Assises de Meknès : 9 conventions signées pour le développement du secteur agricole

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 25 Avril 2014.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Assises de Meknès : 9 conventions signées pour le développement du secteur agricole

    La 7ème édition des Assises de l'agriculture, qui se tient mercredi à Meknès, a été couronnée par la signature de neuf conventions et contrats-programmes pour le développement du secteur agricole.
    [​IMG]
    La première convention, signée par les ministres de l'Agriculture et de la pêche maritime, et de l'Economie et des finances, MM. Aziz Akhannouch et Mohamed Bousssaid, et le président de la Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMDA), Hicham Belmrah, vise à mettre en place un programme de garantie multirisque pour l'arboriculture fruitière.

    Ce programme, qui porte sur les rosacées fruitières, les agrumes et l'olivier, couvre 6 risques climatiques majeurs, dont le gel, le vent violent et les hautes températures, et s'étend sur 30 provinces à vocation arboricole, au niveau de 10 régions du Royaume.

    En vertu de cet accord, le gouvernement s'engage à financer le programme, à travers une subvention aux cotisations des agriculteurs comprise entre 50 pc et 70 pc pour abaisser le taux de cotisation à un niveau accessible, et une contribution prévisionnelle de 60 millions de dirhams par an, pour une superficie cible de 50.000 ha en 2013-2014.

    Pour sa part l'AMDA, promet d'assurer la gestion du programme de garantie pour le compte de l'Etat, de commercialiser les contrats de garantie et de prendre en charge les opérations d'expertise et d'indemnisation des sinistres.

    Le deuxième contrat-programme pour la période 2014-2020, signé par MM. Akhannouch et Boussaid, et le président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges, M. Hammou Ouhelli, ambitionne de créer plus de 80.000 emplois additionnels et d'augmenter la production à 612.000 tonnes en 2020 contre 490.000 tonnes en 2013.

    Il vise également à accroître la consommation par habitant par an de 14,2 kg à 17,3 kg durant cette période, augmenter le chiffre d'affaires de 30 milliards de dirhams en 2020 contre 25 milliards en 2013, développer l'amont et l'aval de la filière et promouvoir les produits de cette filière sur les marchés intérieurs et extérieurs, outre la mise à niveau du cadre réglementaire de la filière.

    Le troisième accord, relatif au programme national de constitution de coopératives agricoles (2014-2020), a été signé par MM. Akhannouch et Boussaid et la ministre de l'Artisanat et de l'économie sociale et solidaire, Fatema Marouane.

    Ce programme, d'un coût global de 450 millions de dirhams, s'assigne pour objectif de mieux insérer les petits exploitants au Plan Maroc Vert en facilitant leur structuration en coopératives agricoles et de créer 15.000 coopératives permettant de passer le nombre d'exploitants structurés en coopératives de 250.000 à 1.000.000.

    En vertu de ce programme, le gouvernement s'engage à prendre en charge les actions de coordination et de réunion permettant l'aboutissement à la création d'une coopérative, soit 30.000 dirhams par coopérative constituée.

    La quatrième convention, signée par M. Akhannouch et le ministre du Développement rural du Mali, Bokary Treta, vise à mettre à disposition d'un seul tenant par la République du Mali au Maroc d'une superficie de 10.000 ha dans la zone de production de M'Béwani, en zone office du Niger.

    En vertu de cet accord, la partie malienne s'engage à mettre à contribution tous ses services techniques et apporter toute son assistance et sa coopération au Maroc, à mobiliser les groupes d'experts maliens dans le cadre des études techniques et socio-économiques pour la réalisation des projets et à exonérer les investisseurs marocains de tous les droits de douane, de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de toutes autres taxes, impôts et droits liés à la réalisation de leurs projets.


    Le Maroc entend, quant à lui, mobiliser les investisseurs marocains pour aménager, mettre en valeur et exploiter rationnellement le terrain mis à disposition, outre la réalisation à la charge des investisseurs marocains des études techniques, de faisabilité et d'impacts environnementale et sociale.

    Le 5ème accord, signé entre les ministères de l'Agriculture et de la pêche maritime, et de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, l'Agence pour le développement agricole et le groupe Barid Al-Maghrib, porte sur une plateforme de vente en ligne (e-commerce) de produits du terroir.

    Il vise à donner un accès préférentiel aux coopératives et groupements de producteurs à la plateforme de vente en ligne des produits du terroir marocains, alors que Barid Al-Maghrib s'engage à offrir aux coopératives et aux groupements de producteurs une solution complète et intégrée comportant notamment un service d'assistance, l'hébergement sur une plateforme nationale sécurisée et la livraison par Amana au niveau national et Chronopost au niveau international.

    La 6ème convention, signée par MM, Akhannouch et Boussaid, les ministres de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, et de l'Education nationale et de la formation professionnelle, Rachid Belmokhtar, ainsi que le président de la Fédération des Chambres d'agriculture du Maroc, El Habib Ben Ettaleb, porte sur la recherche et la formation professionnelle agricole.

    Cet accord ambitionne d'augmenter le nombre de chercheurs de 180 actuellement à 350 en 2020, et celui de techniciens de 220 actuellement à 390 en 2020, de progresser le budget de la recherche agricole pour atteindre 0,32 pc du PIB agricole à horizon 2020 contre 0,25 pc actuellement et de former quelque 100.000 stagiaires sur la période 2014-2020.

    Le 7ème accord, signé par MM. Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaid, et le directeur général de l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture, M. Graziano Da Silva, vise à constituer un Fonds fiduciaire administré par la FAO et alimenté par le gouvernement marocain.

    Il vise à définir un cadre général de partenariat entre le Maroc et la FAO, afin de mettre en oeuvre des actions de coopération Sud-Sud en faveur du continent africain et à octroyer au moins 1 million de dollars américains alimentés au moyen de dons annuels échelonnés de 2014 à 2020, provenant du gouvernement et du secteur privé marocains.

    Le 8ème contrat programme Riz 2014-2020, signé par MM. Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaid, et le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy et la Fédération interprofessionnelle du Riz, vise à augmenter les rendements moyens de 70 quintaux/ha à 80 Qx/ha et à améliorer la marge nette des riziculteurs de 3.600 DH/Ha, outre l'extension des superficies de 6.500 Ha à 11 000 Ha.La 9ème convention, signée par M. Aziz Akhannouch et le président du Crédit Agricole, Tariq Sijilmassi, porte, quant à elle, sur la mise à la disposition par le groupe Crédit agricole d'un montant de 25 milliards de dirhams pour l'accompagnement du PMV.


    Déclarations de Aziz Akhannouch au SIAM 2014
    MAPwww.lavieeco.com
     

Partager cette page