A la Juve, Pirlo est déjà le patron

Discussion dans 'Italie' créé par simo160, 5 Octobre 2011.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]



    Brillant depuis son arrivée à la Juventus, Andrea Pirlo retrouve son ancien club, l'AC Milan, dimanche (20h45) lors du choc de la 6e journée de Serie A. L'international italien a un impact énorme sur le renouveau de la Juve. A tel point qu'on parle déjà de "Pirlo-dépendance".

    A 32 ans, Andrea Pirlo a passé l'âge des émotions juvéniles. Le coeur du milieu de la Juventus, où il s'est engagé jusqu'en 2014, devrait quand même avoir un battement particulier dimanche soir. A Turin, il va retrouver pour la première fois l'AC Milan, club qu'il a quitté au terme de son contrat l'été dernier pour rejoindre la Vieille Dame, après dix ans de bons et loyaux services. La carrière du métronome transalpin restera associée à jamais au club lombard. Elle a pris un nouveau virage, pour le plus grand bonheur des Bianconeri, tant Pirlo a bonifié le jeu de la formation piémontaise depuis son arrivée.

    Peu sont ceux qui imaginaient que le milieu de terrain ne finirait pas sa carrière au Milan, un club où il a disputé plus de 400 matches. Après une dernière saison gâchée par des blessures à répétitions, l'ancien joueur de Brescia, en fin de contrat chez les Rossoneri, a éprouvé le besoin de changer d'air. "Je crois qu'il fallait que j'aille voir ailleurs. Vous savez, après 9 ou 10 saisons dans le même club, vous pouvez perdre votre motivation, ne plus avoir la même envie. C'est ce que j'ai ressenti la saison passée", expliquait-il à son arrivée à Turin à la fin du mois de mai. "De plus, les derniers mois ont été compliqués pour moi d'un point de vue physique et je voulais vivre un nouveau challenge. C'est pour cela que j'ai rejoint la Juventus." Le challenge turinois était alléchant. Seulement septième de Serie A l'an passé, privée de Coupe d'Europe cette saison, la Vieille Dame est dans un triste état. Contribuer à la ramener "dans le gotha européen", c'est l'objectif que Pirlo s'est fixé.

    Buffon : "C'est l'affaire du siècle"

    A la Juve, l'international italien (72 sélections, 9 buts) n'a pas tardé à trouver ses marques pour devenir le dépositaire du jeu turinois. Au sein du 4-4-2 d'Antonio Conte (certains parlent aussi de 4-2-4), Pirlo rayonne dans l'axe du milieu de terrain, aux côtés de Claudio Marchisio ou d'Arturo Vidal. La créativité et la qualité technique de celui que Carlo Ancelotti qualifiait "d'unique" bonifient l'entrejeu des Bianconeri, qui en manquaient cruellement dans ce secteur. Dès son premier match, il a délivré deux passes décisives et apporté une large contribution au succès acquis face à Parme (4-1). A Turin, il fait déjà l'unanimité. "Cet été, quand j'ai vu Galliani à Forte dei Marmi, je l'ai remercié. Je lui ai dit : ‘Je te remercie car, grâce à toi, le championnat va être plus équilibré. Je crois que s'attacher les services d'un joueur de son niveau, qui plus est gratuitement, c'est l'affaire du siècle. Son talent de footballeur est vraiment embarrassant’." Le compliment est signé Gianluigi Buffon, le gardien de la Juve et de l'Italie, qui n'est pas le dernier à avoir côtoyé les joueurs les plus talentueux de la planète.

    L'impact de Pirlo sur le renouveau turinois n'est pas passé inaperçu en Italie. Il est tellement important que la crainte de voir la Juve dépendre trop souvent du rendement de son milieu de terrain est désormais palpable à Turin. Après sa prestation étincelante face à Parme, le champion du monde 2006 a vu le marquage se resserrer sur lui. Et la Juventus le paie. Après sa courte victoire sur Sienne, l'équipe piémontaise a acquis un succès beaucoup plus court à Sienne (0-1), puis concédé deux nuls face à Bologne (1-1) et Catane (1-1). Neutraliser Pirlo, c'est quasiment neutraliser la Juve. "Ils sont Pirlo-dépendants. C’est lui qui les fait jouer. Si vous le sortez, les autres deviennent des fourmis et perdent leur jeu. Cependant c’est une équipe solide qui n’abandonne jamais, d’autant plus au moment où le Milan et l’Inter vont mieux", disait Pietro Lo Monaco, le directeur de Catane, après avoir rencontré la Vieille Dame. Milan, qui connaît trop bien son ancien stratège, sait ce qu'il lui reste à accomplir pour faire tomber le leader de Serie A.

    Eurosport
     

Partager cette page