ATP Bangkok :Un Français en chasse un autre

Discussion dans 'Tennis' créé par simo160, 4 Octobre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]


    Le bon air de Bangkok réussit parfaitement bien aux joueurs tricolores. Après Jo-Wilfried Tsonga en 2008, Gilles Simon décroche la timbale dans la capitale thaïlandaise, en disposant en finale du Serbe Viktor Troicki en deux sets (7-5 6-3). Le sixième titre de sa carrière, le premier de la saison.


    ATP BANGKOK - FINALE

    Gilles Simon (FRA, 2) bat Viktor Troicki (SER, 4) : 7-5 6-3

    On l'avait laissé touché au genou, contraint à l'abandon face à Juan Carlos Ferrero au troisième tour de l'US Open et proche de faire une croix définitive sur sa fin de saison. On le retrouve, sourire aux lèvres, trophée en main sur le court central de Bangkok. Alors que l'on pensait ne pas le retrouver sur les courts avant 2010, Gilles Simon a fait la preuve tout au long de sa semaine thaïlandaise que ses ennuis au tendon rotulien n'étaient plus qu'un lointain mauvais souvenir. Seul membre du Top 10 à ne pas avoir remporté le moindre tournoi cette saison, le Niçois a réparé cette erreur, ajoutant la manière au résultat.

    Invité surprise en finale, Viktor Troicki, 32e au classement ATP, sans le moindre titre au compteur, n'avait pas les faveurs des pronostics mais il a démontré tout au long du match que sa qualification ne devait rien au hasard. Réputé pour sa puissance de feu, tant au service qu'en coup droit, le tombeur de Jo-Wilfried Tsonga a démontré qu'il était bien plus qu'un simple artificier de fond de court, se montrant aussi capable de distiller à bon escient amorties précises et passing tout en toucher. Il en fallait cependant bien plus pour faire chuter Gilles Simon.

    En plein doute à la suite de son abandon à New-York, le protégé de Thierry Tulasne a étalé une sérénité étonnante à Bangkok. Bousculé par Troicki en début de match, le Niçois n'a jamais cédé à la panique, et ce, même après avoir perdu son engagement à 4-4. Toujours aussi solide en fond de court, Simon a un temps plié mais n'a jamais rompu. Ses impressionnantes qualités défensives ont fini par avoir raison du Serbe. Obligeant constamment son adversaire à jouer le coup de trop, à forcer ses frappes, le numéro deux tricolore a pris l'ascendant au fil des échanges, faisant la preuve, si certains en doutaient encore, que sa place dans le Top 10 n'était pas usurpée. Dominateur dans tous les compartiments, même au service (7 aces contre 3), le Français a fait preuve d'une confiance sans borne qui pourrait d'ici la fin de la saison lui permettre d'aller cueillir d'autres titres.


    Eurosport
     

Partager cette page