Appel à coopérer pour lutter contre les accidents de la route

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 19 Février 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le Maroc a appelé les pays l'Union du Maghreb arabe (UMA) à coopérer pour lutter contre les accidents de la route, lors du premier séminaire maghrébin sur la prévention et la sécurité routières à Rabat.


    Le Maroc a appelé mercredi les quatre autres pays du Maghreb à coopérer "réellement" pour lutter contre les accidents de la route, un phénomène qui prend une ampleur inquiétante dans la région.

    Au Maroc, près de 4.000 personnes meurent chaque année dans des accidents de la route (9% de plus par rapport à 2008), un chiffre presque identique pour l'Algérie, les deux pays étant les plus peuplés au Maghreb (un peu de plus 30 millions d'habitants chacun).


    "Nous espérons dynamiser un partenariat réel entre les pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA) pour garantir la sécurité routière à nos citoyens"" a déclaré le ministre marocain des Transports Karim Ghellab en ouvrant à Rabat les travaux du premier séminaire maghrébin sur la prévention et la sécurité routières.

    Outre le Maroc, l'UMA est composée de l'Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie.

    Le "bilan des accidents de la circulation" et leurs conséquences, les "plans stratégiques" en matière de sécurité routière et le "rôle de la société civile en matière de communication et d'éducation routière" sont quelques-uns des thèmes qui doivent être abordés au cours de ce séminaire de deux jours.

    Joop Gros, président de l'Organisation internationale de la sécurité routière, a déploré le fait que 3.000 personnes dans le monde mouraient chaque jour dans des accidents de la circulation. Il s'est toutefois félicité que l'Europe ait réussi à diminuer de 20% les accidents de la route au cours des trois dernières années.

    Selon lui, les "solutions pratiques pour venir à bout de ce problème existent en faisant endosser la responsabilité aux pouvoirs publics, à la société civile et aux individus".

    Au Maroc, la "guerre des routes" coûte la vie quotidiennement à 10 personnes en moyenne, en plus de 120 autres blessées, selon le ministère des Transports.

    Ce fléau a également des impacts économiques non négligeables avec un coût annuel de 11 milliards de dirhams (1 milliard d'euros), soit 2% du PNB.

    Pour tenter de juguler cette hémorragie, la chambre des représentants marocaine a adopté en janvier un nouveau code de la route, plus sévère que le précédent.


    Source : medi1sat.com
     

Partager cette page