une étiquette qui permet à l’acheteur de reconnaître le caractère original de son logiciel. Autrement dit, le certificat ne doit jamais être acheté individuellement, sans le logiciel qui l’authentifie, recommande Microsoft Maroc.
    Mais dans la pratique, certains revendeurs agréés n’hésitent pas à vendre, à l’insu du client, des ordinateurs avec logiciel piraté. D’autres encore avisent leur clients et finissent par s’arranger avec eux. Ce qui permet de réaliser une marge considérable, qui plus est exempte d’impôts. «Pour le contrôle, nous menons des campagnes de sensibilisation et nous procédons à des tests d’achat auprès de nos revendeurs», précise Alaoui. Et d’ajouter, «nous avons des contrats avec certains distributeurs et revendeurs. C’est sur la base de ces contrats et la loi sur la propriété intellectuelle que nous pouvons poursuivre les contrevenants», note la directrice des droits de propriété intellectuelle. Cependant, le recours à la justice reste rare.
    Mais quelle est la réaction de Microsoft pour contrecarrer la sophistication croissante des contrefacteurs. L’éditeur renforce sa lutte contre le piratage sur trois fronts: l’on cite «la sensibilisation et la formation des utilisateurs, la conception des logiciels et l’application des lois», souligne Alaoui. A travers ses compagnes de sensibilisation, l’éditeur s’appuie sur le Bureau marocain des droits d’auteur (BMDA) et l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (Ompic). Microsoft admet que «de nombreuses entreprises sont pour la régularisation, mais d’autres encore ne se soucient absolument pas de la loi».

    --------------------------------------------------------------------------------


    Licence​


    LA saviez-vous? Copier un logiciel protégé par des droits d’auteur, le redistribuer, le télécharger, le partager, le vendre ou encore en installer plusieurs copies sur des ordinateurs personnels ou de travail constitue un acte de piratage. Peu de personnes réalisent que lorsqu’elles achètent un logiciel, c’est en fait une licence d’utilisation et non le logiciel lui-même qu’elles obtiennent. Il est important de lire cette licence, c’est elle qui indique le nombre d’installations permis du logiciel. Tout dépassement constitue un acte de piratage. La sanction peut aller de l’amende à l’emprisonnement.[21h]

    source : L'Economiste
     

Partager cette page