Bourse : Enfin un nouveau DG

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 17 Mars 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    FIN du suspens. Le feuilleton de la succession à la tête de la société de la Bourse des valeurs mobilières de Casablanca (SBVC) est bel et bien achevé. Après plusieurs mois d’intérim au poste de président du directoire de la BVC, Hicham Elalamy, DGA du CDVM, cède sa place à Karim Hajji. Selon nos informations, le nouveau DG prendra ses fonctions incessamment, histoire de remodeler les statuts pour le nouveau mode de gouvernance. Sa nomination intervient à la suite d’un casting international, qui aura tenu en haleine toute la communauté financière. Prononcée lors de la dernière réunion du Conseil de surveillance tenue jeudi 12 mars, cette nomination sonne, en l’occurrence, le glas de la formule directoire et Conseil de surveillance qui aura, aux dires de tous les protagonistes, «montré ses limites et pas seulement au niveau de la Bourse».
    Nommé pour une période de 3 ans renouvelables, Karim Hajji est un personnage bien connu du paysage financier marocain. Agé d’une cinquantaine d’années, il est diplômé de Sciences Po Paris. Par la suite, Hajji obtient un Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en marché des capitaux à Dauphine. Il achève son cursus éducatif par un Master of Business Administration (MBA) en finance à la New York University. Et pour mettre en pratique tous ses acquis théoriques, Karim Hajji a sévi «avec succès» dans un certain nombre de multinationales aux Etats-Unis, en Suisse, en Italie et au Maroc. Entre 1990 et 1994, il est propulsé conseiller direct du président de l’ONA de l’époque, Fouad El Filali. Pendant cette période, il a, également, occupé le poste de directeur général de la Monégasque, filiale du holding spécialisée dans la semi-conserve d’anchois. Après ce passage par l’agroalimentaire, il revient à ses premiers amours pour prendre la tête de la direction financière du holding Royal, jusqu’en 1998. A partir de là, Karim Hajji décide de se mettre à son compte et créer avec quelques partenaires de qualité, Atlas Capital, une banque d’affaires dont il a occupé la présidence, jusqu’à cette récente nomination. Se pose, alors, une possibilité de conflits d’intérêts? Rien de cela. Selon une source non autorisée, «Karim Hajji aurait déjà cédé ses parts dans la banque d’affaires à un cabinet de conseil de la place». Il s’agirait, selon la même source, de Hicham Chebihi, associé et directeur non exécutif de Capital Consulting.
    La tâche, semble-t-il, du nouveau DG n’est pas des plus aisées. Il devra trouver la parfaite alchimie qui remettra rapidement sur les rails la grosse machine, qui est la Bourse. Comment en assurer un fonctionnement efficient dans les meilleurs délais et aux meilleurs coûts? Comment aussi poursuivre le travail de sensibilisation au développement de la culture boursière?

    http://www.journaux.ma/maroc/actualite-marocaine/bourse-enfin-un-nouveau-dg
     

Partager cette page