"Affaire Ben Barka": Dris Basri entendu

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 22 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    L'ancien ministre de l'Intérieur marocain a été entendu lundi durant deux heures comme témoin dans l'enquête sur la disparition de l'opposant.

    L 'ancien ministre de l'Intérieur de Hassan II, Driss Basri, a été entendu, lundi 22 mai, pendant deux heures comme témoin par le juge d'instruction parisien Patrick Ramaël en charge de l'enquête sur la disparition de l'opposant marocain Mehdi ben Barka en octobre 1965 à Paris.

    "Je ne connais pas l'affaire, je n'y ai pas été mêlé", a assuré Driss Basri à l'issue de son audition. "Je lui ai dit tout ce que je savais, c'est-à-dire pas grand chose".

    Ex-homme fort du régime de Hassan II, dont il fut le secrétaire d'Etat puis le ministre de l'Intérieur de 1974 à 1999, Driss Basri est installé dans le XVIe arrondissement de Paris depuis janvier 2004.

    Il avait été limogé en novembre 1999 par le roi Mohamed VI et entretient des relations tendues avec Rabat. Il a néanmoins obtenu en mars 2005 le renouvellement de son passeport marocain. Depuis, il dispose d'un titre de séjour en France.

    Emplacement du corps
    A la question de savoir s'il savait où était le corps de Mehdi Ben Barka, Driss Basri a répondu par la négative. "Je serais heureux de l'apprendre", a-t-il assuré aux journalistes qui l'attendaient après l'audition.
    "Si je le savais ça aurait été merveilleux pour la famille, les états français et marocain", a-t-il déclaré. "Je ne connais personne qui a participé à l'enlèvement", a ajouté l'ancien ministre marocain rappelant qu'il n'avait pris ses fonctions qu'en 1974.


    PF3
    "Vous ne pouvez pas demander à quelqu'un de laisser sa mémoire à disposition de son successeur", a encore plaisanté Driss Basri. Il affirme également tout ignorer de PF3, un ancien centre de détention situé à Rabat, où pourrait être enterré le corps de Ben Barka qui n'a jamais été retrouvé.

    La justice française enquête toujours sur l'enlèvement le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp, en plein centre de Paris, de l'opposant à Hassan II dont le corps n'a jamais été retrouvé.

    Une disparition qui a donné lieu à de multiples rebondissements et à quelques condamnations, insuffisantes selon les proches de Mehdi ben Barka qui ont toujours mis en cause Hassan II. Le roi, décédé en 1999, affirmait pour sa part qu'il s'agissait d'une affaire "franco-française".

    AP
    Nouvelobs
     
  2. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Re : "Affaire Ben Barka": Dris Basri entendu

    Driss Basri entendu par le juge de l'affaire Ben Barka

    L'ancien ministre de l'Intérieur de Hassan II, Driss Basri, a été entendu lundi pendant deux heures comme témoin par le juge d'instruction parisien Patrick Ramaël en charge de l'enquête sur la disparition de l'opposant marocain Mehdi ben Barka en octobre 1965 à Paris.

    "Je ne connais pas l'affaire, je n'y ai pas été mêlé", a assuré Driss Basri à l'issue de son audition. "Je lui ai dit tout ce que je savais, c'est-à-dire pas grand chose".

    Ex-homme fort du régime de Hassan II, dont il fut le secrétaire d'Etat puis le ministre de l'Intérieur de 1974 à 1999, Driss Basri est installé dans le XVIe arrondissement de Paris depuis janvier 2004.

    Il avait été limogé en novembre 1999 par le roi Mohamed VI et entretient des relations tendues avec Rabat. Il a néanmoins obtenu en mars 2005 le renouvellement de son passeport marocain. Depuis, il dispose d'un titre de séjour en France.

    A la question de savoir s'il savait où était le corps de Mehdi Ben Barka, Driss Basri a répondu par la négative. "Je serais heureux de l'apprendre", a-t-il assuré aux journalistes qui l'attendaient après l'audition.

    "Si je le savais ça aurait été merveilleux pour la famille, les états français et marocain", a-t-il déclaré. "Je ne connais personne qui a participé à l'enlèvement", a ajouté l'ancien ministre marocain rappelant qu'il n'avait pris ses fonctions qu'en 1974.

    "Vous ne pouvez pas demander à quelqu'un de laisser sa mémoire à disposition de son successeur", a encore plaisanté M. Basri. Il affirme également tout ignorer de PF3, un ancien centre de détention situé à Rabat, où pourrait être enterré le corps de Ben Barka qui n'a jamais été retrouvé.

    La justice française enquête toujours sur l'enlèvement le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp, en plein centre de Paris, de l'opposant à Hassan II dont le corps n'a jamais été retrouvé.

    Une disparition qui a donné lieu à de multiples rebondissements et à quelques condamnations, insuffisantes selon les proches de Mehdi ben Barka qui ont toujours mis en cause Hassan II. Le roi, décédé en 1999, affirmait pour sa part qu'il s'agissait d'une affaire "franco-française".

    Source - La Tribune.
     

Partager cette page