Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 7 Février 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    L’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin tiendra un congrès national les 23 et 24 avril 2010 à la Bibliothèque nationale. Près de 800 avortements clandestins sont pratiqués au Maroc chaque jour.

    «Chaque jour, près de 800 avortements clandestins sont pratiqués au Maroc dont 600 médicalisés et 200 non médicalisés», déclare à ALM Pr Chafik Chraïbi, président de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC).

    Devant ce constat alarmant, un congrès national sur l’avortement, le premier du genre, se tiendra les 23 et 24 avril 2010 à la Bibliothèque nationale.

    «Cette manifestation devait se tenir au mois de mars, mais nous avons finalement décidé de la reporter au mois d’avril. Il est vrai qu’il y a un problème au niveau des sponsors mais je suis prêt à tout débourser de ma poche pour que ce cette rencontre ait lieu», affirme Pr Chraïbi.

    Ce congrès réunira politiciens, religieux et acteurs de la société civile pour mieux comprendre le phénomène et dégager une politique consensuelle. Lors de cette manifestation, qui réunira 400 personnes, la première journée sera consacrée à la prévention des grossesses non désirées où seront débattues plusieurs thématiques notamment l’éducation sexuelle, les méthodes de contraception et la contraception d’urgence.

    L’AMLAC souhaite inciter le ministère de l’Éducation nationale à introduire des cours de relations sexuelles dans les écoles.

    Quant à la deuxième journée, celle-ci sera axée sur les conséquences des grossesses non désirées où seront analysés les aspects médico-sociaux, juridiques et religieux.

    «Les recommandations issues de ce congrès seront adressées aux parties concernées, à savoir le ministère des Habous et des Affaires islamiques, le Parlement, le ministère de la Santé ainsi que le Cabinet royal», précise Pr Chraïbi.

    L’AMLAC plaide pour une légalisation de l’avortement dans des cas bien précis : viol, inceste, malformations fœtales, filles mineures, femmes âgées de plus de 45 ans, pathologies psychiatriques, grossesse mettant en jeu la vie ou la santé de la mère, vulnérabilité sociale, échec ou absence de contraception (couple en mariage ou hors mariage) ainsi que dans certaines situations sociales dramatiques (une domestique qui a été abusée sexuellement…).

    Force est de constater que la législation actuelle ne permet pas de pratiquer un avortement dans de telles situations. Devant un dispositif législatif très restrictif, le Pr Chraïbi appelle à un assouplissement de la loi notamment l’article 453 du code pénal qui n’autorise l’avortement qu’en cas de pathologies maternelles graves, pouvant mettre en danger la vie de la mère.

    Outre un allégement de la législation, le Pr Chraïbi préconise plusieurs solutions. «Il faut accorder une place importante à la prévention à travers l’éducation sexuelle, la promotion des méthodes de contraception efficaces, interpeller les responsables politiques et les leaders d’opinion et mettre en place un comité d’éthique». «En Tunisie, l’avortement a été libéralisé depuis 1970. Grâce à cette mesure, il y a dix fois moins d’avortements qu’au Maroc», conclut-il.


    Ce que dit la loi

    L’article 449 du code pénal punit de 1 à 5 ans de prison et d’une amende de 200 à 500 DH quiconque par aliments, breuvage, médicaments, manœuvres, violences ou par tout autre moyen, a provoqué ou a tenté de provoquer l’avortement d’une femme enceinte, qu’elle y ait consenti ou non. Pour l’art. 453, l’avortement n’est pas puni quand il vise à sauvegarder la vie de la mère à condition qu’il y est consentement du conjoint. En l’absence de ce consentement, il faut avoir celui du médecin-chef de la préfecture et en cas d’urgence, il suffit que ce dernier soit seulement avisé. L’article 454 punit de 6 mois à 2 ans de prison toute femme qui s’est livrée à l’avortement. Quant à l’article 455, celui-ci punit l’avorteur de deux mois à deux ans, même si l’acte n’a pas abouti. Et des mêmes peines, le vendeur des produits avortant et les complices d’avortement.





    http://www.aujourdhui.ma/couverture-details73914.html

     
  2. miss_clementine

    miss_clementine Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    les avortements rahom kayadarou chak jour b ay chakl; kayna li 3andha lflous ra katamchi lmedecin w kaydirou liha wakha la loi contre w kayna li ma3andhach maskina soit katantaher soit kadir chi 3jab liha w li fkerchha; lahoma ykhaliw 3ibad lah ydirohom w ykoun dakchi legal w yhaniw lblad w l3ibad
    blach ma kola mara nsam3o 3la bebe mal9i f taro dial zbal w la hadi khoutha 9atlouha hit hamla
     
  3. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    Dans la vie, il y a des priorités à gérer. Et avant de penser à l'avortement, ils peuvent d'ores et déjà penser aux conditions d'accouchement des femmes au Maroc.

    La mortalité des femmes pendant l'accouchement au Maroc, dépasse même le taux de mortalité sur les routes marocaines. Par contre, ce sujet on en parle jamais !!!!

    Quand le Maroc gérera à merveille les vraies priorités, après on pourra s'attaquer aux autres sujets secondaires.

    Pour plus d'informations
     
  4. miss_clementine

    miss_clementine Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    hada pr toi sujet secondaire?? ra 800 par jr
    rah ila 9adina had sujet li nta kata3tabrou secondaire la mortalité maternele ghadi tan9es w ghadi yan9es lwlad li ma3andhomch bawat; w ghadi yna9sou lkhayriat li 3amrin bihom w ghadi yno9sso hta chemkara awla la??
     
  5. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    Le premier sujet est un sujet qui touche plus de marocaines, qui classe le Maroc dans une place honteuse derrière quelques pays voisins (Tunisie ..).

    Les filles qui tombent enceintes par relation hors mariage, doivent assumer totalement la responsabilité. C'est illégal, de tous les points de vue, et la société n'en est pas responsable.

    Je comprend pas comment tu peux comparer une femme qui meurt en accouchant à cause des erreurs médicales, du manque de moyen, de manque de sensibilisation ..etc avec une autre qui a transgressé toutes les lois pour accoucher hors mariage, et tuer son fils ou l'envoyer dans un orphelinat !! Je crois que la comparaison est injuste ;)
     
  6. miss_clementine

    miss_clementine Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    3lach injuste?? bjoujhom la mort dialhom 3andha cause wahda hia la grossesse; une fois elle tombe enceinte machi so9na hna mzawja w la la; l essentiel tkoun bekhir;
    ga3 nas kayghaltou achman responsabilité bghiti bant de 16 ans thaz ila hamlat man wahed 3andou 17 ans; ytzawaj biha?? w yasref baha 3lihom homa bjouj??
    200 avoretements par jour kayadar f des conditions khaybin w li fihom lmra risk de mourir; ama le taux de mortalité maternele ra 227 par mille naissance vivante; achno 9reb had le taux lhada
    oui mtaf9a m3ak daret haja li hram w man ba3d; ngolo liha siri nta7ri bach t7aydi l3ar 3la walidik w 3la rassek; w siri haydi hadak le bébé w talbi lah yghfer lik w jam3i rajlik w diha f 9raytek??
    hia en tt cas ghadi dir chi haja bach tkhales man hadak lbébé lahoma ydar f des conditions zwinin w au lieu man khasrou jouj nkhasrou wahed


    ps; hadchi li kangol kanahder man jiha dial la societé; ama la religion mkhaliaha ana fti9ar
     
  7. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    je ne suis pas d'accord avec toi sur ce passage car ya bcp de petites jeunes filles qui tombent enceintes suite à un viol .
    c'était malgré elles et elles n'assument aucune responsabilité .

    en général , il vaut mieux tkoun une loi trés claire sur ce sujet w légalisiw l'avortement dans certaines cas , comme celles suggérées par l'AMLAC .

    c'est vrai que ma khasnach na3tabrou l'avortement comme un moyen de contraception mais dans des cas précis , il vaut mieux .

    l'exemple de la malformation génétique chez le bébé .
    fach tat3ref que ghadi ykoun 3andek un enfants handicapé allah yaster , il vaut mieux avoir recours à l'avortement .

    bach nkounou wa9i3iyine w bla ma nkadbou 3la ba3dna : vous savez très bien
    que les relations hors mariages existent w nass 3aycha "en couple" hors mariage , hada wa9i3 .
    Et qui celui qui n'a jamais fais l'amour avant de se marier ???

    imagines que ta capote éclate ou que ta compagne a oublié de prendre sa pilule !!!
    Trois semaine après il te révèle qu'elle enceinte !
    ach ra ddir ...???
     
  8. sweetpoison

    sweetpoison Bannis

    J'aime reçus:
    64
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?


    yzid jarima 3la danb ach ghaydir :confused:
     
  9. miss_clementine

    miss_clementine Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    ana ngol lik ay deri t7at f had la situation achno ghadi ydir
    soit ghadi yatla3 wald nas w ghadi yb9a bjenbha w ghadi ydaber liha f 4000 dh bach dir un avrt awla ila kan hadih lah gahdi ygoliha natzawaj bih w hada hal mostab3ad
    soit ghadi ya9leb wajhou w ybadel num ddialou w ghadi ygol liha kif derti m3aya ana derti m3a 100000000000000 wahed akhor; dabri rassek ana machi so9i


    w falakher chkoun li madrour fhadchi kolo?? hia lbant w fhad l7ala achno katwa9e3 had lbant gahdi dir???
     
  10. russimor

    russimor motatabbi3

    J'aime reçus:
    68
    Points:
    0
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    je pense que peli hdar 3la les priorités et moi je le suis dans son raisonnement, le problème d'avortement et de ses causes existent, mais si on parle priorité, le problème des conditions d'accouchement, à mon avis, est plus important, la sécurité, de la femme et du nouveau né, doit être la principale occupation de la société et des organismes "qui défendent les droits des femmes et des enfants" avant de penser au droit de tuer les bébés.
     
  11. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    Re : Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?

    @khwikha, une vraie victime est celle qui subit une injustice "malgré elle" !! une femme qui entre dans un hôpital minable et crade, et qui en sort morte est plus que victime. Dans un pays qui respecte les droits de l'homme, sa famille porterait plainte contre le gouvernement en entier.

    Les victimes de viols / grossesses involontaires / malformation du fœtus, doivent avoir également un traitement de faveur. Néanmoins, la plupart des cas d'avortement sont dus à une relation sexuelle hors mariage, et donc ne sont pas victime, ni prioritaires.

    @ba hassan, ce que j'ai dit depuis le début, c'est qu'il faut traiter les dossier selon leur importance, et pour moi la mortalité maternelle et infantile sont beaucoup plus importantes !!
     

Partager cette page