Alger et le «polisario» refusent le recensement des séquestrés de Tindouf

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 7 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a publié, mercredi à Genève, une note d'information sur l'enregistrement des populations dans les camps de Tindouf dans laquelle le HCR s'engage à poursuivre ses efforts afin de mener à bien un recensement global des populations dites "réfugiés" dans les camps de Tindouf. Le HCR rappelle qu'il a officiellement demandé au gouvernement algérien en 1977, 2001, 2003 et 2005, l'autorisation de procéder à un enregistrement conjoint dans le cadre de réunions sur ce thème et à travers des demandes officieuses à plusieurs autres reprises.

    Des démarches similaires ont également été entreprises auprès du "polisario" en 2002, 2003 et 2005, souligne le document. La réponse du gouvernement algérien, telle que contenue dans une déclaration permanente du HCR en juin 2005, indique que si l'enregistrement en soi ne soulève aucun problème de principe, il dépend de la résolution globale du conflit du Sahara.

    Le "polisario" a pris une position semblable dans les réunions et les discussions avec le HCR en mars, mai et juin 2005, ajoute le document.
    Le HCR porte ainsi un démenti aux allégations du représentant de l'Algérie à l'ONU contenues dans la lettre adressée dernièrement au Conseil de sécurité.

    Le diplomate algérien affirme, en effet, que les populations dans les camps de Tindouf ont été "dûment identifiées par le HCR". Dans ce document, le HCR indique également qu'il avait conduit une opération d'enregistrement, entre 1998 et 2000, sur la base d'une liste provisoire de votants établie par la MINURSO, mais cette opération, souligne-t-il, "n'allait pas sans quelques limitations, dans la mesure où les personnes à charge n'étaient pas considérées par le HCR et étaient seulement enregistrées sur la base d'une déclaration verbale des chefs de famille/votants". En conséquence, "les résultats de cette campagne n'ont pu être utilisés et n'ont servi qu'à donner un ordre de grandeur approximatif de la population dans les camps".


    MAP
     

Partager cette page