Al Adl Wal Ihsane, un monopole sur le Hamas ?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 10 Février 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Plusieurs milliers de personnes ont, lors d'une marche de solidarité, manifesté dimanche 18 janvier, à Casablanca, leur soutien au peuple palestinien et dénoncé l'agression israélienne contre la bande de Gaza.
    Derrière cette marche, toujours la même rivalité politique…


    [​IMG]

    C’était déjà vrai avant les bombardements israéliens de Gaza. C’est encore plus vrai depuis les bombardements israéliens de Gaza : le Hamas est devenu la plus populaire des factions palestiniennes aux yeux des populations arabes.
    La population marocaine ne fait pas exception. Loin s’en faut.
    Pour les peuples arabo-musulmans, Hamas est le symbole de la résistance héroïque dans les territoires occupés, le faible qui tient tête aux puissants avec si peu de moyens.
    Même lorsqu’il tue ses frères palestiniens – par exemple, lors du coup de force contre l’autorité palestinienne du Fatah qui a fait une centaine de morts à Gaza avant que la bande ne passe sous son contrôle et que le Fatah ne se replie en Cisjordanie – le Hamas reste le combattant digne qui « nettoie » les rangs palestiniens de ceux qui « se vendent à l’ennemi », « l’intègre qui se dresse contre le corrompu »…
    Cette popularité du Hamas dans les pays arabes gêne - voire, exaspère - les officiels. Tout autant qu’elle est récupérée par les oppositions – et notamment les oppositions islamistes – à des fins politiques.
    Au Maroc, ce n’est pas pour rien que dans toutes les marches organisées pour le soutien de la population de Gaza, les islamistes veillaient à rendre leurs rangs « visibles, audibles et impressionnants ».
    Ils se distinguaient, sciemment, de la gauche et des autres ONG défendant les droits des Palestiniens. Ils avaient « leur » marche dans la marche.
    Et pour bien se distinguer, ils arboraient abondamment les couleurs du Hamas et ne scandaient de slogans qu’à sa gloire.
    Bien sûr, cela est du plus bel effet sur la population…
    Problème, cependant. Si les officiels et les partis politiques en général ont essayé d’ignorer cette guerre psychologique de récupération – pour ne pas mettre davantage l’accent sur le clivage – les islamistes, entre eux, n’étaient pas prêts à se faire de cadeaux.
    Ainsi, militants islamistes d’Al Adl Wal Ihsane et ceux du PJD en sont parfois arrivés à des clashs, les uns reniant aux autres le monopole du soutien au Hamas.
    C’était le cas, par exemple, lors de la marche de ce week-end, à Casablanca.
    La rivalité a atteint son paroxysme lorsqu’un homme se réclamant du PJD a lancé, manifestement excédé, à des marcheurs d’Al Adl : « Hamas machi dialkom ! » (Hamas n’est pas à vous !). Cela aurait pu dégénérer, mais des témoins sont intervenus et leur interposition, fort heureusement, a été efficace.
    Un débat entre marcheurs s’en est cependant suivi. Al Adl Wal Ihsane, association islamiste non reconnue, se distinguant par son opposition au pouvoir, peut-elle, au nom de cela, se prévaloir d’un monopole d’image sur le Hamas ? Pour soutenir le peuple palestinien, faut-il d’abord se prononcer sur le Hamas ?
    Une chose est claire : les luttes intestines palestiniennes compliquent, plus que toute autre chose, la tâche de ceux qui entreprennent de défendre la cause palestinienne. Là est la vraie malédiction.


    Source : lereporter.ma

     

Partager cette page