Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 8 Décembre 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    L'affaire "Annajat" continue de faire des vagues. Abbas El Fassi, ministre d'Etat sans portefeuille et secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, fait l'objet d'une plainte en justice pour "escroquerie" et "non-dénonciation". Cette plainte, introduite par deux jeunes victimes d’"Annajat" de Salé, a été déposée auprès du Procureur général du Roi près la Cour d'appel de Rabat en date du 30 novembre 2006. Dans cette plainte, dont ALM a eu copie, les plaignants, après un bref rappel de la mémorable escroquerie orchestrée par une société émiratie, affirment avoir été induits en erreur, par des déclarations mensongères et la dissimulation de faits avérés par Abbas El Fassi, titulaire à l'époque du portefeuille de l'Emploi. Ils demandent également à ce qu'il soit poursuivi, en vertu de l'article 540 du code pénal, pour non-dénonciation.


    Pour les deux plaignants, le ministre de l'Emploi à l'époque avait tout fait, contre vents et marées, pour convaincre les Marocains du bien-fondé de la convention signée entre l'ANAPEC (Agence nationale pour la promotion de l'emploi et des compétences) et la société "Annajat". Ils rappellent, dans ce sens, les déclarations du ministre concerné devant le Parlement et lors d'une émission télévisée diffusée en direct sur 2M. Mais surtout les contrats d'embauche de 13 mois signés dans les locaux de l'ANAPEC dont les responsables savaient pertinemment que toute l'opération était un grand mensonge. Et que des dizaines de milliers de victimes ont été déjà délestés de leurs maigres avoirs dans au moins neuf pays, dont la Syrie, le Kenya ou encore la Jordanie et le Pakistan.
    Selon un expert interrogé par ALM, la Cour d'appel de Rabat pourrait se déclarer incompétente pour traiter cette affaire ou juger irrecevable ladite plainte. Tout en affirmant que, dans des cas particuliers, un ministre peut être jugé sans se présenter devant le tribunal (s'il n'a pas l'autorisation du Conseil de gouvernement), un avocat précise que les deux plaignants auraient dû saisir la Cour suprême dont la chambre criminelle est la seule habilitée à juger un ministre vu que ce dernier, comme d'autres grands commis de l'Etat, bénéficie du privilège judiciaire. Il rappelle, dans ce sens, l’antécédent Abderrahmane Saïdi-Miloud Chaâbi.
    L'affaire "Annajat" avait passionné les Marocains avant d'être source de toutes les déceptions. Malgré les mises en garde d'organismes professionnels internationaux dont la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), et les expériences d'autres pays dont les citoyens avaient été plumés grâce au procédé des visites médicales facturées au prix fort, Abbas El Fassi, ministre de tutelle de la jeune ANAPEC à l'époque (d'ailleurs truffée de militants istiqlaliens dès le début), avait tout fait pour rassurer. Il a apporté la garantie du gouvernement en permettant la signature de la convention du 18 février 2002 entre l'ANAPEC et la société "Annajat". Un peu partout au Maroc, des dizaines de milliers de jeunes avaient afflué vers les locaux de la clinique "Essalam" à Casablanca pour des visites médicales et pour être surtout "allégés" de la bagatelle de 900 DH par rêveur d'être au service de créatures de rêve sur des croisières qui ne le sont pas moins.
    La campagne électorale battait son plein pour les législatives de 2002. Dans la majorité des régions marocaines, les prétendues opportunités offertes par "Annajat" faisaient office d'argument électoral. Le 27 septembre 2002, le Parti de l'Istiqlal, dont le patron se présentait à Larache, engrangeait une partie des dividendes de ses promesses. La gifle, ce sera dans les trois jours qui suivront au moment où il avait été établi, de manière brutale, que les 30.000 jeunes sélectionnés-contrats en poche n'iront, ni ne travailleront nulle part. Pas de croisière pour eux, de la même manière qu'ils ne sauraient être embauchés dans les stations de ski de la Casamance.
    Depuis, l'affaire "Annajat" hante le Parti de l'Istiqlal et son chef de file en premier lieu. Les appels à ce que ce dernier rende des comptes se multiplient. La patate chaude est refilée au gouvernement Jettou dont Abbas El Fassi fera partie d'ailleurs.
    Depuis, les 60.000 victimes d'"Annajat", les 30.000 sélectionnés par la clinique "Essalam" et les 30.000 autres floués renvoyés chez eux, n'ont cessé de multiplier les signes de protestation. Organisés au sein d'une association, avec des ramifications régionales et locales, ils demandaient, plus qu'une indemnisation, une véritable réparation : l'intégration dans la fonction publique, la priorité pour les contrats d'embauche à l'international... Mais aussi que les responsables de ce drame, national, il faut oser le dire, rendent des comptes.
    Aujourd'hui, deux d'entre eux sautent le pas et saisissent la justice.

    Aujourdhui
     
  2. mr.critic

    mr.critic Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice



    C'est tous ce ke je demande, et pas seulement pr ce drame, mais pour tout les drame qui se sont produit et qui sont entrain de se produire
     
  3. tarix64

    tarix64 Visiteur

    J'aime reçus:
    46
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    c bizar qu on atten l année des éléction pour sortir un vieux dossier comme ca [37h]
     
  4. mr.critic

    mr.critic Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    hanta hdertiiii

    la theorie du complot pr tjrs
     
  5. tarix64

    tarix64 Visiteur

    J'aime reçus:
    46
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    je sai bien ke dans la politique y a pa de principe, cette histoire elle date de plus de 6 ans ou je sai pa koi et c maintenant que les gens se sont rapplé que ALF a une relation avec, fau avouer ke c bizar co même. [01m]
    dsl mais la théorie du complo et un fait réel

    ps: même si je deteste allal al fassi.
     
  6. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    Bien fait pour sa gueule !!
    ministre d'Etat sans portefeuille gallik, tssss
     
  7. MOUNIR51

    MOUNIR51 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    il était temps, allah yi3awnehom.
     
  8. adilol

    adilol Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    vraiment c honteux,et on savait qu au maroc y a plus que ca,il faut que la justice prend les directives quoique se soit cette personne ministre ou pas.
    si on est inquiet pr un ministre,alors pourquoi pas on s inquiete pas pour un peuple et des gens victimes de ce sujet.

    c le temps d avancer et encourager le developpelemt au maroc on faisant stop aux ministres et responsables qui ont voles la richesse de notre pays.
    la hawla wa la kowwata illa bi lah,had nass o had les ministres makay aarfouch que kayn lah apres tous ca.
     
  9. manson10

    manson10 Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Annajat : Abbas El Fassi trainé en justice

    Tout d'abord c'est un pas courageux pour juger le SDF (ministre sans portefeuille) qu'est Abbas El Fassi sur l'affaire Annajat. mais ca pose aussi des questions :
    - pourquoi l'association des jeunes d'annajatt n'a pas porté elle même plainte ? une personne morale a plus de ressources pour déposer une plainte en due et bonne forme, et en cas de réussite les indemnisations seraient plus importantes. ;-)

    - Pourquoi avoir attendu depuis 4 ans ?
    espérons que justice sera rendue.
     

Partager cette page