Attention, pour l’observer, des précautions sont à prendre!

Discussion dans 'Scooooop' créé par فارس السنة, 29 Mars 2006.

  1. فارس السنة

    فارس السنة لا اله الا الله

    J'aime reçus:
    326
    Points:
    83
    Ce phénomène se produit environ deux fois par an


    C’est ce mercredi 29 mars que le Soleil sera partiellement caché par la Lune, pendant environ deux heures, sur l’ensemble du territoire national. La Lune s’intercalera en effet entre la Terre et le Soleil. Cette éclipse sera partielle sur tout le Royaume, mais totale sur une étroite zone qui traverse quatre continents, «la ligne de totalité». Sur cette dernière, se trouvent de nombreux pays (Nigeria, Niger, Libye, Tchad, Turquie, Brésil, Géorgie…).
    L’éclipse totale ne peut se voir que sur une zone restreinte de la Terre car l’ombre projetée par la Lune sur la Terre est relativement étroite, variant entre 100 et 200 km, explique Hamid Touma, directeur de l’Observatoire astronomique Ribat Al Fath de Rabat. De part et d’autre de cette étroite zone, l’éclipse sera observable également sous forme partielle sur presque la moitié de la surface de la Terre.
    Cette éclipse sera d’autant moins importante que l’on sera éloigné de la zone de totalité. «La Lune est 400 fois plus petite que le Soleil mais 400 fois plus proche de nous que le Soleil. C’est pour cette raison que deux fois par an, nous pouvons observer des éclipses solaires», ajoute Hamid Touma. En effet, c’est seulement lorsque la Lune est située entre le Soleil et la Terre, qu’une éclipse du Soleil peut se produire. Mais comme les trajectoires de révolution de la Lune et de la Terre sont inclinées l’une par rapport à l’autre de 5°, ce n’est pas tous les mois que le cône d’ombre de la Lune balaie la surface du globe terrestre pour produire une éclipse du Soleil. Mais environ deux fois par an, le cône d’ombre atteint la Terre et on assiste alors à une éclipse du Soleil.
    Au Maroc donc, le disque lunaire commencera à cacher le disque solaire à 8h58. Ensuite, une échancrure noire en forme d’arc de cercle apparaîtra en haut du disque solaire. Elle gagnera peu à peu la surface du Soleil, qui prendra la forme d’un croissant de plus en plus étroit. Ce croissant s’amplifiera rapidement pour atteindre son maximum vers 10h. Ce maximum varie de 27% (Safi et Tanger) à 40% (Figuig). A Rabat, ce maximum sera de 29% et aura lieu à 9h56. L’éclipse prendra fin à 11h.
    A cette occasion, l’Observatoire astronomique Ribat Al Fath de Rabat ouvrira ses portes au grand public de 8h à 12h. Des scientifiques, des astronomes et des animateurs, tous des passionnés, vont guider les visiteurs.
    De même, les associations du Réseau Ramas, présentes dans de nombreuses villes marocaines (Laâyoune, Agadir, Marrakech, Casablanca, Rabat, Meknès, Tanger, Oujda, Erfoud…), seront au rendez-vous pour sensibiliser le public à cet événement céleste et l’accompagner dans l’observation du phénomène.
    La prudence est indispensable. Même si l’éclipse réduit la luminosité du Soleil, l’observation à l’½il nu est très dangereuse et à bannir, avertissent les experts. Elle est susceptible d’entraîner des lésions ophtalmologiques graves. Le danger vient du fait que le Soleil émet des rayonnements infrarouges et des ultraviolets nocifs pour les yeux. Il est donc déconseillé d’utiliser des verres fumés ou noircis à la flamme d’une bougie, les films radiologiques ou de simples lunettes de soleil. Les instruments optiques comme les jumelles, les téléobjectifs, les téléscopes ou appareils photo doivent impérativement être protégés par des filtres spécialement conçus pour l’observation.
    Il existe aussi des lunettes spéciales de protection qui permettent d’observer le phénomène sans risque, puisqu’elles protègent 100.000 à 1 million de fois mieux que les lunettes classiques de soleil.
    Ces lunettes spéciales ne sont pas fabriquées au Maroc. Ainsi, l’Observatoire Ribat Al Fath en a importé 1.000. L’unité est vendue à 20 DH, au prix coûtant. Il en gardera environ 150 pour les visiteurs du 29 mars, auxquels elles seront distribuées gratuitement.
    http://www.leconomiste.com/

     

Partager cette page