Boucle locale : l’ANRT approuve l’offre de IAML’autorité de régulation (ANRT) vi

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 19 Janvier 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    L’autorité de régulation (ANRT) vient d’approuver l’offre technique et tarifaire d’accès partagé à la boucle locale d’Itissalat Al –Maghrib (IAM) pour l’année 2007. Le tarif d’accès mensuel a été fixé à 50 DH/HT.

    L’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) a approuvé le 12 Janvier l’offre technique et tarifaire d’accès partagé à la boucle locale d’Itissalat Al –Maghrib (IAM) pour l’année 2007.


    En effet, après une série de négociations et d’échanges de courriers, IAM a transmis à l’ANRT son offre finale comprenant notamment :

    - un tarif d’accès mensuel de 50 DH (HT) au lieu de 135 DH (HT), initialement demandé par IAM ;
    - des améliorations significatives au niveau d’une part, du processus opérationnel et procédural pour la mise en œuvre du dégroupage partiel. D’autre part, au niveau des prix des prestations associées à ce dernier.

    Cette offre prend effet à compter du 08 janvier 2007.

    Quelle est la définition de la Boucle locale ? Pour quel besoin?


    La boucle locale est le terme attribué au dernier tronçon (situé entre la prise téléphonique de l’abonné final et le central local des câbles téléphoniques) de l’infrastructure qui arrive jusqu’à l’abonné final. Cette infrastructure a été développée et mise en place par l’opérateur historique, en l’occurrence IAM, qui monopolisait le marché des télécommunications au Maroc. Il en est donc le propriétaire.
    Aujourd’hui, avec l’entrée sur le marché de nouveaux opérateurs, la boucle locale doit être accessible pour ces derniers sans qu’ils soient obligés de la construire et de la déployer à nouveau car, pour ce faire, l’infrastructure nécessaire est extrêmement coûteuse. En revanche, ils ne peuvent déployer leurs services sans y accéder. En effet, c’est la boucle locale qui permet à tout opérateur de gérer, de bout en bout, le réseau qui le relie à ses clients. Elle lui permet également de proposer des offres différenciées.


    Ainsi, il a été décidé que l'opérateur historique devait fournir à ses concurrents un accès direct à sa boucle locale : c'est ce qu’on appelle le dégroupage de la boucle locale. En d’autres termes, c’est l’obligation pour l’opérateur historique de donner accès aux nouveaux entrants à sa boucle locale.

    Quels sont les types de dégroupage de la boucle locale ?

    Suite à la proposition de l’ANRT, il a été décidé de procéder au dégroupage de la boucle locale en deux phases. D’abord, un dégroupage partiel qui, selon l’arrêté de Monsieur le Premier Ministre, devait intervenir depuis le 8 janvier 2007.
    Ensuite, le dégroupage total qui interviendra le 8 juillet 2008 (18 mois après la mise en œuvre du dégroupage partiel).

    Le dégroupage partiel :

    Il s’agit d’un processus qui permet de mettre à la disposition du nouvel entrant, le tiers de la bande de fréquence "haute" de la paire de cuivre, sur laquelle le nouvel opérateur peut construire un service (Ex : ADSL). La paire de cuivre est donc exploitée conjointement par l’opérateur historique (IAM) et le nouvel opérateur (Méditel ou Wana).

    Ainsi, Sur la même paire de cuivre, IAM et le nouvel entrant proposeront des services différents. IAM continuera de fournir un abonnement téléphonique à son client ; et le nouvel opérateur va déployer ses services (Internet, télévision,…) à des clients qui disposent déjà d’un abonnement de « téléphonie fixe » avec IAM.
    Pour bénéficier de cet accès partagé, le nouvel opérateur versera à IAM un montant mensuel de 50 Dhs (HT).

    Le dégroupage total :

    Il s’agit d’un processus qui permet de mettre à la disposition du nouvel opérateur l'intégralité des bandes de fréquence de la paire de cuivre. Il a donc un accès total à la paire de cuivre. Dès que le dégroupage total sera opérationnel, le client choisira librement entre les trois opérateurs (IAM, Méditel et Wana) sans être obligé d’avoir un abonnement chez IAM.


    Quelle est la méthodologie suivie par l’ANRT pour aboutir à l’offre finale ?

    Depuis mai 2006, l’ANRT a tenu plusieurs réunions avec IAM, Médi Telecom et Maroc Connect (WANA) dans le but de prendre connaissance :

    - d’une part, des attentes des nouveaux entrants sur le marché du fixe,
    - d’autre part, des mesures qu’IAM doit prendre pour réussir la mise en œuvre de cette prestation.

    Suite à ces réunions, IAM a remis une première offre technique et tarifaire à l’ANRT en date du 6 octobre 2006. Cette offre a fait l’objet d’une étude approfondie par les services compétents de l’ANRT et a été transmise aux opérateurs alternatifs (Médi Telecom et Maroc Connect « Wana ») pour avis et commentaires, et ce, dans le cadre d’une démarche participative.

    Après consultation de ces derniers, l’ANRT a demandé à IAM d’apporter des modifications à son offre initiale. La révision a concerné notamment le tarif d’accès, les délais de mise en œuvre et la précision des tarifs de certaines prestations associées, comme la colocalisation.

    Par ailleurs, l’ANRT veillera, au fur et à mesure de l’avancement du processus opérationnel de mise en œuvre du dégroupage partiel à y apporter les améliorations nécessaires et les redressements utiles, et ce, à l’occasion de l’examen des offres ultérieures.

    Source - Maroc-It.Com
     

Partager cette page