Almería 2 - 2 FC Barcelone : Merci Messi

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 7 Mars 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Barcelone est revenu deux fois au score ce soir, deux fois grâce à l'inévitable Lionel Messi, au cours d'un match qui aura vu Guardiola et Ibrahimovic être expulsés.

    Pour son premier match en ce mois de mars, les Blaugrana devaient se mesurer à une équipe d'Almería située dans le ventre mou du classement, encore en lice pour les dernières places européennes, et pas encore sauvée d'une éventuelle relégation. Barcelone devait alors justifier des trente-deux points d'avance au classement sur son rival de ce soir, et pour ce faire, Guardiola composait avec une équipe privée de réelle surprise. Effectivement, Victor Valdés gardait les buts, Daniel Alvés, Puyol, Milito et Maxwell formaient la défense, et devant eux étaient alignés Yaya Touré, Xavi, Iniesta, Messi, Ibrahimovic, et Pedro. Les joueurs étant nommés, la question était de savoir quel serait le dispositif choisit par Guardiola, un schéma classique avec les trois milieux et les trois attaquants devant eux ou un double pivot Yaya Touré / Xavi avec Iniesta et Pedro sur les flancs et Messi et Ibrahimovic dans l'axe ?

    Les faits et le jeu
    La réponse ne tardait pas : le nouveau système était utilisé. Xavi et Yaya Touré jouaient dans l'entre jeu tandis que Pedro et Iniesta occupaient les couloirs, laissant à Messi le soin de tourner autour d'Ibrahimovic. Dès l'entame du match, le jeu penchait clairement à gauche avec une activité importante d'Iniesta. Pedro et Daniel Alvés, de l'autre côté, étaient moins visibles. Almería ne touchait presque pas le ballon. Le dispositif du Barça permettait de quadriller efficacement le terrain et les hommes de Guardiola monopolisaient le cuir. La première frappe cadrée était signée Xavi, sans réel danger. Une minute plus tard, Messi était à l'origine d'une nouvelle occasion. Barcelone débutait cette rencontre de bien bonne manière, et les dix premières minutes étaient totalement à l'avantage des visiteurs, tant au niveau de la possession de balle que des incursions offensives.

    Pourtant, comme cela arrive parfois avec une telle physionomie, l'adversaire dominé ouvrait la marque. Sur un corner très bien frappé, Cismo battait Puyol et trompait Victor Valdés de la tête. 1 - 0. Cette ouverture du score contre le cours du jeu coupait malheureusement les catalans dans leur élan. La stratégie restait la même, et les champions en titre persévéraient dans ce nouveau dispositif. Sous la pression de Messi, M'Bami donnait une passe en retrait à son gardien, lequel se saisissait du ballon avec les mains. Coup-franc indirect dans la surface. Messi, après un décalage de Xavi, ne trouvait pas le but. Le petit Ballon d'Or argentin gagnait en importance au fur et à mesure que le match avançait. Mais c'est son "second", Xavi, qui était proche d'égaliser, toujours sur coup-franc. Diego López veillait.

    À partir de la vingtième minute, le match gagnait en intensité et les attaques se faisaient plus rapides de chaque côté. Barcelone se procurait quelques situations intéressantes mais ni Iniesta, ni Pedro, pas plus que Messi de la tête, ne trouvaient l'ouverture. Comme si ce désavantage au score ne suffisait pas, Guardiola était ensuite expulsé pour des protestations jugées trop nombreuses. Barcelone était privé de sa tête pensante et courait toujours après le score. Les attaques étaient variées et les coéquipiers de Puyol continuaient de pousser. Heureusement, cette domination finissait par porter ses fruits. Une nouvelle fois sur coup-franc, le domaine où ils ont été les plus dangereux, les catalans s'approchaient du but, et cette fois-ci le ballon finissait au fond des filets, après une douce frappe de Lionel Messi. 1 - 1.

    De quoi retourner dans les vestiaires avec un moral regonflé et de réelles chances de s'imposer en seconde période.

    Les chiffres de possession de balle à la mi-temps étaient sans appel : 78% pour les catalans. En seconde période, les choses s'équilibraient et Almería, tout comme le Barça, se procurait quelques occasions. Notamment à la 56ème minute ou, après un bon jeu en triangle, un centre venu de la gauche était dévié par Puyol dans son propre but. 2 - 1 ! Tout était à refaire. À l'heure de jeu, les choses s'emballaient : Ibrahimovic était expulsé après un mauvais geste dans la surface de réparation. Almería était alors dans son meilleur moment du match, ils menaient à la marque, ils étaient en supériorité numérique (tant sur le terrain que sur le banc de touche...) et les supporters se permettaient quelques Olé qui avaient de quoi déstabiliser les catalans. Néanamoins, ceux-ci ne se décourageaient pas.

    À la 66ème minute, Pedro centrait côté gauce, le ballon était très mal dégagé de la tête et Messi, à l'affût, inscrivait un joli doublé. 2 - 2. Iniesta et Pedro avaient permuté auparavant. Paradoxalement, le Barça en infériorité numérique semblait parfois avoir plus d'espace pour attaquer, et ce malgré l'absence d'un attaquant ; cela était probablement dû au fait qu'Almería avait augmenté sa prise de risque et envisageait la victoire après l'expulsion, de ce fait il y avait plus de joueurs à l'attaque. Cela aurait d'ailleurs pu payer à plusieurs reprises, heureusement Valdés gardait ses buts avec sérieux. Les deux équipes jouaient clairement pour la victoire et les opportunités étaient présentes. Iniesta puis Xavi tiraient au dessus. Messi tentait aussi sa chance mais Diego López était dans un grand soir.

    Malgré de longues minutes de temps supplémentaire, aucune des deux équipes ne faisait finalement la différence. Le score restait équitable, et des deux côtés des regrets pouvaient se manifester tant les opportunités de marquer le but de la victoire s'étaient présentées.

    Ce match nul à l'extérieur n'était pas un mauvais résultat en lui-même, si ce n'est qu'il fallait aussi tenir compte du poursuivant madrilène prêt à récupérer la place de leader au moindre faux pas. On retiendra de ce match les actions malheureuses de Puyol sur les deux buts, le nouveau dispositif choisi ces temps-ci qui offrent quelques bonnes choses, notamment les dédoublements sur les ailes antre les latéraux et les milieux extérieurs, et la propension qu'a Messi à enchaîner les buts. On regrettera cependant les difficultés d'Ibrahimovic à exister dans le jeu, et bien sûr son expulsion. Guardiola ne pourra même pas lui faire la leçon, étant donné qu'il a lui aussi subi le même sort. En espérant que la victoire soit de retour face à Valence et surtout Stuttgart...


    Les joueurs
    1 - Victor Valdés 5 : pas aussi serein que durant les matchs précédents. Rien de réellement négatif non plus.

    2 - Daniel Alvés 5,5 : pas du grand Daniel Alvés, il a néanmoins proposé un niveau de jeu passable. Même avec un match en demi-teinte il reste meilleur que n'importe quel autre joueur de l'effectif pouvant être aligné à ce poste.

    5 - Puyol 4 : sans qu'il s'agisse de l'accabler, il faut noter que les deux buts sont pour lui. Il s'agit toutefois de faits ponctuels et non d'une baisse de rendement globale qui pourrait amener à l'inquiétude quant aux prochains matchs.

    18 - Milito 5,5 : une fois n'est pas coutume, c'est son faux jumeau Puyol qui monopolisera les critiques. De son côté, l'argentin a fait le match qu'il fallait pour rester devant Márquez et a fortiori Chygrynskiy.

    19 - Maxwell 5 : son meilleur match fut à droite, aussi étrange que cela puisse paraître. À gauche, il s'est contenté comme toujours du strict minimum. On attend plus de conviction de la part d'un latéral à Barcelone.

    6 - Xavi 6 : il est à l'aise dans ce double pivot, il a de l'espace et relance bien le jeu en plus de continuer à distribuer quelques fois le dernier ballon. Néannmoins ce n'est toujours pas le grand Xavi que l'on a connu.


    24 - Yaya Touré 6 : sobre, de bons choix dans les passes. Il n'a pas écrasé l'opposition mais a fait un assez bon match. Remplacé par Sergio Busquets.

    17 - Pedro 5,5 : du bon, du moins bon, du mauvais. Les quelques séquences où il a apporté le danger, notamment le second but, contrastent avec les nombreux ballons qu'il a négociés sans arriver à faire la différence balle aux pieds.

    10 - Messi 7,5 : il a fait du Rivaldo ce soir, un but sur coup-franc, un but d'avant-centre, et une attaque qu'il a portée à bout de bras en étant nettement plus déterminant que ses coéquipiers, de quoi nous remémorer de nombreux matchs de l'ère Gaspart où le brésilien offrait ce genre de prestations.

    8 - Iniesta 5 : quelques mouvements, à gauche, puis à droite. Rien de très enthousiasmant. Vivement qu'il apprenne à tirer au but, et le cas échéant, à cadrer...

    9 - Ibrahimovic 4 : son apport est difficile à distinguer. Peu d'importance dans le déroulement du jeu. Expulsé en seconde période.

    Fiche technique
    Almería : Diego Alvés ; Juanma Ortiz, Chico, Pellerano, Cisma ; Bernardello, M'Bami , Soriano, Crusat ; Guilherme (Goitom, min.68), Piatti (Ortiz, min.93).

    Barcelone : Victor Valdés ; Daniel Alvés, Puyol, Piqué, Maxwell ; Xavi, Yaya Touré (Busquets, min.74) ; Pedro, Messi, Iniesta ; Ibrahimovic.

    Buts : Cisma (min.11), Messi (min.41), Puyol (csc) (min.56), Messi (min.65)

    Arbitre : Carlos Clos Gómez.


    Source
     

Partager cette page