Barcelone 2-0 Majorque : un premier pas vers la finale

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 6 Février 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Sans trembler, Barcelone s'est imposé deux buts à zéro dans le match aller des demis finales de Coupe du Roi face à Majorque. Henry et Marquez sont les buteurs.

    [​IMG]

    Les faits et le jeu

    Pour la troisième saison consécutive, Barcelone avait l'opportunité de jouer une demi finale de Coupe du Roi et, après avoir échoué face à Getafe et Valence, les catalans voyaient cette fois-ci le Real Majorque tenter de les priver d'une finale qui leur échappe depuis plus de dix ans. Pour relever ce défi, Pep Guardiola avait décidé d'aligner une équipe compétitive : Pinto, l'habituel titulaire en Coupe, était reconduit dans les buts, tandis que la charnière Piqué-Marquez prenait place devant lui. Sur les côtés, les latéraux brésiliens Daniel Alvés et Sylvinho étaient titularisés, tandis que Yaya Touré se chargeait du poste de pivot. Dans l'entre-jeu, un duo inédit était aligné : Andrés Iniesta substituait Xavi, souffrant, dans le rôle du meneur de jeu, aidé par Gudjohnsen, préféré à Keita et Sergio Busquets. Hleb, souvent titulaire dans cette compétition, Bojan Krkic, le « monsieur but » de la Coupe du Roi, et enfin Henry, complétaient le onze titulaire.

    Soucieux de ne pas être perturbés dans leurs habitudes, les hommes de Guardiola entamaient le match avec une occupation effective du camp adverse et un jeu tourné vers l'avant. Entreprenants, les barcelonais n'étaient d'ailleurs pas loins d'ouvrir le score, par Bojan, lequel tentait et réussissait une « Messi » en slalomant dans la defense, mais sa frappe était stoppée par le pied droit de Lux. Nullement assommés par cette belle occasion, les joueurs de Majorque tentaient de s'aventurer dans le camp Blaugrana, profitant des contres et, à la douzième minute, ils n'étaient pas loin d'obtenir une occasion qui aurait pu s'avérer fatale mais Mario Suarez, peu altruiste, oubliait un partenaire totalement démarqué et butait sur la defense barcelonaise. Dans le jeu, Iniesta avait enfilé la cape du meneur : présent sur toute la largeur du terrain, le manchego, capitaine ce soir, faisait profiter à son équipe de toute sa spontanéité et remontait le terrain avant de servir Henry. Le français, à qui revenait la charge d'être le leader offensif de l'équipe en l'absence de Messi et Eto'o, centrait au second poteau. Barcelone était alors tout proche de trouver la faille après que Hleb, héritant du ballon, ait offert une passe de qualité à Bojan, mais l'avant-centre butait pour la seconde fois de la soirée sur Lux.

    [​IMG]

    Côté visiteurs, les consignes semblaient claires : presser directement Rafael Marquez pour empêcher tout départ d'offensives, le méxicain se montrait d'ailleurs peu à l'aise face à ce traitement et ratait quasimment toutes ses relances de manière inquiétante. Malgré cela, Majorque ne parvenait pas à se procurer d'occasion franche et tentait la solution des frappes à mi-distance, mais Castro se montrait maladroit dans cet exercice. En plus de Marquez, un autre joueur voyait sa réputation de bon passeur mise à mal en cette première mi-temps : Yaya Touré, d'habitude si serein, perdait plusieurs ballons, certains pourtant faciles, et offrait une prestation inhabituelle. Le méxicain et l'ivoirien n'étaient pas les seuls à manquer leur sortie ce soir puisque Sylvinho se montrait particulièrement maladroit au moment de servir ses partenaires, Hleb avait quelques déchets dans son jeu et Pinto était peu rassurant sur l'une de ses seules prises de balles, la copie rendue par ces joueurs contrastant avec la justesse d'Iniesta, libéré en l'absence de Xavi et seul à la manoeuvre. Le plus beau mouvement de la première période était d'ailleurs issue du « 8 » barcelonais : servant Henry dans l'axe gauche, le français lui remettait intelligemment le ballon mais Iniesta ne bonifiait pas ce une-deux en frappant à côté des buts, à la trentième minute. Ce manque de réussite n'allait pas durer côté catalan, car cinq minutes plus tard, Henry marquait de la tête sur un centre venant de la droite mais, une fois n'est pas coutume, pas de Daniel Alvés, mais de Bojan, habituel buteur en Coupe, qui cette fois-ci se muait en passeur décisif. 1-0. Ce but inscrit par Henry était le seul d'une première mi-temps globalement maîtrisée mais sans véritable folie dans le jeu, si ce n'est sur quelques prises de balles d'Iniesta.

    Après la pause, les mêmes onzes Blaugrana prenaient place, Guardiola choississant comme à son habitude d'attendre avant de « rectifier » ses choix initiaux. Barcelone monopolisait rapidement le ballon et ne laissait aux adversaires aucune chance de créer une véritable situation dangereuse. Très vite, le public réclamait la présence de l'atout offensif numéro un de l'équipe, Leo Messi : Guardiola s'éxécutait et le faisait rentrer à la place d'Henry, ainsi que Busquets pour Gudjohnsen. Sur sa première prise de balle, Messi offrait un très bon ballon à Bojan qui ne trouvait pas le cadre. Le changement provocait un roulement en attaque, Hleb passant de la droite vers la gauche, et Messi retrouvant son aile de prédilection. Mais l'entrée de l'argentin n'empêchait pas Iniesta de rester le principal protagoniste côté Barcelone, ce dernier se montrant très en jambes et bonifiant chaque ballon reçu, tant par ses dribbles que sa qualité dans le jeu long. A la 64ème minute, ce sont cette fois les deux stars catalanes qui, ensemble, inquiétèrent la defense adverse : Messi>Iniesta>Messi, le une-deux fonctionnait parfaitement mais l'argentin, décisif lors des derniers matchs, n'ajoutait pas un énième but à son impressionnant compteur. Littéralement dépassés, les visiteurs ne pouvaient sortir efficacement de leur camp et Messi chipait un ballon au milieu de terrain avant de se projeter à toute vitesse vers le but. Après un premier double contact réussit, il était stoppé près de la surface. L'argentin n'en restait pas là et accumulait les tentatives. Très électrique, il ne parvenait pourtant pas percer le dernier rideau.

    De son côté, Busquets était aussi à créditer d'une bonne entrée, plus discrète, mais avec beaucoup de sang froid au moment de faire les choix. Mais le second but, qui paraissait inévitable tant la pression était forte, ne venait pas d'un nouvel entrant : c'est Marquez, qui avait convaincu Alvés de le laisser tirer un coup-franc légèrement décalé axe gauche, qui rappelait à tout le monde qu'il était un grand artificier en logeant le ballon au fond des filets, à la 73ème minute. 2-0. L'essentiel était alors de ne pas encaisser le fameux but à domicile qui peut s'avérer fatal en cas d'égalité. Les joueurs catalans se montraient ainsi plus « sages » et maîtrisaient le cuir sans risque. Guardiola utilisait son ultime changement en faisant rentrer le meilleur buteur de la Liga, Eto'o, pour faire sortir Bojan Krkic, cette fois non buteur, mais passeur décisif. Malgré quelques situations sérieuses, notamment un tacle viril de Marquez dans la surface, Barcelone remplissait son objectif et les buts de Pinto restait inviolés jusqu'à la fin. A 2-0 et à mi-chemin dans ces demis finales, les catalans sont plus que jamais favoris pour accéder à la dernière marche de la compétition. Pour un doublé coupe-championnat ?

    [​IMG]

    Les joueurs

    12-Pinto 5,5/10 : il ne s'est pas « endormi » mais a provoqué une petite frayeur en première temps, sans conséquence. Il offre des prestations honnêtes dans cette compétition.

    20-Daniel Alvés 6/10 : après un mois de janvier divin, il redescend sur terre depuis deux matchs, mais offre ce soir une prestation sérieuse. Il pourra toujours repartir de plus belle au prochain match puisque sa suspension est levée.

    3-Piqué 6/10 : il est le defenseur se projetant le plus, il n'hésite pas à relancer depuis le milieu de terrain. S'il ne peut se vanter de pouvoir marquer sur coup-franc, il a dans le jeu été plus convaincant que son partenaire, réussissant la plupart de ses ouvertures. Maître dans le domaine aérien.

    4-Marquez 6/10 : un match très paradoxal puisque d'un côté, il a manqué 90% de ses ouvertures en première période, chose rare pour être soulignée, mais d'un autre, il a été defensivemment efficace. Le fait le plus marquant de son match est tout de même un geste offensif, un maître coup-franc qui a consolidé la victoire de Barcelone en seconde période. A noter, un tacle viril en fin de match, sans conséquence.

    16-Sylvinho 5/10 : à l'instar de Touré, il a manqué plusieurs passes en première période. D'habitude sobre et rassurant dans les matchs de moindre envergure, il avait habitué à des prestations correctes, mais sa fiabilité a été quelque peu remise en question.

    24-- Yaya Touré 5/10 : il serait moins bien noté s'il ne s'agissait que de la première période où il a (presque) tout raté. Il est d'ailleurs bien étrange de commenter un match de sa part de cette façon tant il a habitué les supporters à des prestations solides, mais il a prouvé ce soir qu'il n'était pas infaillible. Efficace en seconde période où il a été sobre.

    8-Iniesta 7,5/10: Excellente sortie du capitaine, qui a semble-t-il voulu montré à quel point il maîtrise le double contact...Il n'a pas failli dans la transmission et a montré qu'il offrait une alternative plus que convaincante au poste normalement occupé par Xavi. Seule ombre : la finition.

    7-Gudjohnsen 5,5/10 : sa prestation a contrasté avec celle d'Iniesta qui a monopolisé les ballons dans l'entre-jeu et qui ne lui a laissé que peu de miettes. Néanmoins, il a assuré le nécessaire et a été présent à la récupération. Remplacé par Busquets, qui a bien régulé le jeu et qui continue de s'affirmer comme le meilleur partenaire possible de Touré et Xavi face à la faible concurrence proposée par Keita et Gudjohnsen.

    21-Hleb 5,5/10 : après une bonne entame de match, et un sérieux apport defensif, il a été moins précis dans les passes et n'a jamais déséquilibré la defense adverse. A quand le vrai déclic ?

    11- Bojan Krkic 7/10: la coupe est une bouffée d'oxygène pour lui, il est l'un des principaux protagonistes de cette épreuve côté Barça, si ce n'est le principal, et s'il n'a pas fait trembler les filets malgré en avoir eu l'occasion, il a offert une très bonne prestation au public du Nou Camp, se montrant généreux dans l'effort et offrant à Henry le premier but. Il mériterait la finale en cas de qualification tant son oeuvre dans cette compétition est importante. Remplacé par Eto'o.

    14-Henry 6,5/10 : Il n'a pas dynamité le rideau defensif adverse, mais il a offert, comme il en a pris l'habitude cette saison, une prestation convaincante et surtout il est resté efficace, à l'image de sa saison, en inscrivant le premier but. Rapidement remplacé par Messi qui a une nouvelle fois montré à quel point il respirait le football.

    Fiche technique

    Barcelone : Pinto; Alvés, Piqué, Marquez, Sylvinho; Yaya Touré, Iniesta, Gudjohnsen (Sergio Busquets, min.55); Hleb, Bojan (Eto'o, min.85), Henry (Messi min.55)

    Majorque : Lux; Scaloni, Josemi, Nunes, Ayoze; Mario, Cleber, Corrales (Marti, min. 57), Castro (Aduriz, min.76); Trejo, Webo (Jurado, min.69)


    Buts : Henry (min.35), Marquez (min.73)

    Arbitre : Muniz Fernandez


    Fcbaceloneclan
     

Partager cette page