A quand une stratégie touristique ?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 8 Août 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le dernier bilan de l'activité touristique mérite qu'on s'y arrête longuement. Selon ce bilan rendu public par le ministère du Tourisme et l'Observatoire marocain du tourisme, le cumul des nuitées enregistrées dans les établissements d'hébergement touristique classés, de janvier à juin 2009, a baissé de 3%. Une baisse qui a atteint 7% pendant le premier trimestre 2009, mais qui a été atténuée par une hausse de 0,4% des nuitées durant le deuxième trimestre. Cette évolution positive est imputable à la bonne performance enregistrée par les touristes résidents dont les nuitées ont augmenté de 8% contre un léger recul de 1% pour les touristes non résidents. Voila donc, le mot est lâché.
    Les performances du tourisme marocain durant ces neuf premiers mois ont été pratiquement sauvées, si l'on ose se prononcer ainsi, par le tourisme interne.
    Les Marocains ont démontré qu'ils sont de bons vivants, qu'ils aiment voyager; encore faut-il trouver un produit touristique qui sied à leur choix. Or à notre connaissance, toute la politique touristique nationale menée ces dernières années a été exclusivement orientée vers le tourisme international.
    Certes, il y a eu l'opération Kounouz Biladi, mais ses résultats restent limités, de l'avis même des professionnels du secteur. Autant que la Vision 2010, puis celle de 2020, il est aujourd'hui temps de réfléchir à une stratégie qui permettra de développer le tourisme national.
    L'exemple de l'Espagne est à prendre ici avec une grande considération. Ces efforts au niveau de l'offre touristique doivent être également accompagnés par une véritable mise à niveau de l'infrastructure routière.
    Il est en effet regrettable de voir l'état de délabrement avancé dans lequel se trouvent certaines routes qui mènent vers des lieux touristiques très prisés.
    Le cas de la route qui mène de Tinghir vers les gorges de Todgha est hautement significatif à ce niveau-là. Et il n'est malheureusement pas l'unique exemple dans «le plus beau pays du monde».









    Source : libe.ma
     

Partager cette page