Actualités de l'entreprise au Maroc

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Deux nouveaux contrats pour Digimind

La filiale marocaine de Digimind, opérateur spécialisé en solution de veille stratégique (VS), vient de décrocher deux contrats. L’un avec le Centre marocain de documentation pour une durée de 3 ans. L’autre avec TangerMed. Le contrat d’abonnement de ce dernier s’étend sur un an. Les solutions de VS permettent de scruter et d’analyser l’évolution d’un environnement économique, des zones industrielles par exemple, en temps réel.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
L’ONCF se met à l’e-fret

L’ONCF vient de mettre en oeuvre le nouveau concept d’e-business appliqué à l’optimisation de l’offre fret au bénéfice des clients et partenaires du rail.
En adoptant le «e-fret», l’Office vise la dématérialisation des procédures traditionnellement en vigueur en matière de gestion des trafics de marchandises par rail, tout en favorisant une proximité rentable avec ses partenaires et clients, précise un communiqué de l’ONCF. Ce nouveau concept permettra à l’Office d’être en phase avec les nouvelles technologies qui privilégient l’offre de services professionnels sur Internet, et de renforcer les relations entre l’entreprise et ses parties prenantes.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Maroc Telecom:Un CA consolidé de 14 milliards de DH

· Une hausse de 10% sur un an

· Mobile: 14,2 millions de clients

Le top management de Maroc Telecom (MT) se frotte les mains. L’opérateur vient de rendre publics ses revenus consolidés pour le premier semestre 2008. Le bénéfice réalisé totalise 14,3 milliards de DH, ce qui constitue une hausse de 10% par rapport à la même période en 2007 (13 milliards de DH). Le chiffre réalisé est à répartir entre MT et ses différentes filiales, à savoir Mauritel (Mauritanie), Onatel (Burkina Faso), Gabon Telecom et Mobisud (France et Belgique). Cette amélioration du CA serait due au développement de l’activité mobile, aussi bien au Maroc que dans les filiales.
Au niveau national, l’ensemble des activités de Maroc Telecom a généré un CA net de 12,51 milliards de DH (+9,8%), au premier trimestre 2008. La même période a connu une hausse de 12,9%, soit 8,92 milliards de DH, concernant les activités mobiles. Le parc disponible a connu une forte expansion, et ce en dépit d’un contexte fortement concurrentiel. Il a atteint 14,2 millions de clients à fin juin 2008, soit une augmentation de 21,3% par rapport à la même période de l’année précédente. Ce qui correspond à un accroissement net de quelque 0,9 million de clients depuis le début de l’année. Par contre, MT admet avoir perdu des clients en comparaison avec le premier semestre 2007, puisque le taux d’attrition cumulé s’est élevé à 27,6%, soit une hausse de 3,7 points.
Concernant les activités de téléphonie fixe et d’Internet, le chiffre d’affaires brut réalisé au Maroc est de 4,75 milliards de DH. Le nombre de lignes fixes s’est établi à 1,32 million. Ce nombre a légèrement baissé de 0,3% en comparaison avec juin 2007. Ceci pourrait s’expliquer par l’apparition des offres Internet mobile, qui rendent l’accès au net beaucoup moins tributaire d’un abonnement à une ligne fixe. La concurrence sur le segment des téléboutiques a engendré une baisse de 3,9% de la facture moyenne voix. Ce qui n’a pas empêché le CA du segment fixe de se maintenir, notamment grâce aux performances de la Data et de l’Internet, qui affichent des augmentations respectives de 17,3 et 9,1%. Le parc ADSL n’est pas en reste. A fin juin 2008, il comprenait 482.000 lignes, soit une augmentation de 10%. Le haut débit Mobile 3G a séduit 14.000 abonnés.
Concernant les revenus des différentes filiales, le résultat reste mitigé, notamment à cause des différents contextes socioéconomiques propres à chaque pays. Ainsi, Mauritel a généré au premier trimestre 2008 un CA net de 519 millions de DH, ce qui constitue une baisse de 3,7%, imputable à l’effet négatif du taux de change. En outre, l’arrivée d’un troisième opérateur sur le marché mauritanien a entraîné de fortes pressions sur les tarifs, ainsi que des efforts sur les promotions. Pour le segment mobile, le chiffre d’affaires brut a été de 417 millions de DH, et le parc disponible est en hausse de 32,3%. Les clients pour ce segment ont dépassé le million à fin juin 2008. Pour ce qui est de la téléphonie fixe et d’Internet, Mauritel a réalisé un CA brut de 145 millions de DH, avec un parc s’élevant à plus de 46.000 lignes, soit une hausse de 27,8% par rapport à juin 2007.
Onatel, la filiale burkinabée, s’en tire mieux que son homologue mauritanienne. Sur l’ensemble de ses activités, le CA réalisé durant le premier semestre s’élève à 715 millions de DH. Cependant, la croissance des revenus d’Onatel a été affectée par la baisse du niveau de consommation, due au renchérissement du coût de la vie. Pour ce qui est du segment mobile, le CA brut a été de 421 millions de DH. Le parc disponible, en nette augmentation, a atteint plus de 756.000 clients à fin juin 2008, soit une hausse de près de 95%, comparé à la même période de l’année précédente. L’élargissement de la couverture serait à l’origine de cette évolution fulgurante. Les activités liées au fixes et à Internet ont dégagé, quant à elles, un CA brut de 375 millions de DH. Le nombre de lignes fixes dépasse les 130.000, soit une hausse de 21,5%.
Gabon Télécom, acquis en février dernier, a réalisé un CA net de 529 millions de DH, dont 308 millions bruts pour l’activité mobile. Le parc, stimulé par des offres promotionnelles, a connu une hausse de 61,2% pour s’arrêter à 424.000 clients. Quant à l’activité fixe et Internet, le CA brut dégagé est de 275 millions de DH. Une hausse de 40,9% a été enregistrée pour les lignes fixes, qui s’élèvent désormais à près de 31.000.
Quant à la filiale européenne Mobisud, le CA global est de 91 millions de DH. Le parc client s’élevait à plus de 155.000 clients à fin juin 2008.

L'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Les recettes de l’IS crèvent un plafond historique

· 23,3 milliards de dirhams à fin mai

· La CGEM tient un argument pour obtenir une nouvelle baisse des taux

· L’IS rapporte 7,6 milliards de DH de plus que la TVA


A l’allure où progressent les recettes fiscales, le patronat n’aurait pas beaucoup de mal à convaincre le ministre des Finances à poursuivre la détente des taux de l’imposition des résultats des entreprises, et décrocher, pourquoi pas, une nouvelle baisse des tarifs de l’impôt sur le revenu (IR).
L’élargissement de l’assiette et probablement, du civisme fiscal, donne des arguments de plus à la CGEM pour continuer à réclamer une réforme des taux en profondeur. A fin mai, les recettes fiscales ont progressé de 31,5% à 74,2 milliards de dirhams.
La Confédération patronale peut légitimement arguer le fait que jamais l’impôt sur les sociétés (IS) ne s’est autant mieux porté, même 63% des sociétés ne paient que la cotisation minimale. A fin mai, les recettes de l’IS se sont établies à 23,3 milliards de dirhams, de loin, la première recette du Trésor, largement devant la TVA (16,9 milliards) et l’IR (14,1 milliards de dirhams). Les recettes de l’IS enregistrent une croissance spectaculaire qui ferait rêver n’importe quel gouvernement: +86%.
La crainte de déstabiliser les finances publiques disparaît donc peu à peu. Malgré la hausse vertigineuse des dépenses liées à la compensation, le gouvernement possède aujourd’hui une certaine marge de manœuvre d’autant plus que la croissance est au rendez-vous. Côté CGEM, on pourrait faire remarquer l’effet bénéfique de la baisse des taux de l’IS sur l’assiette qui se traduit par l’explosion de la recette.
Il semble pourtant que le rendement élevé de l’impôt ne suffise pas à contenir les mauvaises habitudes. La décision de prélever un milliard de dirhams dans la trésorerie des entreprises publiques en bonne situation financière (suivant le principe de la solidarité, selon la justification du ministre de l’Economie et des Finances), pour légitime qu’elle soit, n’en est pas moins contestable sur le plan de la gouvernance. Certes, ce n’est pas ce milliard qui va déstabiliser ces entreprises, il n’empêche qu’il va obérer leur capacité de financement. Cette décision pose surtout la question de l’autonomie de gestion de ces établissements.
L’énorme pression exercée par les dépenses de compensation (il faudra trouver 14 milliards de dirhams supplémentaires d’ici à fin de l’année) sur les finances publiques ne peut tenir d’argument pour justifier le fait que le Trésor aille se servir directement dans les caisses des entreprises publiques. Mais elle pourrait ne pas résister au fait que des gisements d’optimisation existent par ailleurs dans la gestion de la dépense publique.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Papelera de Tetuan absorbe Safripac

Papelera de Tetuan et Safripac viennent de signer un accord de rapprochement stratégique par voie d’absorption. Le nouveau tour de table Papelera de Tetuan se compose donc comme suit: famille Sefrioui (60,5%), Cellulose du Maroc (23,7%) et CDG Développement (10,2%). Pour ce qui est du flottant en Bourse, il est estimé à 5,5%. L’OPA est prévue pour le mois de novembre 2008.
A signaler aussi que la valeur indicative de référence de Papelera dans le cadre de la transaction se situe autour de 165 DH par action.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Maroc Leasing dément les rumeurs

Maroc Leasing a démenti jeudi, dans un communiqué de presse, toute fusion- absorption de son concurrent Chaâbi Leasing. Le même communiqué a indiqué qu’aucune négociation ni accord avec aucun autre acteur du marché du leasing n’a été entrepris à ce jour dans ce sens. Rappelons que des rumeurs circulaient dernièrement à propos d’une éventuelle fusion-absorption de Chaâbi Leasing par Maroc Leasing.
A noter que les parts de Chaâbi Leasing s’élèvent à 12,25%.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
AWB au Mali

L’information annoncée hier dans nos colonnes a été confirmée: 51% des actions de la Banque internationale du Mali ont été adjugées à Attijariwafa bank par le comité technique de privatisation au Mali. AWB*, qui était en lice avec quatre autres banques internationales, devra débourser à l’Etat malien 60 millions d’euros.
La décision du comité de privatisation devrait être confirmée par le gouvernement malien à la fin de ce mois.

l'économiste

AWB: Attijari Wafa Bank
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Chaâbi s’offre sa première cimenterie

Les travaux de construction de la cimenterie débuteront le 1er septembre 2008 et la production de clinker et de ciment en décembre 2010. Le contrat a été conclu le 24 juillet avec Fives-FCB, filiale du groupe français Fives, l’un des top 5 des constructeurs mondiaux de cimenteries. Une première tranche permettra de produire 2 millions de tonnes par an. Le montant de l’investissement s’élève à plus de 3 milliards de DH et le nombre d’emplois à créer, 500. La cimenterie sera implantée dans la commune de Ouled Sgheir sur une superficie de 350 hectares.

L'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Lydec pointe ses abonnés

· Un nouveau système d’information géométrique en place

· Réactivité pour le traitement des réclamations


LYDEC continue à investir dans le développement de sa structure en termes de qualité de service. Après le lancement du centre relation clientèle, la multiplicité des moyens de paiement… Elle a créé un système d’information géographique.
Lydec opère dans différentes activités: eau, électricité, assainissement et éclairage public. «Faire un suivi des multiples interventions sur le terrain par rapport à chaque secteur n’est pas évident», explique Abdeljaouad Benhaddou, directeur de développement clientèle lors de la présentation du système d’information géographique vendredi dernier, au siège de Lydec.
En effet, ce système a été mis en place pour solutionner les problèmes relatifs au repérage d’adresse, et à la schématisation des données informatiques. Il permet une meilleure efficacité dans toutes les interventions sur le terrain et une fiabilité totale de la gestion d’information, selon les termes de Benhaddou. Le montant d’investissement s’élève à 24 millions de DH et 1,6 million pour les moyens techniques. Ce projet a nécessité trois ans et demi de travail. Concernant les moyens déployés pour sa réalisation, Lydec a mobilisé des hommes de terrain (releveurs et rondiers), pour effectuer un repérage d’adresses complet sur les deux villes de Casablanca et Mohammédia, périphéries comprises. Sans oublier les moyens techniques qui ont été développés en interne.
Le système d’information géographique développe un certain nombre d’actions sur lesquelles l’activité est basée.
Les avantages que représente cet outil sont multiples: Lydec a constitué un référentiel d’adresses partagé grâce aux recensements effectués, permettant de situer aisément une adresse donnée de même que les références clients correspondantes. Ainsi, en cas de problème, le technicien muni d’un matériel informatique (ordinateur PDA) pourra retrouver facilement l’adresse grâce à la carte qui figure sur son matériel. Il permet également de tracer le circuit d’un rondier et faire le suivi du trajet parcouru et des tâches effectuées. Ce système de repérage est valable aussi pour relever les anomalies concernant les canalisations d’eau, les points lumineux, vannes et bouches d’incendie, afin de programmer les travaux à effectuer. Un autre avantage est la capacité à visualiser sur écran le territoire de la gestion déléguée et d’afficher les détails de l’information.
Benhaddou qualifie ce système de performant du moment où il contribue de façon considérable à traiter les réclamations client en moins de temps.
Pour mieux introduire l’outil au sein du personnel, Lydec dispose d’un centre de formation qui assure constamment des formations en informatique.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
OCP: Grand-messe avec les fournisseurs miniers

Le Groupe OCP a organisé, le 29 juillet à Casablanca, une journée d’information et d’échange avec les fournisseurs miniers. Les projets d’investissement, notamment celui du pipeline, ont été exposés. Des sociétés européennes et américaines étaient présentes. A noter que l’Office est un gros client d’équipement industriel et d’ingénierie (machines d’extraction...). Cette rencontre, qui s’inscrit dans une optique de partenariat, sera renouvelée. Mais elle va cibler, cette fois-ci, les fournisseurs chimiques.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
L’Afem certifiée ISO 9001

L’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (Afem) vient d’obtenir la certification ISO 9001 Version 2000. La certification a été accordée par Afaq Afnor après une année de préparation. L’objectif est de certifier les procédures de l’Afem en vue de satisfaire les besoins de ses membres en leur offrant les meilleures prestations pour développer leurs activités et de bénéficier d’un large réseau d’entreprises. Le financement de cette opération a été assuré dans le cadre du PAAP soutenu par l’Union européenne.

La vie éco
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
La CDG intéressée par l’ONE

Ce n’est plus qu’une question de temps avant la restructuration de l’ONE. La situation financière de l’Office est telle qu’il ne pourra plus lever de fonds. Selon Amina Benkhadra, l’ONE* sera recapitalisé et sa caisse de retraite externalisée. Sa transformation en société anonyme et l’introduction d’un institutionnel dans son tour de table lui permettra de poursuivre sa politique d’investissement. La ministre confirme que des contacts ont été menés avec la CDG*. En tout cas, le processus devra s’accélérer d’ici début 2009 pour doter l’électricien marocain de la structure idoine.

l'économiste

----------------------
CDG: Caisse de Dépôt et de Gestion
ONE: Office National d'Electricité
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Ismaïl Douiri DG à Attijariwafa bank

Ismaïl Douiri, vient d’être nommé directeur général d’Attijariwafa bank par le conseil d’administration tenu mardi 23 septembre 2008. Membre du comité de direction générale et du comité exécutif d’Attijariwafa bank, Ismaïl Douiri a intégré la banque en 2004. Il avait en charge la stratégie et le développement, fonctions élargies en 2006 au pôle «finances, opérations, transformation» en qualité de directeur général adjoint.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Le groupe El Alami s’allie aux Indiens

Joli coup pour le groupe El Alami. Il a signé, le 15 septembre à Casablanca, avec le groupe indien Oberoi Hotels & Resorts un contrat de partenariat pour le développement et la gestion d’un complexe touristique haut de gamme à Marrakech. Ce dernier, étalé sur 30 ha, compte 90 suites hors catégorie et 50 villas.
Les travaux de construction seront lancés lors du 1er trimestre 2009 et vont durer 3 ans. Le partenaire indien a déjà des hôtels classés notamment en Indonésie, Egypte et île Maurice. Quant au groupe El Alami, il s’active dans l’industrie et l’immobilier.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
CDG Développement: Nominations

Rachid Benchaâboun vient d’être nommé directeur général de Papelera, filiale de CDG Développement. Il remplace Youssef Fassi Fihri, appelé à d’autres fonctions au sein de l’ensemble CDG Développement. Ingénieur de formation (Sup’aero Toulouse), Benchaâboun a effectué un bref passage au Crédit du Maroc, avant de rejoindre en 1997 le groupe Ciments du Maroc, dans lequel il a occupé différentes fonctions (contrôle de gestion, finance et ressources humaines). Abderrahim Fenjiro est pour sa part nommé DG de Cellulose du Maroc, autre filiale de CDG Développement. Fenjiro était directeur administratif et financier de la société depuis décembre 2007. Il a occupé auparavant la fonction de directeur de l’audit interne de la CNIA après avoir débuté sa carrière au sein du cabinet Price Waterhouse Coopers.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Ourdedine secrétaire général à la CCI Maroc

C’est Mohamed Ourdedine qui occupe désormais le poste de secrétaire général de la Chambre du commerce international du Maroc.
A ce titre, il occupera également le poste de secrétaire de la Cour marocaine d’arbitrage. Doté d’une longue expérience en entreprise et en consulting, il est également très impliqué dans le domaine de l’intelligence économique à travers l’AMIE (Association marocaine d’intelligence économique)

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Un nouveau directeur financier chez CMCP

Eric Motti a rejoint le groupe CMCP, filiale du groupe international Paper, en tant que directeur du pôle finances, contrôle de gestion, contrôles internes, informatique, juridique et autres activités financières liées à la fonction, le 15 septembre 2008. Il remplace Charles Buisson, qui assumera de nouvelles responsabilités au sein d’International Paper. Le nouveau directeur financier affiche 18 ans d’expérience, notamment au sien du groupe Nestlé.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
Cherrak président de l’APC

Driss Cherrak, directeur général de ciments du Maroc, vient d’être élu président de l’Association professionnelle des cimentiers (APC). Il remplace ainsi Mohamed Chaibi, PDG de Ciments du Maroc et vice-président de la CGEM.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
ONA: Bon cru semestriel

Le groupe ONA affiche pour le 1er semestre un chiffre d’affaires consolidé de 17,2 milliards de DH, soit une progression de près de 17% par rapport à fin juin 2007.
Le résultat d’exploitation courant consolidé a fait un bond de 121,6% en comparaison avec la même période, puisqu’il est passé de 568,4 millions à 1,2 milliards de DH à fin juin dernier.
L’actif net réévalué du groupe s’élève à 33,4 milliards de DH, soit 1.915 DH par action, en progression de 8,2% par rapport à fin décembre 2007. A noter que la présentation des résultats est prévue pour le mois d’octobre.

l'économiste
 

fax02

Stranger in the life
Membre du personnel
ONA: Perspectives pour la fin d’année

Parmi les éléments qui ont contribué à l’embellie des résultats de l’ONA, les performances d’AWB ainsi que l’amélioration de l’agroalimentaire.
Pour le reste de l’année, le groupe vise plusieurs objectifs, dont la poursuite de la stratégie de développement à l’international d’AWB, ainsi que l’optimisation du financement des filiales en croissance, essentiellement Acima, Wana, Nareva et Onapar.

l'économiste
 
Haut