Balotelli en vaut-il la peine?

Discussion dans 'Angleterre' créé par simo160, 26 Mars 2012.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Mario Balotelli est déjà presque une légende à Manchester City. Adoré des fans pour son style si particulier, sa nonchalance et son jeu plein de folie, il effectue également une saison plus que satisfaisante : 15 buts en 29 matchs toutes compétitions confondues (dont une série de 9 buts en 10 rencontres entre octobre et novembre), plusieurs passes décisives, quelques performances impressionnantes et des gestes de grande classe. Son maillot est l'un des plus vendus et son talent sur le terrain (comme ses frasques hors terrain) ont apporté renommée et notoriété au club aux quatre coins du monde. Récemment, lors d'un voyage à Abu Dhabi et en Asie, des dirigeants anglais ont raconté qu'ils n'avaient quasiment entendu que le nom de Balotelli lors de leur séjour !

    L'Italien est même devenu un mythe urbain en Angleterre. Il ne se passe quasiment pas une semaine sans qu'il ne fasse les gros titres de la presse. Sauf que les histoires sont souvent inventées ! Balotelli qui, habillé en Père Noel, jette des billets de banque par la fenêtre de sa Maserati à la veille de Noel ? "Ce n'est pas vrai". Balotelli qui prend des cours de DJ ? "Jamais". Balotelli qui paye pour l'essence de tous les gens qui sont arrêtés à la station service en même temps que lui ? "Non plus". Balotelli qui lâche 1500 euros à un clochard dans la rue un soir après avoir gagné au casino ? "Faux". Même l'histoire des feux d'artifice allumés depuis la fenêtre de sa salle de bains et qui a tant fait parler, n'avait rien à voir avec lui puisqu'il a reconnu qu'il n'était pas dans la pièce quand ses potes ont allumé les pétards.

    En revanche, il est vrai que quand sa mère l'a envoyé acheté une table à repasser, il est revenu avec un quad et un trampoline ! Balotelli fascine, d'où toutes ces histoires sorties de nulle part. Avec lui, tout est amplifié, souvent déformé.

    Pourtant si Mancini lui fait autant confiance, c'est bien qu'il apporte aussi quelque chose à son équipe. Certes, il n'est pas encore, contrairement à ce qu'il affirme lui-même, "presque aussi fort que Messi", mais à 21 ans, il possède un sacré potentiel. Véritable force de la nature (1m88 pour 86 kg), il possède une pointe de vitesse impressionnante et une technique raffinée balle au pied. Pour l'avoir vu à l'entrainement, je peux vous dire qu'il fait des choses assez incroyables avec un ballon au point que ses partenaires sont souvent incapables de le lui prendre. Je dirai qu'aujourd'hui il n'est peut-être qu'à 50% de ce qu'il est capable de faire. Tirer le penalty de la victoire face à Tottenham, à la dernière minute d'un match de championnat crucial, comme il l'a fait cette saison, montre aussi un mental de fer.

    Noel Gallagher, l'ancien chanteur d'Oasis, et fan absolu de Manchester City, résumait finalement bien la situation l'autre jour alors qu'il interviewait l'ancien joueur de l'Inter Milan : "Mes enfants t'adorent même s'ils ne savent pas qui tu es. Je voyage à travers le monde pour mes concerts et quand je dis ton nom, les gens deviennent fous. Pour ton talent et pour tout le reste." Si le cas Balotelli s'arrêtait là, il n'y aurait pas vraiment de débat. Seulement, le problème, c'est que pour tout le talent et la popularité de l'Italien, son manque de maturité et de réflexion lui font commettre également des écarts sur le terrain qui méritent de se demander s'il vaut vraiment la peine de le conserver dans l'effectif.


    Un récent exemple met tout cela en perspective. Sa faute totalement stupide en Ligue Europa face au Sporting Lisbonne, à l'entrée de sa surface, a entraîné directement le premier but portugais et précipité l'élimination de son équipe. Il a multiplié les faits de ce genre cette saison. Son carton rouge à Liverpool puis son essuyage de crampons sur le crane de Parker contre les Spurs ont couté très cher à City puisqu'à chaque fois, le club a perdu des points en championnat quand Balotelli était suspendu (respectivement trois et quatre matchs). De la même manière, son embrouille avec Yaya Touré dans le tunnel après la mi-temps à Swansea (défaite 1-0) n'a pas du avoir un effet positif comme ses altercations multiples avec ses coéquipiers à l'entrainement.

    Alors Balotelli fait-il plus de bien ou de mal à Manchester City ? La réponse est surement les deux. Si City est champion, il aura joué une grande part dans ce titre. S'il ne l'est pas, il sera aussi responsable même s'il ne sera pas le seul. A sa place, un joueur moins fort mais plus réfléchi ferait moins d'écarts mais serait aussi moins brillant. Et si Balotelli continue de murir, il gommera forcément un jour ses défauts. Malgré tout, la question mérite d'être posée…

    Europsort
     

Partager cette page