ATTENTAT CONTRE JACQUES CHIRAC:Maxime Brunerie remis en liberté

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 22 Août 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]
    Des policiers emmènent au milieu des Champs-Élysées Maxime Brunerie, jeune homme de 25 ans à l'époque, qui a tiré sur le président de la République Jacques Chirac pendant le défilé du 14 Juillet





    Maxime Brunerie a été libéré de prison après avoir purgé les trois quarts de sa peine, révèle le quotidien France Soir. Condamné en décembre 2004 par la cour d'assises de Paris à dix ans de réclusion criminelle, il avait tenté d'assassiner l'ancien président de la République Jacques Chirac le 14 juillet 2002. Âgé aujourd'hui de 32 ans, il a retrouvé la liberté en toute discrétion le 3 août en sortant du centre de détention du Val-de-Reuil, dans l'Eure. "Il a fait les trois quarts de sa peine, par le jeu normal des remises de peine. Il a fait sept ans et a été libéré", explique un de ses avocats, Me Pierre Andrieu.

    Le 14 juillet 2002, alors âgé de 25 ans, il a dissimulé un fusil 22 long rifle dans un étui à guitare et a tenté d'atteindre Jacques Chirac alors qu'il se trouvait à moins de 20 mètres du chef de l'État, au milieu des badauds regardant le défilé sur les Champs-Élysées. Le tir a été dévié par un spectateur et Maxime Brunerie a été maîtrisé par plusieurs personnes, selon les témoins de la scène, qui ont également établi que l'accusé avait tenté de retourner l'arme contre lui. Il était alors connu de la police depuis 1997 pour avoir participé à des manifestations de mouvements néo-nazis, organisées notamment par le Parti nationaliste français et européen. Il était également membre du GUD, mouvement étudiant d'extrême droite, et était connu dans le milieu skinhead.

    "Je voulais faire quelque chose d'historique, de scandaleux, j'avais raté ma vie" (Brunerie)

    À son procès, il a affirmé que son geste était lié à son amour déçu pour une militante du Mouvement national républicain (MNR). "Je voulais faire quelque chose d'historique, de scandaleux, j'avais raté ma vie, je ne voulais pas rater ma mort", a expliqué l'accusé.

    Selon un de ses avocats cité par France Soir, Maxime Brunerie "a aujourd'hui parfaitement digéré son incarcération et les faits qui lui étaient reprochés malgré ses sept longues années sous les verrous". "Il n'est pas traumatisé, mais attendait sa sortie avec impatience afin d'organiser sa vie." Il "a tourné la page sans aucun ressentiment" et dispose de perspectives professionnelles, toujours selon son défenseur.


    http://www.lepoint.fr/actualites-so...it-tuer-jacques-chirac-est-libre/920/0/370653
     

Partager cette page