Baisse de 60% des superficies cultivées en cannabis au Maroc en 2009

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 11 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    1 345 personnes arrêtées pour trafic international de drogue





    Les superficies cultivées en cannabis au Maroc ont reculé de 134 000 ha en 2003 à 56 000 en 2009, soit une baisse de 60%, a indiqué, vendredi à Rabat, Khalid Zerouali, Gouverneur Directeur de la Migration et de la Surveillance des Frontières au ministère de l'Intérieur.
    Dans une déclaration à la MAP à l'issue d'une entrevue avec la Présidente de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), Sevil Atosoy, M. Zerouali s'est félicité de cette baisse qui constitue le couronnement des efforts soutenus déployés par les pouvoirs publics. La ville de Larache a été, pour la 5e année consécutive, déclarée " ville sans cannabis " a précisé Khalid Zerouali, affirmant que les cultures de cannabis au niveau des 17 communes ciblées de la province de Chefchaouen ont été totalement éradiquées, alors que l'éradication de ces cultures illicites a atteint 80% dans la province de Taounate et 90% à Tétouan, rapporte la MAP.
    "La lutte contre les réseaux de trafic est l'un des principaux axes de la stratégie du Maroc de lutte anti-drogue lancée en 2005 ", a souligné M. Zerouali, ajoutant que 1 345 personnes ont été arrêtées en 2009 pour trafic international de drogue, dont 50% sont des étrangers.
    Grâce à cette stratégie, les saisies de chira ont atteint 180 tonnes en 2009, soit une augmentation de 60% par rapport à l'année 2008, a-t-il relevé.
    Ces saisies ont été opérées à la faveur du renforcement de la surveillance des frontières ainsi que des investissements consentis pour équiper les postes frontaliers avec des moyens de détection performants.
    Signalons qu’un programme a été lancé en 2009 par les autorités marocaines qui vise un développement alternatif de la région du nord qui comprend des mesures pour l'encouragement des activités de substitution, l'amélioration des conditions de vie de la population locale, la mise en place d'infrastructures et des équipements de base, et la conservation et le développement durable de l'environnement.



    Source : lien
     

Partager cette page