Agadir: Les dysfonctionnements de l’Hôpital Hassan II

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 17 Septembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Mauvaise prise en charge, corruption, favoritisme…

    · Un plan d’urgence pour remédier à la situation



    [​IMG]

    «Mauvaise prise en charge, corruption, favoritisme, saleté… ». Les usagers de l’Hôpital Hassan II ne trouvent pas suffisamment de mots pour décrire les dysfonctionnements dont souffre l’Hôpital Hassan II d’Agadir. Pourtant, l’établissement, le plus ancien centre hospitalier du Souss, semble même être un exemple en termes de qualité pour les autres structures du même genre à l’échelle du pays. Par ailleurs, l’établissement bénéficie du soutien de la société civile pour la mise à niveau de son infrastructure. C’est cette même société civile qui monte aujourd’hui au créneau pour protester contre la situation de l’hôpital. L’autorité locale a aussi tiré de son côté la sonnette d’alarme.
    De fait, l’Hôpital Hassan II souffre d’une infrastructure toujours insuffisante, d’un grand déficit en ressources humaines et d’équipements sanitaires obsolètes et mal entretenus. Rien d’étonnant que les usagers n’en peuvent plus et en parlent tout haut à qui veut les entendre. Pour Fatima, une Sahraouie dont le fils est admis au pavillon des maladies infectieuses, «le plus grand mal dont souffre cet établissement est la corruption et le favoritisme. Si on ne graisse pas la patte, on est tout simplement ignoré! Il faut payer pour chaque acte!», déplore-t-elle. L’usager se plaint aussi du suivi médical. «Le médecin, quand il finit par venir, ne franchit pas le seuil de la chambre. Il donne ses directives oralement sans même ausculter le malade!».
    Admise au même pavillon depuis douze jours, Anissa a moins de chance. Selon son père, «tout ce que l’hôpital lui offre, c’est un lit, rien de plus. Même sa température, c’est sa mère qui s’en charge. Ici, on ne s’occupe pas d’elle et son état psychologique s’en est fortement ressenti». A ce propos, un médecin explique: «Nous sommes tellement débordés de travail que parfois l’aide des membres de la famille des patients est souhaitée voire sollicitée». Soit. Mais, les membres des familles des patients ne sont pas médecins. Le serment d’Hippocrate n’impose-t-il pas aux médecins de faire acte d’abnégation pour sauver leurs patients? Qu’en est-il dans cet hôpital?
    Dans le pavillon pour enfant, la situation n’est pas meilleure. Une maman dont le bébé a 40° de fièvre s’est entendue dire «qu’elle doit lui administrer elle-même un médicament, si elle l’a sur elle. Le médecin ne pouvant le voir que le lendemain dans la journée». Et la liste des réclamations est bien plus longue.
    Contactés par L’Economiste, les responsables de l’hôpital affirment qu’ils «font de leur mieux pour répondre à la demande des usagers». «Mais la vocation régionale de l’établissement conjuguée à l’insuffisance des ressources humaines rend en difficile la mission», soulignent-ils. De fait, l’Hôpital Hassan II emploie 130 médecins environ et 330 infirmiers à travers 20 services répartis sur 4 départements. «Nous avons un déficit de 80 infirmiers. Par ailleurs, nous n’avons qu’un seul neurologue, un seul endocrinologue et un seul dermatologue. Malgré cela, nous enregistrons 70.000 consultations en urgence par an et près de 35.000 consultations spécialisées annuellement», précise Dr Khalid El Alami, directeur de l’hôpital.
    Pour les représentants de la société civile, le problème n’est pas une question de nombre de personnel mais de gestion de la ressource. «Beaucoup trop de médecins de l’hôpital travaillent en même temps dans le privé. Et cela au détriment du fonctionnement de la structure publique», déplore un membre d’une ONG.
    Quoi qu’il en soit, la dégradation de ce service public de la santé laisse voir un grand décalage entre le discours officiel et la réalité. «La situation de l’Hôpital Hassan II, où on ne peut, pour une opération, offrir ni le fil, ni l’aiguille ni même le gant, est en complète contradiction avec le développement auquel aspire la région», déplore un observateur. A cette situation les responsables de l’hôpital semblent réagir ces derniers jours. Ils ont mobilisé les troupes et un plan d’action d’urgence a été mis en œuvre. Hygiène, campagne de communication, anti-corruption, amélioration de l’accueil à travers le renforcement d’une cellule à l’entrée de l’établissement… plusieurs dispositions ont été mises en œuvre. Alors mesures ponctuelles ou changement réel des habitudes? On ne tardera pas à le savoir.

    --------------------------------------------------------------------------------


    Dialyse: Trop de malades sur la liste d’attente

    · Près de 100 personnes attendent leur tour

    · Manque de ressources humaines ou laisser-aller dans le service?


    Premier prix du concours national de la qualité en 2007, deuxième au même classement en 2008, l’Hôpital Hassan II d’Agadir n’en reste pas moins marqué par de nombreux dysfonctionnements, notamment la prise en charge des malades souffrant d’insuffisance rénale nécessitant des dialyses. Près de 100 malades sont actuellement en liste d’attente. Pourtant l’établissement dispose bien d’un centre de dialyse équipé de 16 machines dont six ont été mises en place par l’Association des amis de l’hôpital.
    A noter que ces appareillages ont été financés par la Commune urbaine. Les équipements ne travaillent pas toutefois à plein régime. Pour Dr Khalid El Alami, directeur de l’Hôpital Hassan II, c’est le manque de ressources humaines qui est à l’origine de cette situation. «Le service travaille avec deux équipes et une troisième est nécessaire pour exploiter de manière efficiente ces machines, mais nous manquons de ressources humaines», avance le médecin.
    De l’avis de la société civile c’est plutôt un laisser-aller du personnel qui nuit au service. Selon certains de ses représentants, «les générateurs peuvent êtres exploités à plein temps mais beaucoup de personnes en charge du service ne travaillent pas tous leurs horaires de travail».
    A ce sujet, L’Economiste s’est déplacé lundi dernier à 16h45 sur place et a constaté de visu que le centre était déjà fermé et que les séances étaient déjà finies. Pourtant les responsables de l’hôpital avaient assuré que deux équipes se relayaient chaque jour dans la structure. Cette dernière ne devrait pas fermer ses portes avant 18h ou même 19h puisque les séances de dialyse de l’après-midi ne devraient normalement se terminer que vers 17h 30 à en croire les responsables de l’hôpital. Mais ces derniers persistent à dire que le service ne peut donner plus avec les moyens humains dont il dispose. «La capacité de traitement d’un générateur ne peut dépasser cinq malades. Aussi avec 16 générateurs dont deux pour les cas urgents on ne peut traiter que 70 malades environ», soulignent-ils.
    Aussi les représentants régionaux de la Santé disent chercher une solution ailleurs. «Aujourd’hui pour faire face à la forte demande des malades souffrant d’insuffisance rénale un partenariat public-privé dans le cadre d’un programme national a été mis en place», précise Dr Fouad Bouchareb, délégué régional de la Santé. Selon lui, un marché vient d’être passé avec des cliniques de la place et le prix adjugé de la séance de dialyse est de 800 DH. «C’est trop cher payé!», déplore un représentant de la société civile. «Nous arrivons pour notre part à obtenir auprès des cliniques privées le tarif de 500 DH/séance et parfois bien moins pour les démunis que nous prenons en charge», indique un membre d’une ONG.
     
  2. Serviteur

    Serviteur Visiteur

    J'aime reçus:
    179
    Points:
    0
    130 médecins + 330 infirmiers pour 4 départements soit 32 médecins et 83 infirmiers par département.

    70 000 consultations + 35 000 spécialisées par an soit 287 consultations par jour réparties sur 4 département ce qui donne 71 consultations par jour et par département

    donc en résumé 32 médecins et 83 infirmiers ne sont pas capable de suivre 71 consultations !!!

    A mon avis c'est plutôt une question de place et de spécialistes plus qu'autre chose !
     

Partager cette page