Au Sahara occidental,le désespoir grandit face à l'absence de solution politique

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 18 Février 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    El Ayoun, 220 000 habitants, chef-lieu du Sahara occidental - ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc en 1975 - paraît plus morose que jamais. De l'avis général, 2005 a été "une année noire" pour la population sahraouie. Assis au ras du sol dans son salon, revêtu de la darâa, la tenue traditionnelle sahraouie, Rahali Sidi Ahmed, chef de tribu respecté, réputé pour sa modération, ne cache pas sa rancoeur.

    "Le Maroc a connu de grandes avancées, depuis plusieurs années, en matière de liberté et de démocratie. Le Sahara, lui, a reculé. Nous avons subi une série de violences, de bavures policières et d'arrestations auxquelles nous étions loin de nous attendre", dit-il avec amertume.

    Si la présence des forces de sécurité marocaines est moins visible qu'il y a quelques mois, El Ayoun reste sous haute surveillance. Depuis bientôt un an, la localité est secouée par des incidents sporadiques. En mai dernier, à la suite du transfert d'un détenu dans une prison d'Agadir, puis fin octobre - après le décès d'un jeune, tabassé par la police -, des manifestations ont éclaté. Jets de pierres et de cocktails Molotov, slogans indépendantistes, drapeaux marocains brûlés. On n'avait pas vu cela depuis six ans, voire trente ans. La répression a été brutale : interpellations, passages à tabac, saccages et pillages de maisons sahraouies par des policiers marocains, etc. Une trentaine de personnes, dont quatorze indépendantistes et militants des droits de l'homme, ont été arrêtées et condamnées à des peines de prison allant de sept mois à trois ans, lors d'un procès qualifié d'expéditif par Amnesty International.

    Le Front Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie, est-il à l'origine de ces troubles ? Les autorités marocaines s'en disent persuadées. "Ces accrochages sont l'expression d'une minorité qui profite du climat d'ouverture du royaume. Il ne faut pas leur donner une importance exagérée", déclare un haut responsable de l'administration à El Ayoun.

    Reste que le malaise est perceptible. Iguilid Hammoud, représentant local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), conseille de ne pas se fier à l'apparent retour au calme. Pour cet enseignant de profession, privé de poste en raison, dit-il, de ses sympathies indépendantistes, "l'agitation reste sous-jacente, comme une eau dormante". La répression de ces derniers mois n'a fait qu'alimenter le ressentiment des Sahraouis, déjà meurtris par la crise socio-économique. Ici, le chômage tourne autour des 29 %. Beaucoup ont le sentiment d'être marginalisés au profit des Marocains du Nord, venus s'installer en colons dans les "provinces du Sud". L'avenir ? Ils ne le voient pas.

    Soutenu à bout de bras par le pouvoir central, le Sahara occidental offre peu de débouchés. L'administration est le premier employeur de la région, les phosphates et la pêche étant loin de suffire à résorber le chômage. En 2004, un plan de développement économique de quelque 720 millions d'euros, étalé sur trois ans, a été lancé. Mais combien de temps faudra-t-il pour qu'il porte ses fruits ? Et suffira-t-il à calmer les esprits ?

    "El Ayoun n'a jamais été à feu et à sang. Mais il y a un facteur nouveau : les manifestants prennent leur autonomie. Ils n'ont plus besoin d'en référer au Polisario pour exprimer leur ras le bol", indique un observateur extérieur. Un avis partagé par Laghdaf Eddah, journaliste et directeur de la télévision régionale d'El Ayoun. "Avec le temps apparaît une nouvelle génération qui rejette à la fois l'intégration pure et simple au Maroc et l'indépendance sous tutelle algérienne, souligne-t-il. Et cette génération mise sur un projet démocratique moderne qui commence à voir le jour au Maroc."

    En novembre 2005, le roi a relancé l'idée d'une autonomie "définitive" et "sous souveraineté marocaine" pour le territoire. Pas question d'un référendum d'autodétermination au bout de cinq ans, ainsi que le prévoyait le dernier plan Baker. Certains chefs de tribus pro-marocains, tels Abelatif Bouira et Hassana Med Houssin, se disent favorables à un tel projet. D'autres attendent prudemment de voir quel type d'autonomie leur sera proposé. Quant aux figures de proue du mouvement indépendantiste, elles rejettent catégoriquement cette option. "Le peuple sahraoui a le droit de choisir son sort. De quoi le Maroc a-t-il peur ?", lâche Aminattou Haïdar, qui sort de sept mois de prison. Bien qu'amaigrie et fatiguée, la jeune femme reste inflexible.

    Au siège de la Mission de l'ONU (Minurso), l'ambiance est au découragement. Chacun sait que le nouveau chargé de mission de Kofi Annan, Peter Van Walsum, vient de produire un rapport en forme de constat d'échec. "Les efforts de l'ONU n'ont servi à rien. Il faut désormais prôner des négociations directes entre les parties au conflit, le Maroc, l'Algérie et le Polisario", dit en substance le document qui a été examiné mi janvier, à huis clos, par le Conseil de sécurité, mais n'a pas encore été rendu public.

    Retour à la case départ ? C'est probable. Le dialogue de sourds entre Rabat et Alger risque de perdurer. Le désespoir de la population aussi. "Je n'ai jamais vu mon père. En 1975, quand les troupes marocaines sont arrivées, il a fui à Tindouf. Ma mère était enceinte", explique, tendu, Chawi Sidi. Pour ce jeune diplômé chômeur de Smara, la "priorité des priorités" serait la réunification des familles.

    Ils sont nombreux à s'exprimer ainsi. Pas une famille qui n'ait ici un ou plusieurs proches parents réfugiés dans l'un des camps de Tindouf, de l'autre côté de la frontière algérienne. Tous ont le sentiment d'être pris en otage dans un conflit qui les dépasse. Le Sahara occidental, c'est aussi et surtout ce drame humanitaire qui n'en finit pas depuis trente ans...



    Paru sur LeMonde.fr
    Article Proposer Par Aghilasse
     
  2. kiakimo

    kiakimo Maxwell malapata

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Au Sahara occidental,le désespoir grandit face à l'absence de solution politique

    monsieur freil il n y a pas de diference entre marocains et sahraouies
    parce que si tu dis sahraoui que toi aussi tu avoue l esistance du sahara occidental et du polisario :-( :-( :-(
     
  3. jafeth

    jafeth Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Au Sahara occidental,le désespoir grandit face à l'absence de solution politique

    j espere que le maroc va avoir son territoiresaharien [25h] bientot.
     
  4. Friend

    Friend Bannis

    J'aime reçus:
    24
    Points:
    0
    Re : Au Sahara occidental,le désespoir grandit face à l'absence de solution politique

    Il faut d'abord preciser pour la gouverne de tout le monde que c'est un article du journal "le Monde" qui a eu maille à partir avec le Maroc, et ce depuis longtemps ! Pour ce qui est du sujet traité notre pays faisant preuve de souplesse entend proposer une solution sage et opérationnelle au conflit factice du Sahara! l'autonomie élargie est une formule appliquée dans nombre de pays ( choufou la Catalogne en Espagne par exemple) pourquoi la denier au Maroc! De meme pourquoi l'Algerie et la Lybie considerent leurs "Sahara" comme un prolongement naturel de leurs territoires ..et pas le Maroc ! Il y'a beaucoup à dire sur ce sujet mais je me limiterais à une chose : votre pays fait l'objet d'une conspiration dictée par des visées geopolitiques de leadership régional , ou le polisario n'est qu'un instrument malléable et corvéable à merci ...oulfa8em if8am !
     

Partager cette page