Adoptant une résolution sur le dossier du Sahara : Le Conseil de sécurité conforte la position du Ma

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 2 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    La raison a prévalu grâce aux efforts de la diplomatie marocaine, plus offensive que jamais. Ces efforts ont donné leurs fruits à l'occasion du vote, mardi 31 octobre, par le Conseil de sécurité qui préconise "une solution politique définitive" à la question du Sahara.

    Les Quinze se sont, une fois de plus, prononcés pour une solution politique, tout en soutenant les efforts du secrétaire général des Nations unies et de son représentant personnel, Peter Van Walsum.
    Selon les termes de la résolution onusienne, le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission de l'Onu pour le référendum au Sahara (Minurso) pour une nouvelle période de six mois, soit jusqu'au 30 avril 2007.

    Mise en place en avril 1991, la Minurso a essentiellement pour mandat de surveiller le respect du cessez-le-feu. Pour le Maroc, cette résolution confirme la démarche préconisée, depuis plus de deux ans, par le Conseil de sécurité pour le traitement de la question du Sahara marocain, en réitérant l'appel du Conseil "aux parties et aux Etats de la région de continuer à coopérer pleinement avec les Nations unies pour mettre fin à l'impasse actuelle et progresser vers une solution politique", souligne le communiqué du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.

    Le Conseil de sécurité réaffirme ainsi, à l'unanimité de ses membres, la volonté de la communauté internationale d'insuffler une dynamique nouvelle, résolument orientée vers l'avenir, au processus de règlement de ce différend régional, écartant par la même occasion les propositions antérieures dont le caractère caduc est définitivement établi, ajoute la même source. Cette volonté, clairement exprimée par la communauté internationale, conforte pleinement l'approche soutenue par le Maroc d'une solution politique définitive, à même de favoriser la paix, la stabilité et le développement dans la région du Maghreb, conclut le communiqué.

    La réaction des membres du Conseil de sécurité est intervenue quelques jours après la publication du rapport du secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan. Un document qui enterre définitivement le plan de paix Baker II et écarte toute solution imposée. Le rapport privilégie la négociation directe entre toutes les parties comme seule démarche susceptible de permettre de dépasser l'impasse actuelle.

    Pour progresser vers une solution politique consensuelle et définitive à ce conflit artificiel, le Maroc a exprimé sa disposition à présenter un projet d'autonomie qui permette aux habitants du Sahara de gérer leurs affaires dans le cadre de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale du Royaume.
    L'approche marocaine a été jugée très positive par plusieurs capitales récemment visitées par les différentes missions dépêchées par S.M. le Roi Mohammed VI auprès des pays membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité.

    Tous ont été unanimes à déclarer que le projet d'autonomie des provinces du sud du Maroc, proposé par le Royaume, est "un espoir pour la paix dans la région, comme il est de nature à faire avancer le dossier du Sahara". Il est certain que le Sahara ne peut être conçu que dans le cadre de la souveraineté marocaine sur ses provinces du Sud, de même que le Maroc ne peut être envisagé sans son Sahara.

    Une réalité fondée sur la solidité d'une constance forgée par une relation spirituelle, humaine et spatiale dans le temps et dans l'espace. "Notre message à l'adresse du polisario, des Etats maghrébins et de tous les pays du monde est que le Maroc est sérieux dans le projet d'autonomie en tant que solution définitive à la question du Sahara, à travers l'exercice de la forme la plus évoluée de l'autodétermination", avait souligné, en mai dernier, M. Ould Errachid, dans une déclaration à la presse au terme des travaux de la session extraordinaire du Corcas.

    D'ailleurs, en expliquant le vote de Paris, en faveur de la prorogation du mandat de la Minurso, le représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix a réitéré le souhait de son pays "que les prochains mois seront mis à profit pour sortir de l'impasse dont personne ne peut se satisfaire et pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable, dans le cadre des Nations unies". "La France a pris note avec intérêt de l'intention du Royaume du Maroc, relevée par le rapport du secrétaire général, de présenter dans les prochains mois des propositions. Il s'agit d'un développement encourageant qui permettra, nous l'espérons, d'aller de l'avant", a affirmé le diplomate français.

    Pendant ce temps, la mission diplomatique algérienne sur le Sahara se heurte au retrait par certains de ces pays de leur reconnaissance de la fantomatique entité qui a élu domicile sur son propre sol. Ces pays et autres ONG ne cessent de dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles vivent les populations des camps de Tindouf et le traitement inhumain qui leur est infligé par les forces de sécurité du polisario. Il faut noter qu'une situation catastrophique prévaut dans les camps de cette localité algérienne où pâtissent les populations suite aux graves violations des droits de l'Homme.

    Les Sahraouis de ces camps de la honte souffrent le martyre et supportent les affres d'une élite dirigeante qui n'a en tête que la torture des innocents. Les souffrances des milliers de Sahraouis détenus contre leur volonté dans les camps de Tindouf et des enfants enlevés à leurs parents ne sont plus un secret pour personne.

    Des centaines d'enfants sahraouis sont déportés, sous prétexte de continuer les études, mais les raisons inavouées de cette politique résident dans la volonté manifeste des dirigeants du "polisario" de les soumettre à un endoctrinement idéologique.

    De telles pratiques "ne sont guère surprenantes, car elles ne font que rappeler à l'opinion publique les sévices et autres procédés immoraux et inhumains que le polisario ne cesse d'exercer à l'encontre des citoyens sahraouis depuis le milieu des années 70, telles la répression, les arrestations arbitraires et la torture", nous avait déclaré la députée Gajmoula Bent Abi.


    Reprise le 3 novembre des visites familiales à caractère humanitaire

    Les visites familiales qui concernaient la ville de Dakhla, suspendues par le "polisario" le 2 juin dernier, reprendront le 3 novembre par l'organisation d'un voyage entre le camp dénommé "camp Smara", au sud de l'Algérie, et les villes de Dakhla et Laâyoune dans le sud du Royaume, indique un communiqué du Bureau de la coordination avec la Minurso.

    Ainsi, quelque 60 personnes de part et d'autre des frontières maroco-algériennes vont bénéficier de ce voyage, le premier d'une série de quatre opérations programmées de manière concomitante et à titre exceptionnelle, de et vers les villes de Dakhla et Laâyoune, précise le communiqué.

    Le Bureau de la coordination avec la Minurso se félicite de la reprise de cette opération humanitaire et invite le HCR à gérer, dorénavant, cette importante activité avec le sérieux et la fermeté requis, et dans le strict respect des arrangements conclus et des engagements pris en la matière.


    De même, le HCR est appelé à prendre les mesures nécessaires pour prémunir ladite opération contre les man½uvres et pratiques des autres parties tendant à dénaturer le caractère humanitaire de cette mesure de confiance et à nuire à sa réussite et à sa poursuite, conclut le communiqué.

    le matin​
     
  2. ذات النقاب

    ذات النقاب أختكم في الله

    J'aime reçus:
    102
    Points:
    48
    Re : Adoptant une résolution sur le dossier du Sahara : Le Conseil de sécurité conforte la position

    barvo les marocains , dernierement ils etaient a Lahay , il yavait un grand debat entre les marocains et les polisarios
     

Partager cette page