Alerte, médicaments dangereux!

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 28 Janvier 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    • Huit seront retirés du marché local d’ici la fin du mois
    • Après le Mediator, le Champix?
    • Le centre de pharmacovigilance a donné l’alerte en 2008

    [​IMG]

    Dès le 31 janvier, huit médicaments à base de Dextropropoxyphène(1) seront retirés du marché local. Une décision prise par le ministère de la Santé suite à l’avis des membres de la Commission nationale consultative de pharmacovigilance. Ces derniers ont jugé le rapport bénéfice/risque défavorable en raison du risque de toxicité cardiaque. Ainsi, ces médicaments ne doivent plus être prescrits à de nouveaux malades. Faut-il s’attendre à ce que la liste de ces produits black listés (voir tableau) s’allonge d’autant plus que, chaque jour, un nouveau médicament est pointé du doigt au niveau mondial? En effet, le scandale du Mediator a incité l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) à publier une liste de 59 médicaments placés sous surveillance.
    Les laboratoires sont appelés à anticiper les effets secondaires qui peuvent aller de la simple rougeur à des conséquences psychologiques induisant des comportements suicidaires. Sur cette liste, plusieurs médicaments sont connus du public et sont en vente au Maroc. C’est le cas du médicament anti-tabac Champix (du laboratoire Pfizer) qui fait l’objet d’une grande polémique en Europe et aux Etats-Unis. Ce médicament, utilisé pour le sevrage tabagique, est accusé de provoquer «des troubles psychologiques et neurologiques et même des pensées suicidaires». Ces risques ne datent pas d’aujourd’hui puisqu’en 2008, l’agence française a mis en garde contre certains signes visibles, notamment «des comportements dépressifs et suicidaires». Et pourtant n’a rien n’a été fait! Champix a eu une AMM (Autorisation de mise sur le marché) européenne en septembre 2006, sa commercialisation en France en février 2007 a été accompagnée d’un plan de gestion des risques avec un suivi de pharmacovigilance renforcé.
    Champix est commercialisé également au Maroc au prix de 390 et 400 DH la boîte. «Nous continuons de le vendre vu qu’il n’y a pas eu de réclamations ni des patients ni des autorités compétentes», explique un pharmacien de la place.
    Depuis sa mise sur le marché marocain le 27 février 2008, 2.180 boîtes toutes formes comprises ont été vendues entre début mars et fin mai 2008. Le centre marocain de pharmacovigilance a reçu, durant le deuxième trimestre 2008, onze notifications d’effets indésirables (EI) coïncidant avec la prise de Champix. A cette date, les données de la pharmacovigilance nationale et internationale concernant l’utilisation de Champix ne remettent pas en cause le rapport bénéfice/risque favorable de cette thérapeutique. «Comme tout nouveau produit, les laboratoires soumettent à la FDA, Food and Drug Administration, un plan de gestion des risques», indique Dr Mostafa Benmimoun, directeur médical des laboratoires Pfizer Maroc. Champix doit être administré à des fumeurs motivés à l’arrêt dans le cadre d’une prise en charge globale (conseils + suivi). Il est délivré sur prescription médicale. Le laboratoire s’engage à signaler les effets indésirables et faire des alertes. Il faut aussi revenir aux mentions légales du médicament pour voir toutes les informations destinées aux patients.
    L’Arcoxia, le Gardasil et le Cervarix figurent également sur la liste de l’Afssaps. L’Arcoxia est un anti-inflammatoire, souvent utilisé dans le traitement de l’arthrose. Parmi les effets secondaires du produit des laboratoires MSD Chibret, une augmentation du risque d’accidents vasculaires cérébraux et d’infarctus. Les deux autres produits sont les vaccins contre le cancer du col de l’utérus de deux laboratoires concurrents, Sanofi et GSK. Ils pourraient tous deux entraîner des rougeurs, voire de la fièvre dans certains cas. Ellaone (de HRA Pharma), une pilule du lendemain efficace jusqu’à 5 jours après le rapport à risque, est susceptible d’augmenter la pression artérielle, les risques de grossesse extra-utérine ou encore les atteintes du foie. Notons que ce produit n’est pas encore disponible au Maroc. Les discussions en cours n’ont pas abouti à des résultats vu son prix élevé (350 à 400 DH), indique Mohamed Qrayim, responsable de la communication chez Sothema. D’après nos informations, le laboratoire HRA Pharma aurait approché d’autres laboratoires.


    (1) Le Dextropropoxyphène est un antidouleur (analgésique) opioïde dérivé de la morphine. Quinze fois moins puissant que cette dernière, il est commercialisé en association à des analgésiques comme le paracétamol et il est indiqué dans les douleurs d’intensité modérée à forte (antalgique de niveau II de l’OMS). L’arrêt du Dextropropoxyphène n’engendre aucun risque pour les patients.



    F. Z. T.

    Source : lien


     

Partager cette page