Attentat meurtrier contre des chrétiens en Irak

Discussion dans 'Info du monde' créé par TALICE, 16 Décembre 2009.

  1. TALICE

    TALICE Bannis

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Un chrétien est mort et 40 autres ont été blessés dans deux attentats à la voiture piégée visant des églises syriaques à Mossoul, une ville du nord de l’Irak dont le vrai nom Ninive et qui est mentionné à 34 reprises dans la Bible. Dans le quartier à majorité chrétienne de Dora, à 10 kilomètres au sud-ouest de Bagdad, des groupes liés à Al Qaïda ont instauré un prétendu « État islamique en Irak » et prélève désormais le « jizah », l’impôt des infidèles, qui s’élève jusqu’à 200 dollars par an, soit de quoi subvenir aux besoin d’un famille de 6 personnes pendant 1 mois. Certaines familles chrétiennes sont contrainte de donner une de leurs filles en mariage à un musulman pour rester.

    Une première bombe a explosé près d’une église syriaque dans le quartier de Chourta, sans faire de victimes. Une deuxième voiture piégée a visé une autre église syriaque et une école chrétienne située à proximité, causant la mort d’un chrétien et blessant 40 autres. Les chrétiens blessés sont hospitalisés à la Cité médicale de Mossoul, à 350 km au nord de Bagdad.


    En Irak, les chrétiens sont persécutés et souvent contraints à l’exil, selon les déclarations d’Amine Gemayel. Ils doivent doivent faire face à une vague de fondamentaliste à cause de l’extrémisme musulman. Les chrétiens ont été scandalisés en apprenant le cas d’un jeune garçon de 14 ans crucifié par des intégristes musulmans. Les femmes chrétiennes irakiennes sont brutalisées et violées, sans pour autant renoncer à Christ.

    L’Irak est le seul pays où l’on célèbre encore les liturgies en araméen, la langue de Jésus. Mais la chrétienté risque d’y mourir. Des meurtres, des agressions, des enlèvements. Et maintenant la « jizah », l’impôt historiquement imposé par les musulmans aux « infidèles », ceux qui n’ont pas encore fui vers l’étranger.

    A Mossoul, des groupes islamistes ont commencé à exiger des chrétiens qu’ils paient un impôt, la jizah, que les musulmans faisaient traditionnellement payer à leurs sujets chrétiens, juifs et sabéens qui acceptaient de vivre sous un régime de soumission, en tant que « dhimmis ». C’est surtout à Bagdad que la jizah est imposée aux chrétiens de manière toujours plus généralisée.

    Dans le quartier de Dora, à 10 kilomètres au sud-ouest de la capitale, où se trouve une forte concentration de chrétiens, des groupes liés à al Qaïda ont instauré un prétendu « Etat islamique en Irak ». Ils encaissent systématiquement cet impôt, fixé entre 150 et 200 dollars par an, l’équivalent du coût de la vie pendant un mois pour une famille de six personnes. La perception de ce tribut est en train de s’étendre à d’autres quartiers de Bagdad, vers al-Baya’a et al-Thurat.

    Les villages chrétiens sont entourés de populations musulmanes hostiles et la vie des chrétiens est encore plus dangereuse dans la capitale de la région, Mossoul. Les séquestrations sont monnaie courante, la libération des victimes ayant lieu lorsque leurs proches ont versé une rançon de 10 000 à 20 000 dollars ou s’ils acceptent de céder leur maison et de quitter la ville. Mais la séquestration peut aussi finir dans le sang.

    Pascale Warda, chrétienne assyrienne, ministre de l’immigration de l’avant-dernier gouvernement irakien, juge nécessaire de créer une province autonome dans la plaine de Ninive, une sorte de zone protégée non seulement pour les chrétiens mais aussi pour d’autres minorités religieuses comme les yazides, qui pratiquent une très ancienne religion pré-zoroastrienne. Mais l’intensification des agressions de la part des musulmans qui vivent dans cette région rend l’idée inapplicable.

    Source
     

Partager cette page