Barcelone 1 - 0 Real Madrid : "Puyol y diez más" !

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 1 Décembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Le dernier clásico s'était soldé par un historique 2 - 6 à Santiago Bernabéu. Ce soir, le ton est moins euphorique mais une victoire un but à zéro permet tout de même à Barcelone de reprendre la première place de la Liga, grâce notamment à un Carles Puyol brillant.


    [​IMG]

    S'il y a un match qui attire l'attention de la planète football, il s'agit bien du grand Clásico espagnol. Deux fois par an, la rencontre de clubs la plus regardée au monde oppose le Real Madrid à Barcelone. Cette saison, et comme les deux dernières, c'était le Barça qui recevait le premier. Comme d'habitude, la rencontre fut précédée de quelques mises en bouche piquantes, notamment de la part de Manuel Pellegrini. L'entraîneur chilien, visiblement très conquérant cette semaine, avait pourtant aligné ce soir une équipe privée à la fois de Benzema et de Raúl, pour faire confiance dans le secteur offensif à Higuaín, Kaká, et Marcelo, sans oublier Cristiano Ronaldo qui tenait finalement sa place. Ce redoutable quatuor était accompagné, plus bas, par Lassana Diarra, Xabi Alonso, et en défense Casillas, Sergio Ramos, Pepe, Raúl Albiol, et Arbeloa. Un onze très compétitif donc, qui prenait place sur le terrain en face des locaux. Ces derniers devaient évoluer sans Ibrahimovic, incertain et finalement écarté, au contraire de Lionel Messi aujourd'hui titulaire. Guardiola avait logiquement décidé de composer avec Victor Valdés, Daniel Alvés, Piqué, Puyol, et Abidal en défense. Au milieu, le trident déjà présent et remarquable face à l'Inter était reconduit, Sergio Busquets accompagnant Xavi et le désormais titulaire habituel à sa gauche, Seydou Keita. Enfin, en attaque, Henry était donc entouré de Messi et d'Iniesta, dorénavant installé aux avant-postes cette saison. Pinto, Márquez, Chygrynskiy, Maxwell, Yaya Touré, Pedro, et Ibrahimovic prenaient place sur le banc. Bojan Krkic, Jeffren, et Milito étaient écartés. La question concernait surtout la disposition réelle de ces joueurs : Henry dans l'axe, Messi à sa droite, et Iniesta à sa gauche ? C'est comme cela que Rijkaard composait en 2007. Henry à gauche, Messi dans l'axe, et Iniesta à droite ? C'est ainsi que Guardiola pouvait voir les choses si on se réfère à ses choix de la saison dernière, où Messi a régulièrement pris l'axe alors qu'Henry a toujours joué à gauche. Ou alors, Iniesta dans l'axe devant les trois milieux, et Messi et Henry en pointe ? Des solutions multiples s'offraient aux catalans.


    Les faits et le jeu
    Très rapidement, le visage qu'allait prendre la première période allait se dessiner : en effet, dès le début du match, c'est au milieu de terrain que se tenaient les débats. Côté catalan, Xavi s'illustrait sans tarder dans son rôle de rampe de lancement avec plusieurs ballons lancés dans le dos des défenseurs ; alors qu'en face, c'est Lassana Diarra qui se singularisait par un jeu assez physique. En ce qui concerne l'animation offensive, Iniesta prenait le flanc gauche, Messi et Henry étaient donc à droite et en pointe respectivement. Quant au Real Madrid, le dispositif tactique permettait à Kaká d'être libre au centre, Ronaldo et Marcelo prenant les couloirs, Higuaín se réservant la pointe de l'attaque. Le circuit technique et axial Pepe - Xabi Alonso - Kaká se traçait très rapidement.


    C'est pourtant sur le côté gauche que Ronaldo tentait son premier dribble, il réussissait habilement à éliminer Puyol, mais après un bon centre, Valdés voyait une première frappe adverse passer nettement au dessus. Ensuite et comme à son habitude, Barcelone commençait à s'installer dans la moitié de terrain du rival et à garder le ballon à l'aide d'un jeu au sol tout en mouvements. Néanmoins, les intentions du Real Madrid ce soir semblaient claires : aucune réticence et aucun complexe d'infériorité face au champion en titre. Une projection plutôt rapide vers l'avant et une bonne application dans la transmission leur permettait de s'offrir la meilleure occasion de la première période : bien servi plein axe, Kaká décalait Ronaldo à droite qui pouvait frapper au but mais Valdés sauvait son équipe de manière peu académique.


    Une minute plus tard, il récidivait grace à une bonne sortie en dehors de sa surface. Sur le plan du jeu, Barcelone accentuait ses incursions dans l'axe pour écarter seulement le dernier rideau madrilène, alors que le Real excentrait plus tôt ses offensives, en bénéficiant notamment de la présence de Marcelo et dans une moindre mesure de Ronaldo sur les côtés. La deuxième opportunité franche était encore pour les merengues, une occasion heureusement sauvée par un Puyol décisif face à Marcelo à la 26ème minute. La suite du match était moins palpiptante, avec un faux rythme décourageant et un jeu plus dur. Barcelone lançait trop rapidement les ballons dans la profondeur. Un "centre-tir" d'Henry claqué par Casillas et une frappe timide d'Iniesta du pied gauche étaient les meilleures, ou les moins mauvaises occasions des catalans.

    la mi-temps arrivait finalement sans que l'on puisse se réjouir du premier acte. Le bilan à faire était le suivant : Barcelone a eu le ballon plus souvent mais Madrid a eu les occasions les plus franches.

    En seconde période, Guardiola n'attendait pas longtemps avant de réaliser son premier changement. Ibrahimovic entrait à la place de Henry à la 51ème minute pour apporter plus de poids à l'attaque. Ce changement était le bienvenu car cinq minutes plus tard, Daniel Alvés adressait un magnifique centre au second poteau pour le suédois qui, à la limite du hors-jeu, s'était intelligemment faufilé dans la surface et qui trompait Casillas sur une belle reprise, imparable. Ce but était une libération pour les barcelonais qui avant cela auraient pu être victime de l'ouverture du score madrilène, un événement empêché par Valdés puis Puyol.

    Hélas, le fait marquant qui allait à suivre était moins réjouissant : Sergio Busquets recevait un second carton jaune suite à une main malheureuse. Une triste expulsion qui devait voir ses effets réduits avec la rentrée de Yaya Touré à la place de Keita, l'ivoirien étant censé apporter plus de sécurité à l'entre-jeu et densifier ce secteur. Le défi de marquer un second but allait alors se transformer en volonté de ne pas se faire rejoindre à la marque à dix contre onze. Toutefois, Barcelone ne boudait pas ses opportunités et Piqué n'était pas loin de marquer en réceptionnant un coup-franc de Xavi.

    Remotivés par la situation, les madrilènes parvenaient à se rapprocher des buts mais ni Kaká, ni Benzema qui avait remplacé Ronaldo, ne trouvaient le chemin des filets. Finalement, Barcelone à dix n'était pas asphyxié et développait son jeu assez tranquillement, sans trembler. Mieux, ils se procuraient la meilleure occasion par...Abidal (!) qui, bien lancé par Xavi, croisait trop son tir. Découragés, le Real Madrid optait pour le choix de la frappe de l'extérieur de la surface, mais une application très faible l'empêchait de se créer une véritable chance. Restaient alors les corners, qui furent les meilleures opportunités pour les merengues sur la fin de match, heureusement pour Barcelone, il n'y eu aucun dégât. Et la dernière occasion était encore catalane, Messi interceptant un ballon en pleine surface mais perdant son duel face à Casillas.


    La fin de match voyait Lassana Diarra se faire expulser, et les barcelonais conserver leur avantage au score, d'une manière courageuse, en témoigne le très bon match des défenseurs, mais sans pour autant avoir réussi à réaliser une grande prestation. Mais il est des rencontres qui se gagnent plus qu'elles ne se jouent, et le Clásico de ce soir était finalement remporté par un Barça retrouvant le rang qui lui est du : la première place de la Liga.

    Les joueurs
    1 - Victor Valdés : 7 Décisif ce soir. Pour ceux qui en doutent encore, même s'ils sont de moins en moins nombreux, c'est un privilège de pouvoir compter sur un tel gardien.

    2 - Daniel Alvés : 7 Il râle autant qu'il joue bien, et ce soir il a offert une prestation digne de ses habitudes. Une grande activité, un volume de jeu important, et un énième ballon de but, lui qui est sûrement le meilleur passeur au monde chez les défenseurs.

    5 - Puyol : 8,5 Cela fait dix ans maintenant qu'il a débuté en équipe première, et il était difficile de penser à cette époque qu'une décennie plus tard, il serait là, avec le brassard, pour livrer une magnifique performance face au Real Madrid et être le grand monsieur de la soirée. Chapeau au capitaine.

    3 - Piqué : 7 Il a lui aussi été performant et sauvé plusieurs fois son équipe. Concerné offensivement.

    22 - Abidal : 7 Réticent à monter, excepté sur une action qui aurait pu lui offrir son premier but avec le maillot bleu et grenat, il a par contre été impeccable dans les un contre un. Une très bonne première partie de saison.

    16 - Sergio Busquets : 5 Que penser de son expulsion ? Il faisait un match correct malgré quelques gestes fantasques et inutiles. Sa sortie fut une très mauvaise surprise.

    6 - Xavi : 6,5 Le meilleur au milieu. S'il n'a pas joué avec toute l'étendue de sa classe et de sa clairvoyance, il a rendu une bonne copie.

    15 - Keita : 5,5 Un peu nerveux en première période, il est sorti après l'expulsion de Busquets après avoir offert une prestation finalement honnête. Remplacé par Yaya Touré qui a essayé de boucher les trous.


    10 - Messi : 6 Si le ballon est parfois resté collé à ses pieds, si quelques gestes ont donné des mots de tête à ses adversaires, il a dans l'ensemble modestement pesé sur le jeu et n'a pas mené l'attaque en leader. Il a besoin d'un second souffle.

    14 - Henry : 5 Il a surtout essayé de donner de la profondeur à l'attaque en se projetant rapidement après avoir demandé le ballon, mais il n'a pas très bien négocié ses possibilités de faire la différence. Remplacé par Ibrahimovic, buteur providentiel.

    8 - Iniesta : 6 Il a joué entre les lignes. Devant, au milieu, à gauche, dans l'axe, il a beaucoup bougé et a été un appui efficace pour ses partenaires. Il n'a toutefois pas marqué la différence ce soir.



    Fiche technique
    Barcelone : Victor Valdés ; Daniel Alvés, Puyol, Piqué, Abidal ; Busquets ; Xavi, Keita (Yaya Touré Min.66) ; Messi, Henry (Ibrahimovic, min.51), Iniesta.

    Real Madrid : Casillas ; Sergio Ramos, Pepe, Raúl Albiol, Arbeloa (Raúl, min.74) ; L.Diarra, Xabi Alonso ; C.Ronaldo (Benzema, min.66), Kaká, Marcelo ; Higuaín.

    Buts : Ibrahimovic (min.56)

    Arbitre : Alberto Undiano Mallenco


     

Partager cette page