Attention, jeu dangereux ! Par Ahmed R. Benchemsi

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 4 Avril 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Pour préserver la paix sociale, l’Etat a le devoir de protéger les minorités. Au lieu de cela, que fait-il ? Il excite la majorité contre elles !


    Depuis quelque temps, l’Etat est saisi d’une fébrilité qui n’augure rien de bon. En même temps que son communiqué violemment homophobe (voir l’édito de la semaine dernière), le ministère de l’Intérieur a lancé une furieuse campagne anti-chiite : arrestations et interrogatoires de présumés “convertis”, saisies de livres et de DVD, fermeture d’une école
    (!!) et de plusieurs librairies, et même perquisitions dans des domiciles ! Cette semaine, le tour des chrétiens est venu, avec l’expulsion sans jugement (donc illégale) de quatre Espagnols et d’une Allemande, suite à la saisie dans leurs domiciles de “supports de propagande évangélique” (traduisez : des bibles et des DVD). Bien entendu, les islamistes applaudissent des deux mains. J’ai déjà écrit à quel point s’aligner sur ces gens représentait, pour l’Etat, une lourde erreur stratégique. J’ajoute aujourd’hui que cela pose une question de fond : celle de la place des minorités dans notre société. Les instances internationales qui se sont penchées sur la question sont toutes d’accord : l’espèce humaine compte à peu près 10% d’homosexuels. Ce qui fait 3 millions au Maroc – entre homos assumés, refoulés ou en voie de découvrir leur singularité. C’est ainsi, qu’on l’admette ou qu’on s’aveugle. Quant aux chiites marocains, combien sont-ils au total ? D’après une estimation officieuse, environ 3000, soit… 0,01% de la population ! En faire une “menace” est tout simplement aberrant (sans compter qu’un Etat qui saisit des livres, ça a des relents de Moyen-âge).

    Au fond, quel est le problème ? S’il y a parmi les Marocains 2000 juifs et 1000 chrétiens*, il peut bien y avoir 3000 chiites. Quant à ceux qui avancent l’argument de la foi (sunnite) “ébranlée”, la réponse est toujours la même : on n’“ébranle” que ce qui est “ébranlable”. L’adhésion à une religion se faisant avant tout par la pensée, aucune force sur terre ne contraindra jamais qui que ce soit à penser quoi que ce soit. 74 ans de dictature communiste ne sont pas arrivés à faire renoncer les Russes à la foi orthodoxe – ce ne sont pas quelques campagnes fébriles de la DST marocaine qui arriveront à endiguer un phénomène… si tant est qu’on puisse qualifier de phénomène la “conversion” d’un nombre aussi ridicule de gens à une autre doctrine que “l’officielle”.

    Que pense donc l’Etat ? Qu’en agissant ainsi, il va être “plus islamiste que les islamistes”, et qu’il va donc leur couper l’herbe sous le pied ? Grossière erreur !! Il va, bien au contraire, les encourager à aller plus loin, plus vite – il n’y a qu’à voir leur réaction au communiqué de la semaine dernière pour s’en convaincre. On a tendance à l’oublier : l’Etat n’est pas en concurrence avec les islamistes. Il est plutôt censé être un arbitre, au-dessus du jeu. Les concurrents du PJD sont les autres partis politiques. Et vous savez quoi ? Maintenant que l’Etat s’est prononcé, eux aussi vont faire de la surenchère sur les thèmes de la religion et de la morale. Autrement dit : au lieu de couper court au populisme chez les islamistes, l’Etat encourage toutes les forces politiques à en faire. Les communales approchent, vous allez voir : personne ne va s’en priver. Bravo, l’Etat ! C’est une évidence : la société marocaine est plurielle. Qu’elles soient sexuelles, religieuses, ethniques ou culturelles, les minorités y sont représentées, et même en force. Ce qu’on attend d’un Etat-arbitre, c’est qu’il fasse en sorte que toutes les minorités coexistent pacifiquement et harmonieusement. Pas qu’il excite les uns contre les autres. C’est un jeu dangereux, qui n’a jamais réussi à aucun Etat au monde. Le nôtre n’en a peut-être pas conscience, mais tôt ou tard, ce jeu va se retourner contre lui. Et même plus tôt que tard, vu la vitesse à laquelle se propage l’intolérance. Attention !

    http://www.telquel-online.com/367/edito_367.shtml
     

Partager cette page