Alors, Facebook Places tuera t-il les autres réseaux sociaux géolocalisés?

Discussion dans 'High tec' créé par mejihad, 27 Août 2010.

  1. mejihad

    mejihad ... بوكرش و ودادي على

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    [​IMG]




    Une semaine après le lancement officiel du service de géolocalisation de Facebook, Places (toujours uniquement US), beaucoup a été dit et écrit sur son potentiel “tueur” des Foursquare, Gowalla et consorts. Chacun y va de son avis et il n’y a vraiment pas de consensus sur ce sujet, pour certains Facebook va démocratiser pour ensuite écraser le domaine de la géoloc, pour d’autres le géant va au contraire aider l’écosystème à se développer.​


    Avant de se lancer j’aimerai revenir sur un aspect important: la gestion des données sur Places. J’avais écris lors du lancement de Places que l’approche de Facebook était “prudente” car la géoloc est strictement limitée au cercle de ses amis, donc des personnes qu’on a acceptées. Pas de données publiques (pour le moment). N’empêche que Facebook a fait du Facebook dans le texte puisque vous pouvez taguer vos amis lors d’un check-in (si vous vous taguez vous même), sans que ceux-ci aient à l’accepter explicitement. Celle-ci est par défaut activée pour les 500 millions d’utilisateurs, pouvant mener à des situations compromettantes. Exemple, ce soir je sors avec mes potes en ayant dit à un ami, qui voulait me voir, que je n’étais pas dispo. Si un des amis présents check sur Facebook et me tag à mon insu, automatiquement tout mon réseau pourra le savoir! Situations explosives en perspectives… Bref déjà beaucoup de voix s’élèvent, mais Facebook commence à avoir l’habitude de genre de situation à chaque nouvelle fonctionnalité lancée.


    Bon c’est bien tout ça, mais est-ce que Places est une bonne chose pour l’écosystème des réseaux sociaux géolocalisés (Foursquare, Dismoiou, Plyce etc…) ou pas? Voyons quelques arguments pour chaque camp.


    Facebook va tuer les services de géolocalisation “à la Fousquare”

    • Tous mes amis sont sur Facebook, sur Foursquare il ne s’agit que de mes amis geek. La taille critique de mon réseau est atteinte sur Facebook, c’est donc l’endroit évident pour partager mes lieux de sortie et consulter ceux de mes amis.
    • Sur le court terme l’aspect ouvert (api en lecture et écriture) bénéficie aux applications tierces qui profitent des 500 millions de membres de Facebook et ainsi d’un coup de projecteur sur leur service. Sur le long terme Facebook récupérera tous les usages et sera la seule destination indispensable de la géoloc.
    • On me dit que Places est plus simple et moins fun que les autres réseaux qui proposent un aspect gaming. Mais les badges et les classements sont inutiles et on s’en lasse vite. Seul compte l’aspect “friend finder” et les deals de proximité.
    • La base d’utilisateurs Facebook sur mobile est déjà énorme et servira naturellement d’introduction (et de barrière) à la géolocalisation pour le grand public (150 millions d’utilisateurs sur mobile à l’heure actuelle).
    • La vraie valeur pour les utilisateurs dans le fait de se signaler sera de pouvoir bénéficier de réductions et de programmes de fidélisation dans les commerces. Avec 500 millions de membres, les commerçants seront plus attirés par Facebook que par Foursquare. Bye, Bye ces réseaux qui se veulent les outils de fidélisation sociaux.
    Facebook Places ne tuera pas les services “à la Foursquare”.

    • Avoir un autre social graph pour la géolocalisation me sera très utile en réalité, car sur Facebook j’ai trop de personnes à qui je ne veux pas forcément partager ma localisation.
    • La gestion des données privées sur Facebook est compliquée et soulève un tollé, c’est la goûte d’eau qui fera déborder le vase.
    • La géolocalisation n’est pas dans l’ADN de Facebook, et comme Google avec ses tentatives sociales Facebook se plantera (comme apparemment “Facebook questions” qui connaît quelques problèmes à l’allumage).
    • Au contraire Facebook va démocratiser la géolocalisation et les membres vont se diriger vers des réseaux qui proposent une expérience plus complète par rapport à Places.
    • Facebook ne veut pas tuer les services de géoloc, il veut devenir la plateforme centrale, l’équivalent du Facebook connect pour les Check-in.
    • Avec sa taille, Facebook ne peut plus se permettre d’innover et tester ce qui marche ou pas. Il restera toujours de la place pour les réseaux sociaux géolocalisés qui se différencient et proposent des approches plus agressives et de niches (gaming, destiné à un type de population etc…)
    Je dois avouer que mon avis a quelque peu évolué en une semaine. Au départ je pensais clairement que Places était un Foursquare killer, mes impressions sont maintenant plus nuancées.


    Tout d’abord au niveau de la forme de la géolocalisation actuelle, à savoir le check-in.



    Pour être un gros utilisateur de ces services je suis bien conscient que l’acte de check-in est particulièrement fastidieux. Alors certes ça nécessite 4 clicks mais acquérir le réflexe de le faire n’est pas évident et même devoir mettre le nez devant son portable à table ou pendant une conversation n’est pas très bien perçu. Sous cette forme la géoloc peut elle être grand public? Les “non geek” ne vont ils pas simplement utiliser une fois le service et l’oublier la plupart du temps? Le check-in n’est il pas une phase en amont réservée aux early adopters? la véritable démocratisation aura-t-elle lieu avec l’avènement de fonctionnalités “passives ou semi-passives” de géoloc?


    Second point sur la forme de Places. Facebook ne pourra courir derrière tous les concepts à la fois, leur intérêt étant de mettre en place une plateforme avec les fonctionnalités de bases (le check-in par exemple) pour permettre aux applications tierces d’apporter d’autres aspects (le gaming, les badges…) afin d’adresser les différents types de membres sur Facebook. Tout un écosystème pourra se développer sur cette base, tous les ces services ne sont donc pas condamnés mais devront apporter des valeurs différentiantes. Facebook conservera ce qui génère du cash: la publicité géolocalisée. Les commerçants ayant leur page “Places” pourront cibler les utilisateurs situés non loin d’eux, utiliser des applications de fidélisation etc…



    Troisième point, on doit à mon avis ne pas confondre tous les réseaux. Certes Places rentre en compétition directe avec les services de type “Check-in” comme Foursquare, Gowalla mais moins avec des services basés sur la recommandation comme Yelp ou Dismoiou. Leur proposition coeur est d’apporter de la recommandation, des avis, des notations sur les lieux de sortie. Leur couche “friend finder” est beaucoup moins prononcée et utiliser Yelp ou Dismoiou sans avoir nécessairement tout son réseau a du sens pour consulter et trouver des bons restaurants, bars etc…


    Enfin dernier point, on annonçait la fin de Twitter quand Facebook a changé son format et on commence à s’interroger sur la réussite de “Facebook Question” qui devait en théorie tout balayer sur son passage, mais qu’on attend toujours pour tous les utilisateurs.Ceux qui ont la chance de le tester semblent un peu déçus. Au final rien n’est gagné d’avance pour Facebook sur le terrain de la géoloc…
     

Partager cette page