72 millions de dollars pour libérer les infirmières bulgares ?

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 31 Juillet 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    L'information est passée totalement inaperçue en France mais a fait son petit effet en Bulgarie. La semaine dernière, Boyko Borisov, le nouveau Premier ministre bulgare, a accusé son prédecesseur Sergueï Stanichev d'avoir versé 72 millions de dollars à la Libye pour obtenir la libération des infirmières bulgares en 2007.

    Focus, l'agence de presse nationale, a rapporté ces propos tenus lors d'une manifestation sportive à Sofia. Boyko Borisov y a dénoncé le « silence » du gouvernement sur ces millions soutirés par les Libyens.

    Si ce « paiement » contre libération a bien eu lieu, il ternit également une réussite attribuée à Nicolas Sarkozy, quelques semaines après son élection, et dont le Président a toujours assuré qu'elle était avant tout diplomatique. La France a toujours nié avoir versé de l'argent à la Libye sans s'avancer toutefois sur la participation financière des autres pays.

    Cinq infirmières et un médecin en prison pendant huit ans

    La sortie du Premier ministre bulgare, dirigeant du parti de centre-droit
    bulgare GERB, est évidemment politique puisqu'elle vise l'un des rares succès que s'attribuait le gouvernement socialiste tout juste évincé du pouvoir.

    En 2007, les Bulgares avaient nié avoir payé une quelconque rançon pour libérer leurs compatriotes mais avaient accepté d'effacer une dette de 41,5 millions d'euros contractée par la Libye pour des achats d'armes. Le colonel Kadhafi avait alors assuré qu'une somme équivalente serait versée au fonds Benghazi d'aide aux familles des enfants libyens contaminés par le sida.

    Depuis le 24 juillet 2007, date à laquelle les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien ont été liberés après huit ans passés dans une prison libyenne pour avoir prétendûment inoculé le virus du sida à 400 enfants, un grand flou règne sur les contreparties obtenues par la Libye.

    L'Elysée préfère que l'on garde l'image de l'ancienne première dame, polo blanc et traits tirés, sur le tarmac entouré d'otages libres et souriants, et maintient la thèse officielle : une formidable négociation menée par Nicolas Sarkozy (et un peu par l'Union Européenne).

    Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant assure à l'époque que la France n'a pas déboursé un centime, pas conclu le moindre contrat, pas même fait de promesses.

    « Les Français ont trouvé l'argent pour les familles »


    C'était sans compter Saïf al-Islam Kadhafi, le fils du dirigeant libyen. A peine une semaine après le triomphe de Nicolas Sarkozy, le voilà s'épanchant dans les colonnes du Monde sur les fameuses contreparties consenties par la France :

    « Ce que je peux dire, c'est que les Français ont arrangé le coup. Les Français ont trouvé l'argent pour les familles [des enfants malades, ndlr]. Mais je ne sais pas où ils l'ont trouvé (…)

    Nous allons acheter à la France des missiles antichar Milan, à hauteur de 100 millions d'euros je pense. Ensuite, il y a un projet de manufacture d'armes, pour l'entretien et la production d'équipements militaire. »


    Selon Le Canard enchaîné (2007), la Libye aurait récupéré 460 millions d'euros, financés en partie par le Qatar, pour indemniser les familles des enfants malades. Mais une passionnante enquête de la TSR considère ce scénario peu probable : ce n'est pas l'argent qui fait courir le colonel Kadhafi. C'est le retour sur la scène internationale. Ce que Nicolas Sarkozy lui offre à l'automne 2007 en l'invitant à Paris.

    Contacté par Rue89, un porte-parole du gouvernement libyen a refusé de commenter les propos du Premier ministre bulgare : « Nous ne sommes pas au courant. »

    http://www.rue89.com/2009/07/30/72-millions-de-dollars-pour-liberer-les-infirmieres-bulgares
     

Partager cette page