Aqmi : Abou Zeid ne serait pas celui qu'on croit

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 28 Octobre 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Le journaliste algérien Mohamed Mokeddem, alias Anis Rahmani, affirme dans un livre sorti à l’occasion du XVe Salon du livre à Alger que tout le monde se trompe sur la véritable identité d’Abdelhamid Abou Zeid.

    Le journaliste et directeur du quotidien algérien arabophone Ennahar, Mohamed Mokeddem (plus connu sous son nom de plume, Anis Rahmani), est réputé pour ses informations sécuritaires. Il révèle dans un ouvrage paru aujourd’hui à l’occasion de la Foire du livre d’Alger (Al-Qaïda au Maghreb islamique, contrebande au nom de l'islam, Éditions Casbah) qu’Abdelhamid Abou Zeid, chef du commando d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) n’est pas … Abou Zeid. Ou plutôt, n’est pas celui qu’on croyait être depuis plusieurs années.

    Selon Mokeddem, il s'appellerait en réalité Mohamed Ghadir, et non Abid Hamadou, comme l'atteste le mandat de recherche émis par Interpol, en 2006. Cette affirmation contredit également les documents établis jusqu’à maintenant par le FBI et par la CIA, ainsi que les éléments anthropométriques figurant sur la liste rouge des individus recherchés, établie par les services des Nations unies.

    Cette méprise, selon Mohamed Mokeddem, s’explique par le fait que les deux hommes « ont la même histoire : tous deux étaient à l'origine des contrebandiers qui ont rejoint le Front Islamique du Salut (FIS - matrice politique des groupes islamiques armés algériens) de leurs communes respectives ». Ils ont « le même profil : un frère et deux cousins qui se sont alliés à eux et ont rejoint les groupes armés », ajoute le journaliste. Pour argumenter sa thèse, Mokeddem affirme que Mohamed Ghadir est blanc, né dans la région de Debdeb, non loin de la frontière libyenne, tandis qu’Abid Hamadou, né à Touggourt dans le département de Ouargla (à 800 km au sud d'Alger), était noir. Ce dernier aurait été tué par l'armée dans le Sahara dans les années 1990, sans que son décès ait été enregistré.

    Pour les besoins de son enquête, l’auteur affirme avoir recouru aux témoignages de membres de la famille des deux hommes. Il a confronté leurs photos auprès de leurs mères, ainsi qu’auprès de « repentis » (anciens combattants islamistes radicaux amnistiés par le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika). Il a également fait appel au témoignage de l'ancien otage français, Pierre Camatte, enlevé le 25 novembre 2009 et détenu par Abou Zeid jusqu’en février 2010.


    Germaneau serait mort d’une crise cardiaque avant la date donnée par Aqmi

    Autre révélation de Mohamed Mokeddem : l’otage Français Michel Germaneau, enlevé le 19 avril, et dont Aqmi avait annoncé l’exécution, en juillet, en représailles de l’opération militaire franco-mauritanienne contre une base des salafistes dans le Nord Mali, serait mort en réalité « d'une crise cardiaque début juillet ». Ses sources sont des « commerçants algériens qui ont des liens au Mali », où l'otage était détenu et des « sources liées à la situation sécuritaire dans la région du Sahel ».


    Une stratégie d’expansion vers le Nigeria

    Abou Zeid est apparu dans les réseaux terroristes en 2003 comme adjoint d'Abderazak le Para, lors de l'enlèvement de 32 touristes européens. Il est considéré comme responsable d'une série de rapts, dont celui du Britannique Edwin Dyer exécuté en juin 2009 et, plus récemment, de cinq Français, un Malgache et un Togolais, le 16 septembre, dans le nord du Niger.

    Mohamed Mokeddem assure que le business du rapt fait vivre l'Aqmi. « Les rançons sont transférées pour l'achat de munitions et d'armements. Ce marché est très important au Mali et au Niger », où des militaires et d'anciens rebelles touaregs cèdent leur matériel. Une partie des fonds, assure-t-il, est blanchi notamment « dans le fast-food et le transport ».

    Le troisième scoop de Mohamed Mokeddem, fin connaisseur des réseaux djihadistes, n’est pas le moins inquiétant. Il affirme que la présence d’Aqmi dans le Nord Mali n’est qu’une étape dans sa stratégie qui vise à une implantation au Nigeria. Pour étayer son propos, il cite l’apparition de Boko Haram, une secte qui a provoqué ces deux dernières années des centaines de morts après des affrontements contre la minorité chrétienne et contre les forces de l’ordre dans les Etats du Nord-Nigeria.

    « L'avenir de l'Aqmi, conclue Mohamed Mokeddem, est au Nigeria, pas au Sahel. »


    http://www.jeuneafrique.com/Article...ait-pas-celui-qu-on-croit-selon-mokeddem.html
     

Partager cette page