Barcelone 4 - 0 Séville : cinq points d'avance !

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 17 Janvier 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Barcelone a repris ses droits ce soir. Son adversaire n'a cette fois-ci pas pesé très lourd face à l'insolente réussite des catalans. L'occasion pour Lionel Messi d'inscrire ses 100ème et 101ème but avec son club. Le Real Madrid, battu, est à cinq points...

    [​IMG]

    Quelques jours après son élimination en Coupe d'Espagne, Barcelone retrouvait le FC Séville. Les catalans s'étaient imposés un but à zéro, score qui n'avait pas suffit, et avaient livré une excellente seconde période. Par conséquent, Pep Guardiola avait choisi d'aligner la même équipe, c'est à dire le onze type - à l'exception bien entendu du poste de gardien où Valdés reprenait sa place. Devant le portier catalan, Daniel Alvés, Puyol, Piqué, et Abidal étaient ainsi titularisés. Sergio Busquets, Xavi, et Iniesta formaient la triplette cent pour cent made in Masia du milieu de terrain. Le trident Messi - Ibrahimovic - Henry complétait le onze. Côté sévillan, Manolo Jiménez avait au contraire préféré remanier son équipe puisque, si la défense était la même, Stankevicus, Lolo, Valiente, Carlos et Koné faisaient leur entrée.



    Les faits et le jeu
    Dès l'entame du match, Barcelone pressait très haut le FC Séville. Comme à chaque fois à domicile, le temps n'était pas à la tergiversation. À la sixième minute, Henry, bien lancé côté gauche, servait adroitement Ibrahimovic d'un excellent centre mais ce dernier, à bout portant et devant un but vide, ne pouvait frapper correctement le ballon. Une magnifique occasion s'envolait dès le début de la rencontre.



    Barcelone jouait correctement. Les ballons étaient bien négociés dans l'entre jeu et peu d'erreurs individuelles étaient à signaler. Les sévillans récupéraient très difficilement le cuir et n'avaient que trop peu de solutions devant pour concrétiser leurs rares offensives par des occasions. Ils essayaient alors de donner plus d'agressivité au milieu de terrain. Mais, encore une fois, ils se montraient bien trop imprécis dès l'arrivée des vingt-cinq derniers mètres. Côté Barcelone, Henry était l'attaquant le plus sollicité lors des vingt premières minutes. Mais l'action la plus remarquable était l'œuvre d'Iniesta, partant de l'entre jeu, il mystifiait plusieurs adversaires et, après un appui sur Ibrahimovic, donnait le ballon à Daniel Alvés qui ne trouvait pas le cadre. Une action des plus caractéristiques de la force de percussion du milieu espagnol, qui faisait se lever le public du Camp Nou.



    Barcelone maîtrisait simplement le jeu dans la suite de la rencontre, mais s'offrait peu d'occasions très franches. Xavi jouait très sobrement, tandis qu'Iniesta, le meilleur sur la pelouse, essayait d'apporter plus de vitesse au jeu dès le milieu de terrain. Les catalans parvenaient à s'approcher de la surface mais les tentatives manquaient de conviction. Petit à petit, Xavi gagnait en présence, mais les mouvements des attaquants, assez nombreux mais trop peu variés, ne prenaient pas à défaut la défense adverse et peu de choix s'offraient pour offrir le dernier ballon.



    À la 35ème minute, Messi tentait alors la solution de la frappe à mi-distance : il enroulait remarquablement son ballon et Palop devait se détendre pour sauver ses buts. C'était la dernière opportunité franche de la première période. Un premier acte au rythme très équilibré. Le tempo fut le même durant toute la partie, Barcelone domina son adversaire mais ne révolutionna néanmoins pas cette rencontre, les fulgurances des joueurs offensifs se faisant attendre.




    Devant l'ineficacité des attaquants en première période, les défenseurs prenaient rapidement leurs responsabilités. Sur un joli triangle Xavi - Márquez - Piqué, Barcelone ouvrait le score quelques minutes après le retour des vestiaires. Le mexicain avait remplacé Puyol à la mi temps et, servi par Xavi sur la droite, il centrait en direction de Piqué. Sous la pression de ce dernier, Escudé marquait contre son camp. 1-0. Barcelone était revenu avec plus de détermination. Le jeu devenait beaucoup plus vertical, et les joueurs se projetaient plus rapidement vers le but. La fréquence des occasions augmentait. Tour à tour, les trois attaquants avaient leur chance. D'abord Messi du pied droit, ensuite Henry sur une frappe à bout portant, puis Ibrahimovic qui voyait son "but" de la tête annulé pour un hors jeu.



    Thierry Henry se montrait plus convaincant que lors des rencontres précédentes. Iniesta était dans un très bon soir. Xavi, sans être dans son meilleur état de forme, était toujours efficace dans la transmission. À la 63ème minute, Guardiola lançait Pedro, le "serial buteur", à la place de Henry. Les occasions continuaient d'affluer. Après un cafouillage en pleine surface, ni Messi, ni Ibrahimovic, ne pouvaient marquer malgré leur positionnement avantageux. Ce n'était que partie remise pour Barcelone : à la 70ème minute, Pedro sollicitait un "une deux" avec Abidal - excellent tout au long du match - et frappait sur Palop, qui était lui aussi dans un grand soir. Quelques secondes plus tard, Xavi héritait du ballon et relançait dans la profondeur le jeune attaquant espagnol. Pedro piquait intelligemment son ballon. 2-0.



    Séville, abattu, ne semblait pas avoir les armes pour revenir, tant techniquement que physiquement. Les olé démarraient dans le public et les visiteurs ne pouvaient répondre qu'en ajoutant de l'agressivité dans leurs interventions. À un quart d'heure de la fin, l'issue du match ne faisait plus de doute. Séville avait perdu toutes ses illusions et était incapable, ou n'avait pas la volonté, d'attaquer. Barcelone avait ralenti le rythme et jouait le plus simplement du monde. Cela n'empêchait pas le club catalan de marquer à nouveau, comme pour sceller l'issue de ce match et surtout faire oublier l'élimination en Coupe : sur la droite Daniel Alvés bénéficiait d'une belle ouverture de Xavi, Pedro ne pouvait intercepter son centre de la tête, mais Messi était derrière et marquait sans difficulté le troisième but. Son centiéme en Blaugrana. Cela ne lui suffisait vraisemblablement pas, puisque quelques minutes plus tard, il inscrivait un dernier but, remarquablement servi par un Abidal métamorphosé depuis quelque temps. éville, trop résigné depuis le second but, était écrasé malgré le frein à main qu'avait levé Barcelone.



    La rencontre s'achevait donc sur le même score que l'an dernier et Barcelone, désormais titulaire d'une avance confortable, pouvait voir l'avenir avec optimisme.



    Les joueurs
    1 - Valdés 6 : une sortie spectaculaire en seconde période. Peu de travail le reste du temps.

    2 - Daniel Alvés 6,5 : il a manqué pas mal de centres, il n'était pas très bien réglé. Pourtant, il offre une énième passe décisive, peut-être du jamais vu pour un défenseur. Sa propension à donner le dernier ballon en fait un poison.

    5 - Puyol 7,5 : sorti très tôt, il avait jusque là effectué un match impeccable avec de bonnes interventions et une présence offensive intéressante sur les coup de pieds arrêtés. Remplacé par Márquez (6), centreur sur le premier but.

    3 - Piqué 7 : Il amène le premier but. Sobre défensivement.

    22 - Abidal 8,5 : tout simplement exquis. Des récupérations bien venues, des montées dangereuses (!), une passe décisive, une autre qui aurait pu l'être...Il est métamorphosé.

    16 - Sergio Busquets 6,5 : il a fait son match en jouant la tour de contrôle derrière Xavi et Iniesta. À l'aise dans les échanges dans les espaces réduits.

    6 - Xavi 7 : s'il a commencé timidement, il a finit par s'affirmer. Malgré quelques phases où on l'a moins vu, comment ne pas signaler qu'il est au départ des actions des premier et troisième buts, et qu'il offre à Pedro le second sur une passe dont il a le secret ?

    8 - Iniesta 7,5 : l'inverse de Xavi. Il a été virevoltant, efficace dans ses dribbles et ses ouvertures tout au long du match, mais n'a pas amené de buts. Un excellent match néanmoins, il a été le moteur de la cylindrée catalane.

    10 - Messi 7 : prestation juste honnête, jusqu'à la dernière partie du match où il a complètement profité de la résignation adverse pour marquer deux fois. Il est désormais "centenaire" en termes de buts avec son club.

    9 - Ibrahimovic 5 : la seule fausse note de la soirée. Il a manqué un but tout fait dès l'entame et n'a ensuite pas réussi à marquer la différence.

    14 - Henry 6 : on l'attendait beaucoup, il a globalement convaincu ou, du moins, a été satisfaisant par raport aux conjectures que l'on pouvait faire. Actif à gauche, altruiste, et n'a pas ménagé ses efforts.



    Fiche technique
    Barcelone : Victor Valdés ; Daniel Alvés, Puyol (Márquez, min.46), Piqué, Abidal ; Sergio Busquets ; Xavi, Iniesta (Bojan, min.86) ; Messi, Ibrahimovic, Henry (Pedro, min.63).

    Séville : Palop ; Konko (adriano, Min.59), Dragutinovic, Escudé, Fernando Navarro ; Marc Valiente (Duscher, min.46) ; Stankevicius, Lolo ; Jesús Navas, Carlos (Diego Capel, min.46) ; Koné.

    Buts : Escudé (csc) (min.49), Pedro (min.71), Messi (min.85), Messi (min.91).

    Arbitre : Carlos Delgado Ferreiro.


    source
     

Partager cette page