Bourse de Casablanca : l’embellie se poursuit

Discussion dans 'Economie' créé par Le_Dictateur, 20 Février 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Les principaux indices de la Bourse de Casablanca ont progressé sur les cinq séances de la semaine allant du 12 au 16 février. Pour sa part, Addoha demeure en tête des dix valeurs les plus échangées.


    Sur les cinq séances de la semaine du 12 au 16 février 2007, la Bourse des Valeurs de Casablanca a drainé un volume d’échanges de 3, 36 milliards de dirhams sur 8 861 transactions, réalisées essentiellement dans le marché central (soit 3,13 milliards contre 214 millions pour le marché de blocs ). Ce sont 1 . 972. 054 titres qui ont changé de mains.


    Comme c’est déjà le cas depuis plusieurs semaines, la valeur Addoha, dopée par les perspectives et les analyses optimistes, trône seule au dessus des 10 valeurs les plus actives de la semaine. Le titre a drainé un volume de 759 972 790 dirhams, soit 22,5% de la valeur des transactions totales. Loin derrière, viennent le CIH (363,2 millions de dirhams), la BMCE (208, 5) et entre autres, les titres de l’ONA, de la Samir, de Managem, de Maroc Telecom et d’Attijariwafa bank, tous dans le top ten. Notons que sur la semaine, Addoha n’a pris que 30 dirhams, soit une variation de 1,07% de son cours, passé de 2800 à 2830 dirhams. Pour sa part, BMCE a progressé de 10,49% dans la semaine, à 1622 dirhams. De manière globale, le MASI a gagné 4,86 points (variation considérée en dollars) et le Madex de 4,98 points. En considérant les statistiques issus de la Bourse elle-même, c’est le secteur de l’agroalimentaire qui est le plus rentable cette semaine avec une variation de 6,62%.

    Le secteur de l’assurance a vu son indice progressé de 1,78%, contre 4,27% pour les bancaires et 2,02% pour l’immobilier. A l’inverse, le secteur des boissons abandonne 0,17 point et l’emballage stagne. L’embellie observée en Bourse est le reflet de la bonne santé de l’économie marocaine. Ainsi, comme le notait l’analyse Attijari Intermédiation, datée du 9 fèvrier 2007, «la reprise de l’économie nationale paraît solide et se généralise à un grand nombre de secteurs, réduisant le poids du secteur agricole dans la croissance du PIB». En 2006, l’activité économique a enregistré des performances satisfaisantes, affichant une progression de 8,1% du PIB contre 1,7% en 2005. L’on peut, partant de cette analyse, relever que le secteur des bâtiments et travaux publics et de ceux qui sont les plus dynamiques comme l’indiquent le rebond des crédits accordés par les banques à l’immobilier (+26,3%) et la progression des ventes de ciment (+8,7%).

    Le secteur tertiaire a bénéficié des actions menées par les pouvoirs publics dans le cadre de la vision 2010, visant le renforcement de l’infrastructure touristique et la promotion du produit national à l’étranger. Le secteur des télécommunications emprunterait la même tendance haussière en 2006, tirant profit du cadre légal et réglementaire mis en place par les pouvoirs publics pour assurer le développement du secteur. Les résultats publiés par l’ANRT font état d’une progression du parc des abonnés mobile de 24,2% à fin septembre pour s’établir à 14,9 millions.

    Risque pays : Le Maroc améliore sa notation

    Selon l’analyse d’Attijari Intermédiation, le dirham, (indexé sur un panier de devises ou prédomine l'euro à 80% devant le dollar) s'est vu déprécié de 1,6% face à l'éuro et apprécié de 6,6% face au dollar sur l'année 2006. En fin d'année 2006, le Maroc présente des signes de stabilité macro-économique avec une dette externe qui continue de diminuer (le ratio d'endettement public global est en recul à environ 80,2% du PIB à l'issue du premier semestre 2006). La relative solidité financière reconnue par les investisseurs étrangers contribue également à améliorer la notation risque pays. En effet, le Maroc se situe en catégorie A4 (Coface) et a été réévalué en catégorie 3 dans le classement de l'OCDE en octobre 2006. Le Maroc est donc bien classé comparé aux autres pays de la région malgré le risque de défaut de la dette publique, considéré comme acceptable.

    Source - Aujourd'hui Le Maroc
     
  2. ذات النقاب

    ذات النقاب أختكم في الله

    J'aime reçus:
    102
    Points:
    48
    Re : Bourse de Casablanca : l’embellie se poursuit

    merci pour les info sont tres utiles
     

Partager cette page