Barcelone 1 - 2 Séville : un début d'année très morose...

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 7 Janvier 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Quelques jours parès le nul concédé face à Villarreal, Barcelone s'est incliné à domicile contre Séville sur le score de deux buts à un. Sans plusieurs titulaires, les catalans n'ont jamais vraiment marqué leur emprise sur ce match et les erreurs défensives individuelles ont été fatales.

    [​IMG]

    Chaque année, le mois de janvier est l'occasion de mettre la Copa del Rey sur le devant de la scène. En outre, l'affiche était cette fois-ci très alléchante puisque Barcelone était opposé au FC Séville dès les huitièmes de finales. Au tour précédent, les catalans s'étaient défaits du modeste Cultural Leonesa (0-2, 5-0). Si, seulement deux semaines après la victoire face à Estudiantes, il paraît utopique d'aspirer à un nouveau grand chelem cette année, il n'en restait pas moins que conserver la Coupe remportée face à Bilbao la saison dernière avait de quoi séduire. Barcelone n'a plus réalisé cet exploit depuis douze ans, à l'époque où Robson puis van Gaal avaient chacun à leur tour réussi à gagner le trophée (1997 et 1998).




    Une telle perspective restait encore très éloignée au moment des huitièmes de finale, mais nul doute que les catalans n'allaient pas se ménager pour faire la différence ce soir. Toutefois, l'équipe sélectionnée par Guardiola ne manquait pas de réserver plusieurs surprise. Il ne s'agissait pas du poste de gardien de but, où Pinto, spécialiste ès Copa, était bien entendu titulaire. La défense, par contre, était inédite puisque, autour de Daniel Alvés, Maxwell, et Chygrynskiy, le retour de Gabriel Milito était la principale attraction de la soirée. Le milieu était également inédit étant donné que Márquez accompagnait Iniesta et Thiago Alcántara. Enfin, Messi, Bojan, Pedro, les trois jeunes canteranos (il est insolite de parler, encore, de "jeune canterano" pour le Ballon d'Or et meilleur joueur du Monde de la FIFA, malgré ses 22 ans...) prenaient place sur la ligne d'attaque. Du côté de Séville,, il était à noter la présence de plusieurs joueurs pouvant faire la différence ce soir : l'excellent Palop dans les buts, la révélation argentine Perotti qui cette fois ne prenait pas la place de Diego Capel mais qui jouait à ses côtés, le néo-nternational Jesús Navas, ou encore le français Julien Escudé, l'un des meilleurs défenseurs de la Liga. On remarquait aussi la présence de l'ancien barcelonais et champion d'Europe Fernando Navarro.





    Les faits et le jeu
    S'agissant de la disposition des joueurs, le pronostic était confirmé en ce qui concerne le positionnement de Márquez et de Chygrynskiy, le premier évoluant au milieu et le second en défense, bien que le contraire eût été envisageable. Le meilleur signe du début de rencontre, outre les bonnes sensations de Gabriel Milito, était que Barcelone disposait de ces deux principaux détonateurs - Messi et Iniesta - pour tenter de percer les deux derniers rideaux sévillans. Une présence nécessaire étant donné l'absence du meilleur passeur et du meilleur buteur du club, tous deux sur le banc. Le salut devait donc passer par le Ballon d'Or d'un côté, et le capitaine d'un soir de l'autre. Les deux s'illustrèrent par leur conduite de balle, Messi s'offrant une bonne occasion à la dixième minute après une chevauchée intéressante, et Iniesta essayant de remonter les ballons dès l'entre jeu pour ensuite écarter à gauche, le plus souvent pour Pedro. Néanmoins, malgré plusieurs incursions dans la surface, ni ces deux joueurs, ni les autres n'étaient parvenus à réellement prendre le dessus sur leurs adversaires. Des sévillans plutôt entreprenants, avec donc une ligne de milieux offensifs à faire saliver les plus grands clubs (Jesús Navas, Perotti, et dans une moindre mesure Diego Capel), ne manquaient pas de s'introduire près de la surface, profitant notamment de certains moments de nonchalance de la part de l'axe inédit Chygrynskiy - Milito.



    De manière plus générale, il était difficile de mettre une appréciation globale sur le déroulement de la première période. Des interruptions nombreuses (fautes, hors jeux sévillans, ...), peu d'accélérations si ce n'est quelques relances d'Iniesta, et surtout peu de fantaisie hormis plusieurs gestes osés de Thiago Alcántara, plutôt entreprenant ce soir, rendaient ce premier acte rarement palpitant. Les occasions demeuraient légères (tête de Márquez, coup-franc de Romaric) et le jeu pas vraiment enthousiasmant, Barcelone ne parvenant pas à révolutionner la rencontre par son style habituel. À noter tout de même, un "but" refusé de Diego Capel pour hors jeu. Finalement, cette première période avait peu d'arguments à faire valoir pour se prétendre intéressante et, vu les noms que contenait le banc Blaugrana (Henry, Ibrahimovic, Xavi), on était en droit d'espérer la rentrée d'un peu de sang neuf pour dynamiser un match qui en avait bien besoin.



    Et effectivement, Guardiola décidait de lancer un de ses habituels titulaires dès le retour. C'était Ibrahimovic qui était sélectionné. Le suédois remplaçait Pedro, et Bojan Krkic passait à gauche. Pourtant, la première occasion était pour les visiteurs, et quelle occasion ! Servi en pleine surface, Renato frappait mais Pinto sortait le ballon et écartait le danger. Dans le jeu, le remplacement ne semblait pas offrir à Barcelone de réelles perspectives d'amélioration et l'équipe se cherchait toujours : peu d'inventivité, peu de variations, et un manque flagrant de détermination. Une envie qui devait bientôt être stimulée par l'ouverture du score du FC Séville : un but qui ridiculisa l'ensemble de la défense catalane. Daniel Alvés débordé et éliminé, Chygrynskiy positionné de manière très hasardeuse, Maxwell dont l'intervention se montrait totalement inutile, restait Gabriel Milito, seul au milieu de ce désordre, et lui aussi incapable d'empêcher le but de Diego Capel, réceptionnant un centre venant de la droite de la défense de Barcelone. 0 - 1 à la 59ème minute.



    Dans les minutes qui suivaient, Ibrahimovic, poussé dans la surface, pouvait obtenir un penalty mais l'arbitre ne bronchait pas. Guardiola choisissait alors de renforcer son milieu de terrain : Busquets remplaçait Gabriel Milito - Márquez passant en défense - et Xavi entrait à la place de Thiago Alcántara. Ce dernier changement coïncidait avec l'emballement du match. En effet, Barcelone se voyait d'abord refuser un but, une frappe de Bojan Krkic déviée par Ibrahimovic, à première vue à cause d'une faute du suédois (décision assez sévère si l'on compare avec le pnalty refusé quelques instants plus tôt). Puis, sur une magnifique ouverture de Márquez, le suédois semait les défenseurs adverses et s'en allait marquer, un but cette fois-ci accordé. Le renouveau de Barcelone, pensait-on, sauf que éville ne l'entendait pas de cette oreille. Passé côté droit, Diego Capel tentait de rentrer dans la surface et Chygrynskiy, maladroitement, comblait son retard pris sur cet adversaire par une faute évidente. Penalty ! Negredo ne se faisait pas prier pour transformer l'opportunité. 1 - 2 à la 75ème minute.







    Un but qui assomait les Blaugrana, pour une fois incapables de remonter. Et malgré les dernières tentatives de Messi qui, oubliant Ibrahimovic, frappait à côté, et Daniel Alvés, dont le "but" était refusé, les catalans devaient concéder la défaite à domicile, une première cette saison hors Ligue des Champions. Un match qui a au moins le mérite de poser des questions auxquelles aucune réponse n'a pour le moment été apportée : pourquoi Barcelone attend si souvent le but adverse pour commencer à jouer ? On ne pourra se fier constamment au miracle du but marqué à la 89ème minute, alors la décision doit nécessairement se faire plus rapidement. Et surtout, quelle est la véritable solution de remplacement pour la charnière Puyol - Piqué ? Chygrynskiy est davantage dans la Lune que sur un terrain de football, le futur rendement de Gabriel Milito reste une inconnue, et Abidal n'a presque jamais été envisagé comme un central par Guardiola - ce qui n'est pas forcément plus mal quand on sait que celui qui le remplacerait à gauche offre pour le moment un rendement bien banal. Peut-être Márquez, mais ses étourderies de la première partie de saison remettent en cause sa légitimité. Guardiola devra alors probablement rejouer la carte Yaya Touré à un moment ou à un autre, d'autant qu'il n'est plus son premier choix au milieu...



    Les joueurs
    13 - Pinto 7 : il a repoussé l'échéance face à Romaric, Renato, ou encore Lolo. De très bonnes parades. Sur le penalty, il avait choisi le bon côté.

    2 - Daniel Alvés 5 : battu sur le premier but, très présent le reste du temps.

    21 - Chygrynskiy 3 : plutôt moyen en première période avec quelques imprécisions, médiocre en seconde. Il est impliqué sur les deux buts.

    18 - Gabriel Milito 5 : pour son grand retour, on pouvait attendre le pire, ce ne fut pas le cas. Il est le moins responsable des défenseurs sur le premier but. Pour le reste, rien de sensationnel, mais ce n'est pas ce qu'on attendait de lui. Remplacé par Busquets, qui a été plutôt bon.

    19 - Maxwell 5 : lui aussi impliqué dans l'ouverture du score, où son intervention manque de consistance. Pas assez dangereux quand il décide de monter.

    4 - Márquez 5,5 : prestation honnête, assez sobre au milieu, rassurant derrière en comparaison avec ceux qui l'ont précédé dans ce match à ce poste. Néanmoins une relance manquée en fin de match, interceptée à bout portant, aurait pu coûter cher. Mais il est impossible de ne pas valoriser sa magnifique passe décisive.

    34 - Thiago Alcántara 6 : la bonne surprise de la soirée. Entreprenant, précis, et auteur de plusieurs gestes techniques bien éxécutés. Remplacé par Xavi.

    8 - Iniesta 6 : le plus en vue en première période, une excellente protection de balle et une bonne relance du jeu. Mais il n'a pas été heureux dans la dernière passe.

    10 - Messi 6 : plusieurs bonnes séquences, notamment une occasion en première période. Il aurait pu servir Ibrahimovic en seconde pour arracher l'égalisation.

    11 - Bojan Krkic 5 : il n'a pas assez pesé, à sa décharge, on attend autre chose des défenseurs (Chygrynskiy pour ne pas le citer) que des longs ballons en hauteur vers l'avant-centre comme s'il s'agissait d'un grand gabarit comme Ibrahimovic capable d'aspirer les ballons et de les amortir.

    17 - Pedro 5 : Rien à signaler. Remplacé par Ibrahimovic (6), buteur, et auteur d'une prestation convenable.

    Fiche technique
    Barcelone : Pinto ; Daniel Alvés, Chygrynskiy, Milito (Busquets, min.66), Maxwell ; Márquez ; Thiago Alcántara (min.71), Iniesta ; Messi, Bojan, Pedro (Ibrahimovic, min.46).

    FC Séville : Palop ; Dragutinovic, Escudé, F.Navarro ; Romaric, Lolo ; Jesús Navas (Renato, min.46), Perotti, Diego Capel ; Koné (Negredo, min.67).

    Buts : Diego Capel (min.59), Ibrahimovic (min.74), Negredo (min.75).

    Arbitre : Alfonso Pérez Burrull.


    source
     
    1 personne aime cela.

Partager cette page