Accidents de la route : Des mesures pour endiguer l'hécatombe

Discussion dans 'Info du bled' créé par ZIKAS, 23 Octobre 2006.

  1. ZIKAS

    ZIKAS Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    117
    Points:
    63
    [img align=left]http://www.lematin.ma/Journal/photos/20061024-b-Gendarme-Controle.jpg[/img]


    En cette période de l'Aïd, les responsables de la sécurité routière, et à leur tête le comité interministériel, croisent les doigts. Mais pas les bras. Les routes du pays sont hautement sollicitées par les véhicules de tous genres transportant des centaines de milliers de voyageurs qui profitent de l'occasion pour rendre visite à leurs familles.

    Eu égard à la vétusté du parc des grands taxis et des autocars, les risques d'accidents sont d'autant plus aggravés, si l'on tient compte de l'état des routes.

    Après la trêve de 2005, qui s'est finalement avérée conjoncturelle, l'hécatombe des routes est revenue de plus belle durant l'été 2006. La multiplication des radars visant la limitation de la vitesse, et partant les risques d'accidents, n'a pas donné tous ses fruits. Et ce malgré le changement visible de m½urs des automobilistes grâce à l'aspect dissuasif des mesures instaurées.

    Le mal est à chercher ailleurs, dans l'état mécanique et technique des véhicules, surtout les autocars, taxis et bus qui sont les premiers incriminés en matière d'accidents mortels.

    Selon un récent communiqué du Comité interministériel de sécurité routière (CISR) qui s'est réuni la semaine dernière, présidé par le Premier ministre, les chiffres de juillet et août font état de «mauvaises performances». En deux mois seulement, les services concernés ont recensé 870 tués sur 11.465 accidents, une augmentation de 13,8 % par rapport à la même période en 2005. Soit une trentaine de morts par jour.

    Pour montrer la gravité de la situation, durant toute l'année 2005, le nombre des victimes de la route n'était que de 3.617 contre 3.849 un an auparavant, une baisse de 7,11 %. L'embellie de 2005 n'aura donc été qu'une exception à la règle et tous les calculs du gouvernement et du comité de prévention ont été remis en cause. C'est pour cette raison aussi que la récente veillée d'armes de plusieurs membres du gouvernement a eu pour raison de prendre à bras le corps la hausse surprenante des morts sur la route durant l'été dernier.

    Le CISR a décidé la mise en ½uvre immédiate d'un certain nombre de mesures concrètes visant à prévenir les accidents et à dissuader les récidivistes. Quant aux mesures de prévention relatives au transport public de voyageurs, le Comité a décidé de mener des actions de «contrôle renforcées, systématiques et rigoureuses, conjointes entre la police et le département de l'équipement».

    Il est question aussi d'immobiliser, jusqu'à cessation de l'infraction, tout autocar conduit par un chauffeur non déclaré sur la carte d'autorisation du véhicule comme conducteur permanent, contrôlé en surnombre de passagers ou faisant un trajet de plus de 500 km en ne disposant pas de deux chauffeurs à bord.

    Toutefois, là où le bât blesse, c'est au plan de la visite technique dont l'aspect purement formel retarde la mise à niveau du transport du public et celui de marchandises. Pour ce dernier, malgré les incitations financières introduites dans la Loi de finances 2006 visant le renouvellement du parc, les transporteurs n'ont pas suivi. Ils ont estimé que la mesure reste en deçà de leurs besoins réels en financement pour rajeunir leur matériel roulant.

    En tout cas, la guerre des routes ne laisse pas de répit au gouvernement jusqu'à l'entrée en vigueur du nouveau code de la route. Pour combler la brèche, le comité a demandé aux ministres de la Justice, de l'Intérieur et du Transport de «préparer une circulaire conjointe afin d'instruire les différents corps concernés sur les actions opérationnelles décidées, de préciser et de clarifier les mesures et les modalités de leur mise en ½uvre immédiate».

    Le CISR a également demandé à la Gendarmerie Royale, la police et le ministère du Transport «d'actualiser d'urgence le plan de contrôle national et régional afin d'optimiser les actions et les moyens en ressources humaines et matérielles mobilisés par les différents corps».

    Le Comité a, enfin, demandé au ministre de l'Intérieur de «saisir les walis pour la redynamisation des Comités régionaux de sécurité routière et leur responsabilisation sur les résultats enregistrés dans leur région ainsi que l'actualisation d'urgence des plans régionaux de contrôle».


    Le Matin
     
  2. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Re : Accidents de la route : Des mesures pour endiguer l'hécatombe

    sme3t fel 9anoun jdid rah ghaybdaw y7eydou lpermis, wa ma 7addak katjri ghayb9aw y7aydou lvolant, boite a vitesse, ksiratour bach ma tl9a ma tsoug. men b3d ghay7aydou lkourssi w ydirou f blasstou guenfoud [07h]
     
  3. ZIKAS

    ZIKAS Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    117
    Points:
    63
    Re : Accidents de la route : Des mesures pour endiguer l'hécatombe

    looool [22h]


    radi ydirou systéme dial les points b7al f l'europe, 3endek 12 points fel 3am chak faute ch7al yt7iyed lik fiha dial les points 3la 7ssab la gravité dialha, o li yalah cheddou permis jdid 3endhom 6 points 7ta ytetbe3 lihom dial l3am
     
  4. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    Re : Accidents de la route : Des mesures pour endiguer l'hécatombe

    sauf que ca c est 24 point et non 12 points
     

Partager cette page