ASSISES DE L’AGRICULTURE : 88 MILLIONS DE QUINTAUX DE CÉRÉALES ATTENDUS

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 28 Avril 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    ASSISES DE L’AGRICULTURE 88 MILLIONS DE QUINTAUX DE CÉRÉALES ATTENDUS

    • LA PRODUCTION AGRICOLE S’AMÉLIORE DE 46% ET LE PIBA DE 17%
    • L’INTÉRIEUR IMPLIQUÉ DANS LA RÉFORME DE LA COMMERCIALISATION

    Pas moins de 88 millions de quintaux de céréales seront récoltés cette année. Le chiffre est confirmé, tient à préciser Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture. Seulement, il faut espérer qu’aucun incident de parcours ne vient perturber l’évolution normale de la campagne. Néanmoins, il constitue un indicateur valable du chemin parcouru dans la sécurisation des 70 millions de quintaux. La moisson attendue s’annonce donc en amélioration de 25% par rapport à l’hypothèse de la loi des Finances 2010. «Accroissement qui s’explique, certes, par la bonne pluviométrie enregistrée durant la saison mais aussi par les progrès réalisés dans les domaines de la mécanisation et l’utilisation des intrants», se félicite le ministre.
    Pour le moment les réserves des barrages assurent le pays de 3 années de production dans les périmètres irrigués. La mécanisation a connu un développement appréciable et l’utilisation des semences sélectionnées a porté sur 1,1 million de quintaux. Niveau jamais atteint par le passé.
    De manière générale, la production agricole s’est accrue de 46% en 2010/2011 par rapport à la campagne précédente. Le produit intérieur brut agricole s’est apprécié de 17% sur la même période. Alors que les exportations des produits agricoles frais et transformés ont enregistré un bond de 18%. Cela a généré plus de 321 millions de journées de travail.
    «C’est que, constate Akhannouch, quelques filières ont déjà dépassé les objectifs qu’elles se sont assignées à l’horizon 2014. C’est le cas de l’aviculture, des agrumes et des viandes rouges ». En termes d’investissements, l’année 2010 a enregistré le lancement effectif de 108 projets dans l’agriculture solidaire et 64 autres dans le pilier I. Le tout doit profiter à 400.000 agriculteurs pour un montant global de 22 milliards de DH. Pour l’année 2011, l’accent sera mis sur la poursuite des réformes et la mobilisation des moyens de soutien à l’investissement. Tout particulièrement le conseil agricole et la recherche développement constitueront les principaux axes des actions à mener.
    D’autres projets structurants seront renforcés. C’est le cas de la reconversion de 550.000 ha en irrigation localisée, sur 10 ans, ainsi que de la plantation de 12 millions d’arbres fruitiers. Un autre projet de grande envergure tient au développement des produits du terroir. Ce dernier concerne 40.000 petits producteurs et 4.000 coopératives.
    A noter que celle filière a fait l’objet de nombreuses études et un benchmarking à l’international. Elle vient aussi de passer son contrat-programme avec le gouvernement.

    A. G.


    Source : lien
     
  2. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    ASSISES DE L’AGRICULTURE : UNE NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE ROYALE

    ASSISES DE L’AGRICULTURE : UNE NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE ROYALE


    • TRAIN DE MESURES EN FAVEUR DES PETITS AGRICULTEURS
    • L’ARDOISE DE L’EAU D’IRRIGATION EFFACÉE POUR LA PETITE EXPLOITATION

    Les 4e Assises nationales de l’agriculture ont été surtout marquées par le discours du Souverain adressé aux participants. Lu par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, le message royal est qualifié d’une nouvelle feuille de route pour le secteur. Le gouvernement est prié de soutenir encore plus les petits agriculteurs. Au total, 9 mesures se dégagent de cette feuille de route, notamment le rééchelonnement des créances auprès du Crédit Agricole, le droit à de nouveaux crédits pour 200.000 agriculteurs et l’exonération des frais d’eau d’irrigation au titre des campagnes agricoles antérieures à 2008, et ce, à concurrence de 10.000 dirhams.
    Parmi les mesures annoncées figurent également la valorisation du salaire minimum dans l’agriculture (Smag), l’extension de la couverture médicale.
    La priorité est donnée également à l’intensification des efforts de généralisation de la scolarisation en milieu rural, la poursuite des projets de désenclavement des régions éloignées, et le renforcement du financement public prévu pour appuyer l’agriculture solidaire. Enfin, il faut «veiller à une gestion efficace des aides allouées aux petits agriculteurs en butte aux fluctuations accélérées, non seulement climatiques, mais économiques de celles liées aux marchés mondiaux des denrées alimentaires».
    «Notre objectif ultime est de placer les petits agriculteurs au cœur du processus de développement humain», conclut le Roi. En matière d’accompagnement, le gouvernement est orienté via six axes. Le premier met en relief le programme national d’économie en eau d’irrigation qui vise à porter à 550.000 ha, les surfaces agricoles en irrigation localisée. A cet égard, le dessalement de l’eau de mer et la poursuite de la politique de construction des barrages seraient d’un grand apport. Le deuxième axe s’intéresse à la valorisation du patrimoine variétal des produits du terroir. Ensuite, encourager le modèle d’agrégation agricole par un encadrement législatif et des mécanismes incitatifs appropriés, encadrer et encourager l’agriculture biologique pour doper les exportations agricoles sont visées. Les ressources humaines constituent pour leur part le cinquième axe de développement du secteur. En effet, la formation continue et la recherche, en partenariat avec les chambres de l’agriculture, devront viser l’amélioration de la production ainsi que la communication. Celle-ci améliorera certainement la commercialisation.
    Enfin, le sixième axe entend accentuer la dimension régionale du Plan Maroc Vert, de sorte à répondre aux besoins des agriculteurs dans leurs différents domaines d’activité. «L’avenir agricole et la sécurité alimentaire de notre pays reposent principalement sur la force de travail et le labeur de nos agriculteurs», conclut le Souverain.

    Youness SAAD ALAMI

    Source : lien
     

Partager cette page