Assassinat de deux militaires algériens près de Tizi Ouzou

Discussion dans 'Info du monde' créé par Info du bled, 21 Juillet 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Les services de sécurité algériens ont déclenché, dimanche, une vaste opération de ratissage près de la wilaya de Tizi Ouzou (103 km à l'est d'Alger), suite à l'assassinat la veille de deux militaires par un groupe armé dans la commune de Béni Aissi, a rapporté la presse locale dans ses éditions d’hier.
    Selon le quotidien Le Soir d'Algérie, cette opération de ratissage s'est étendue aux maquis de Bouzeguène et du Sud de l'Akfadou, qui ont été passés au peigne fin par l'armée, renforcée par les GLD (gardes de légitime défense) et les gardes communaux des différentes régions de la wilaya de Tizi-Ouzou, réquisitionnés en raison de leur connaissance du relief.
    Plusieurs missiles ont été tirés par des hélicoptères de combat en appoint aux tirs à l'artillerie légère, précise le journal, qui fait état de la visite dans la région du chef d'état major général des forces armées algériennes, le général major Gaïd Salah. Ce dernier a tenu, dimanche, à Tizi-Ouzou, une réunion avec les plus hautes autorités civiles et sécuritaires de la wilaya. Il s'agit de la seconde visite à Tizi Ouzou du général major Gaïd Salah après celle effectuée en septembre dernier dans la région, liée au contexte sécuritaire dans cette wilaya, marquée par une recrudescence des attaques meurtrières perpétrées par divers groupes armés qui écument les massifs forestiers de la région, indique-t-on de même source.
    Par ailleurs, l'Algérie, la Libye et le Mali vont «mettre en commun» leurs «moyens militaires pour combattre» l'insécurité dans la bande sahélo-saharienne, liée notamment à Al-Qaïda, a déclaré le président malien Amadou Toumani Touré, cité hier dans la presse malienne.
    «Au dernier sommet de l'Union africaine (début juillet en Libye, Ndlr), avec mes deux aînés, le guide frère Mouammar Kadhafi et le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, nous avons parlé surtout de la situation qui prévaut dans la bande sahélo-saharienne», a affirmé le président malien dans le quotidien gouvernemental L'Essor. «Nous avons décidé de mettre en commun nos moyens militaires, de renseignements pour combattre ce problème», a poursuivi le chef de l'Etat. L'armée malienne a annoncé en juin avoir commencé des opérations dans la bande sahélo-saharienne contre plusieurs bandes armées, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
    Le 17 juin, elle a affirmé avoir tué 26 «combattants islamistes» en attaquant pour la première fois une base d'Aqmi à la frontière avec l'Algérie, dans l'extrême-nord du pays.
    Selon l'armée, des «dizaines» de personnes sont également mortes le 4 juillet dans la région de Tombouctou lors d'affrontements avec Aqmi. Ces derniers mois, six Européens et deux diplomates canadiens ont été enlevés au Mali et au Niger voisin. Tous ont été libérés, sauf un Britannique qui a été exécuté.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page