Android : Google veut 4 milliards de dollars par an de Microsoft

Discussion dans 'High tec' créé par RedEye, 18 Mai 2012.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    Android : Google veut 4 milliards de dollars par an de Microsoft

    La guerre des brevets continue entre les ténors de l’informatique mondiale. On se souvient que Microsoft avait attaqué plusieurs constructeurs utilisant Android. Il avait ainsi réussi à obtenir des royalties sur de nombreux appareils vendus avec l’OS mobile de Google.

    En ce début de semaine, Google a contre-attaqué, via sa nouvelle filiale Motorola. En cause, des brevets en rapport avec le Wifi et la vidéo que Microsoft utiliserait, sans autorisation et sans contrepartie, notamment dans sa Xbox.
    Résultat, Google exige pas moins de 4 milliards de dollars par an, sous peine d’interdiction de vente de la console.
    Le but pour Google, d’après les analystes, est d’avoir un argument de taille pour négocier avec Microsoft la fin des royalties qu’il touche sur Android.

    On s’en doute, Microsoft ne l’entend pas de cette oreille et a demandé ce lundi qu’un juge statue en urgence pour qualifier la demande de Google de « déraisonnable » (« unfair »). Ce type de brevets, qui s’articule autour des standards de l’industrie, donne habituellement lieu à des redevances qui avoisinent quelques centimes par appareil. Ce que les avocats américains appellent le FRAND (fair, reasonable, and non-discriminatory terms).

    GooglevsMSFT.jpg

    De son côté, l’avocat de Motorola a déclaré au juge – sérieusement – « ce n’est pas nous qui avons commencé, c’est eux », Microsoft n’ayant pas donné suite à une demande de royalties de 2.25 %.

    Un juge qui a bien conscience de la globalité de l’affaire et qui s’est montré visiblement agacé par ce procès. Pour lui, les deux parties agiraient de manière « arbitraire », leurs demandes seraient « arrogantes » et toute cette affaire serait avant tout une histoire « d’orgueil ». Des termes rapportés par un journaliste qui rend compte en direct de l’affaire sur Twitter.

    La délibération était attendue dans la journée de lundi mais a finalement été repoussée. De quoi permettre au juge de déterminer loin du chahut qui doit aller au piquet et qui doit copier 500 fois « je n’embêterai plus mon petit camarade pour rien » ?



    Sources : Developpez.com - San Francisco Chronicle - Twitter de Todd Bishop


     

Partager cette page