Barcelone - Transferts 2008-2009 : premier bilan

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 18 Janvier 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    En cette période de mi-janvier, le temps est aux premiers bilans concernant les recrues estivales du FC Barcelone. De Piqué à Alvés, en passant par Hleb ou Keita, tous ont voulu prouver que leur achat par l'un des plus grands clubs du monde était justifié.

    Martín Cáceres, l'énigme

    16,5 millions d'euros. C'est le prix qu'a déboursé Barcelone pour s'attacher les services de ce polyvalent defenseur uruguayen, dans l'optique de pallier la longue indisponibilité de Gabriel Milito. Une somme qui semble éxagérée au vu du temps de jeu que lui confère Guardiola, qui accorde plus de confiance à Piqué quand il s'agit de suppléer Marquez ou Puyol. Un investissement énigmatique donc, néanmoins, s'il a été titularisé avec parcimonie sur cette première partie de saison, il n'a globalement pas déçu, sans pour autant justifier un temps de jeu plus important. C'est dans l'axe qu'il est le plus souvent apparu, même si l'entraîneur Blaugrana l'a également testé sur le côté droit. A son arrivée, beaucoup voyaient en lui un possible renfort au poste d'arrière gauche (poste qu'il occupe en sélection) qui offrait peu de garanties avec Abidal et Sylvinho, mais il n'a pour le moment disposé d'aucune minute de jeu dans ce secteur, Guardiola lui préférant même Puyol dans ce registre.

    11 matchs joués


    Gerard Piqué, la relève

    Dès sa signature, son arrivée a semblé beaucoup plus rentable que celle de Cáceres. Le rapport qualité / prix n'est pas le même. Transfuge de Manchester United, où il a, semble-t-il beaucoup appris malgré son faible temps de jeu aux côtés de joueurs expérimentés comme Vidic ou Ferdinand, Guardiola en a rapidement fait un joueur régulier de l'équipe type. Si son style de jeu a pu laisser penser qu'il pourrait prendre la relève de Marquez, il a rapidement démontré qu'il pouvait jouer en même temps que lui dans l'axe, et augmenter la prise de risque de la defense. Technique, bon passeur, athlétique, il a commencé la saison en fanfares, offrant de très belles prestations et symbolisant le renouveau du FC Barcelone. Bénéficiant de plusieurs décalages de Puyol sur les côtés, notamment à gauche, il a pu conserver un temps de jeu élevé et prouver sa valeur. Moins en vue en fin d'année, son rendement a baissé sans pour autant couler. Il sera, à coup sûr, l'un des hommes forts de la future defense du Barça, apportant taille, relance, et danger de la tête sur les phases arrêtées. A noter, parfois, un certain manque de concentration et de précision sur les ouvertures.

    19 matchs joués, 1 but

    Daniel Alvés, le monstre

    Il est le defenseur le plus cher de l'histoire du club, et l'un des transferts les plus élevés, tous postes confondus. Cet investissement, que beaucoup attendaient depuis plusieurs saisons, a enfin été réalisé en 2008. Aujourd'hui, personne ne semble le regretter. Car si, sur les premières semaines de compétition, Daniel Alvés a semblé avoir du mal à récupérer le niveau qui faisait de lui le meilleur arrière droit du monde en 2005-2006-2007, il a littéralement explosé à partir d'octobre en offrant des prestations de premier ordre. Véritable piston entre la defense et le milieu, il s'incorpore à l'attaque de manière régulière, et dispose d'une capacité extraordinaire à réaliser la dernière passe. Il a déjà effectué 9 passes décisives toutes compétitions confondues, à la mi-saison, pour un "defenseur", ça sort de l'ordinaire. Ses centres apportent constamment le danger, et il a également prouvé qu'il pouvait marquer sur coup-franc, entre autres (deux buts depuis le début de la saison, dont un coup-franc). Defensivemment, il reste un obstacle périlleux pour les attaquants adverses, tant il parvient à presser rapidement le porteur du ballon. Son association avec Messi est l'une des meilleures armes du FC Barcelone. La seule nuance à apporter à son rendement, c'est qu'il laisse parfois beaucoup d'espaces derrière lui, mais son énergie, sa vivacité, et sa rapidité, lui permettent de rapidement revenir. De tous les latéraux passés par le Barça ces dernières saisons (Reiziger, Gabri, Coco, Sorin, van Bronckhorst, Sylvinho, Belletti, Zambrotta, Abidal,...), il est le plus convaincant, le plus incisif, et le plus décisif. Depuis l'époque de Ferrer et Sergi, Barcelone n'avait plus disposé d'un latéral aussi racé.

    27 matchs joués, 2 buts, 9 passes décisives


    Seydou Keita, l'intermittent

    Seydou Keita est l'un des joueurs qui a le plus bénéficé de la confiance de Guardiola en début de saison. L'entraîneur du Barça a souhaité faire de lui le nouveau titulaire au poste de pivot defensif, qu'il a occupé durant la pré-saison et le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Mais les problèmes rencontrés lors des premiers matchs au milieu de terrain, la promotion de Sergio Busquets, et l'apport de Yaya Touré qui s'est imposé de lui même malgré le peu de crédits dont il disposait au départ, ont remis en question sa présence dans le onze titulaire. Il est alors réapparu exclusivemment au poste de milieu axial gauche (en alternance avec Gudjohnsen et Busquets) qui semblait davantage lui convenir vu son goût pour les incursions rapides vers la surface. Mais son rendement ne lui a pas permis de s'imposer naturellement, et il reste aujourd'hui un choix secondaire dans l'entre-jeu, où il n'a pour le moment pas fait la différence sur ses concurrents. Une vélléité trop offensive (qui n'est pas que négative puisqu'elle lui a permis d'inscrire trois buts, notamment grâce à ses arrivées de deuxième ligne et ses interceptions sur les centres opposés d'Alvés), des moments d'absences durant les matchs, et beaucoup d'imprécisions, peuvent expliquer ce constat.

    23 matchs joués, 3 buts, 1 passe décisive


    Aliaksandr Hleb, le joker

    Arsenal est réputé pour céder ses joueurs à un moment où leur entraîneur estime qu'ils apporteront moins à leur équipe, et alors qu'ils ont encore une valeur élevée. A 27 ans, Hleb ne semblait pas appartenir à cette catégorie, d'autant qu'il restait sur une très bonne saison chez les gunners. Guardiola, dès son arrivée, a fait de la signature du biélorusse un objectif à accomplir le plus rapidement possible. Polyvalent, l'ancien joueur de Stuttgart pouvait en effet entrer dans plusieurs positions dans le schéma de jeu de l'entraîneur catalan. C'est au poste d'ailier, où il pouvait le plus exploiter ses qualités de dribbles et de dernière passe, tant à droite qu'à gauche, qu'il a exclusivemment été utilisé, le poste de milieu de terrain étant bloqué par la présence de nombreux joueurs (Xavi, Gudjohnsen, Sergio Busquets, Keita, voir Iniesta). A la mi-saison, le bilan est à nuancer. Hleb s'est blessé lors de la seconde journée de la Liga, contre Santander, alors qu'il réalisait une prestation convaincante. Revenu à un moment où l'équipe avait trouvé sa vitesse de croisière, il semblait difficile pour lui de regagner sa place. Ses prestations ont alternées le bien (Bâle), et le moins bien (Benidorm). Si la qualité de son rendement est encore sujette à discussion, Hleb reste un choix fréquent pour Guardiola, qui lui accorde une large confiance. Joker de l'équipe, il est le douzième homme et cette situation est partie pour durer.

    19 matchs joués, 3 passes décisives


    Sergio Busquets, la recrue "bonus"


    Sergio Busquets n'est pas une recrue à proprement parler. Provenant de l'équipe B, il était tout naturellement un joueur connu de l'entraîneur, qui en avait fait un pilier de sa formation lors de la saison 2007-2008. C'est ainsi qu'il eut sa chance dès les premières journées du championnat. Joueur complet, il a d'abord été positionné devant la defense, à l'époque où Guardiola doutait encore des capacités de Yaya Touré. Livrant des prestations convaincantes, il s'est installé dans l'équipe de manière rapide. Après le "retour" de Touré, Sergio Busquets a évolué dans une position plus avancée, mais toujours dans un rôle "multi-fonction". Son jeune âge fait qu'il n'est pas titularisé à tous les matchs, Keita et Gudjohnsen profitant également de la troisième place au milieu aux côtés de Xavi et Yaya Touré, mais il a démontré que grâce à son sens du jeu, sa capacité à jouer à une touche de balle, et son travail de couverture sur Xavi, qu'il était le joueur le plus apte à accompagner ces deux intouchables. Il est le joueur qui soulage le plus ses deux partenaires, Yaya Touré se voyant accompagné d'un autre coéquipier capable d'influer sur les phases de récupération, et Xavi pouvant évoluer dans un rôle différent de la saison dernière, qui lui permet d'offrir son meilleur rendement et de se consacrer à la transition milieu-attaque.

    20 matchs joués, 2 buts, 1 passe décisive


    Au milieu de la saison, et après une première moitié de championnat spectaculaire, le bilan des arrivées est plutôt positif. Si le coeur de l'équipe est construit autour de joueurs qui étaient déjà présents avant cette saison (Valdés-Marquez-Puyol-Touré-Xavi-Iniesta-Messi-Eto'o), l'apport de nouveaux joueurs a été conséquent, surtout celui de Daniel Alvés, l'un des hommes forts du Barça de Guardiola. A part lui, aucune recrue n'est titulaire indiscutable, mais quasimment tous bénéficient d'un temps de jeu régulier. Piqué, Keita, Hleb, Sergio Busquets, participent aux rotations régulières avec des joueurs comme Gudjohnsen, Henry, ou Yaya Touré et, ainsi, amènent eux aussi leur pierre à l'édifice en favorisant la récupération de ces joueurs, ce qui, à n'en pas douter, est l'un des points fort de ce Barça. Mais s'il ne fallait retenir qu'une seule arrivée, ce serait sans doute celle de l'entraîneur lui même, Pep Guardiola. Véritable leader, il a succédé à Rijkaard et redynamisé un groupe qui avait finit la saison dernière sur les rotules. Accordant sa confiance à tous ses joueurs, il leur offre un temps de jeu équilibré et prend soin de modifier sa composition match après match. Il a été l'un des facteurs importants du renouveau que connaissent plusieurs joueurs qui sortaient d'une saison délicate, comme Marquez, Puyol, Xavi, Iniesta, ou Eto'o, ou, à plus forte raison, Henry, qui revit cette année.
     

    Fichiers attachés:

Partager cette page