Arbitre bousculé : Leonardo risque gros, le PSG aussi

Discussion dans 'France' créé par RedEye, 8 Mai 2013.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    "C’est moi, dans l’histoire, qui suis agressé", se défend le directeur sportif brésilien, qui risque une lourde sanction disciplinaire... Tout comme son club.

    [​IMG]


    Parole à la défense ! Le directeur sportif du Paris Saint-Germain, Leonardo, qui pourrait subir une lourde sanction ce mardi 7 mai après un rapport complémentaire de l'arbitre du match PSG-Valenciennes pour une "bousculade" sur le chemin des vestiaires, enfonce le clou : il ne s'est "rien passé" avec Alexandre Castro.

    Dimanche soir à l'issue d'un match nul (1-1) tendu et qui a vu le PSG écoper de son quatrième carton rouge en deux matches (Thiago Silva à la 43e minute), Leonardo a été filmé par Canal+ semblant donner un coup d'épaule à l'arbitre du match Alexandre Castro.

    Mais pour "Leo", les images de la chaîne cryptée sont trompeuses. "C’est le délégué devant moi, avec une oreillette noire, qui me bloque le passage, confie-t-il ce mardi au quotidien sportif L'Equipe.

    Et d'ajouter :
    Interrogé par le Parisien, le délégué de la LFP du match PSG - Valenciennes, Marc-Gérard Biolchini, balaie les arguments du directeur sportif parisien : "Non, je n’ai pas bousculé ni touché Leonardo, à aucun moment, les images sont assez claires." Il confie par ailleurs au quotidien qu'en vingt ans de carrière, il n'avait "jamais connu un acte d’une telle violence" lors d'un match.

    Selon une source proche du dossier, l'arbitre a rédigé dès lundi un rapport complémentaire "sur le comportement de Leonardo".


    L'ancien attaquant vedette du Parc des Princes maintient la même ligne de défense depuis le début de l'affaire. Dès le coup de sifflet final du match contre Valenciennes, dimanche soir, le Brésilien expliquait sa version des faits. "Je suis tranquille. Pour moi, il est clair qu'il ne s'est rien passé", avait-t-il d'abord déclaré.

    "Je voulais parler à l'arbitre et je l'attendais. Il y avait beaucoup de monde qui rentrait aux vestiaires. Et au moment où Alexandre Castro arrive, il y a un délégué qui est devant moi au début et qui en cherchant à me bloquer, me pousse. Après, avec mon dos, je rentre en contact avec l'arbitre. C'est dur à voir sur les images en direct mais au ralenti on le voit", avait-il ensuite détaillé.

    Retraits de points pour Paris ?
    Les explications de Leonardo interviennent alors que la rédaction d'un rapport par Alexandre Castro signifie que le Brésilien sera bientôt convoqué par la commission de discipline, dont les prochaines réunions sont prévues ce mardi et jeudi. "On attend la procédure officielle. Je n'ai pas de problème à dire ce qui s'est passé", a affirmé "Leo".

    Leonardo, voire l'ensemble de l'équipe parisienne, pourrait en réalité être lourdement sanctionné au regard du barème disciplinaire de la Fédération française de football.

    Son geste pourrait en effet être qualifié de bousculade :
    Et la sanction est particulièrement sévère quand le geste a été commis sur un officiel, avec une suspension maximale de six mois ferme s'il a eu lieu pendant la rencontre et d'un an s'il a eu lieu en dehors de la rencontre, ce qui est le cas en l'espèce.
    En outre, le PSG, toujours en tête du classement mais pas encore sacré champion de France, pourrait se voir infliger un retrait de points, ferme ou avec sursis.

    Le PSG voit rouge
    Cette affaire illustre en tous cas les difficultés actuelles du club parisien à conserver son sang-froid en cette fin de saison de Ligue 1, qui doit pourtant lui apporter le troisième titre de son histoire. Car Leonardo pourrait également voir s'ouvrir un deuxième front disciplinaire, devant le Conseil de l'éthique (CNE) cette fois, pour ses critiques envers l'arbitre.

    "Pourquoi ce rouge ? C'est inacceptable", a-t-il déclaré en zone mixte, à propos de l'exclusion de son défenseur brésilien Thiago Silva, renvoyé aux vestiaires pour avoir posé ses mains sur la poitrine de l'arbitre.

    "Je ne sais pas pourquoi il [l'arbitre] fait un match aussi important. Il est loin des actions, il se laisse porter par l'émotion, il est tendu, il perd le contrôle. L'autorité, on la gagne avec la compétence, pas avec les cartons", a-t-il ajouté.

    Leonardo, un récidiviste
    Or, Leonardo est coutumier des critiques contre le corps arbitral. En décembre, le CNE lui avait infligé deux matches de suspension avec sursis pour une précédente sortie sur l'arbitrage à l'issue d'un Montpellier-PSG où Sakho avait été exclu.

    "Je ne sais pas comment ça se passe avec les arbitres, s'ils sont professionnels, s'ils ont des contrats, s'ils sont indépendants, s'ils se préparent pendant la semaine, s'ils regardent les matches, si quelqu'un contrôle, je ne sais pas. Mais il me semble qu'il n'y a pas trop de préparation", avait-il dit.

    Interrogé lundi soir, Laurent Davenas, président du CNE, a cependant précisé que l'instance n'avait pas pour l'instant été saisie de cette affaire. "Puisqu'il va passer en commission de discipline, peut-être que celle-ci va juger la globalité de l'affaire. Ou alors la FFF va saisir le CNE, mais nous ne pouvons pas nous auto-saisir", a-t-il dit.




    Source
     

Partager cette page