Brice Hortefeux intervient pour régulariser une femme marocaine atteinte d'un cancer

Discussion dans 'Scooooop' créé par HANDALA, 13 Avril 2008.

  1. HANDALA

    HANDALA Bannis

    J'aime reçus:
    91
    Points:
    0
    Brice Hortefeux intervient pour régulariser une femme marocaine atteinte d'un cancer
    LEMONDE.FR avec AFP | 13.04.08 | 19h58 • ​



    Le ministre de l'immigration, Brice Hortefeux est intervenu pour qu'une femme marocaine souffrant d'un cancer de la thyroïde qui devait être reconduite à la frontière, dimanche 13 avril, soit libérée et pour que sa situation soit régularisée, a annoncé Thierry Coudert, son directeur de cabinet.


    Le CEFY (Collectif étrangers-Français en Yvelines) s'était ému du cas de Bouchra Ahrram, installée en France depuis 2002 et dont la carte de séjour pour soin, approuvée en 2005, n'avait pas été renouvelée en novembre 2007, le médecin inspecteur ayant estimé qu'elle pouvait être soignée au Maroc. La décision avait ensuite été confirmée par le tribunal administratif.

    "Le ministre a estimé qu'il s'agissait d'une application du droit un peu stricte, qui ne tenait pas compte des facteurs humains, auquel il tient tout particulièrement", a précisé Thierry Coudert. Mme Ahrram a été arrêtée, vendredi, alors qu'elle se rendait à la préfecture de Versailles pour "relancer son dossier". Elle a ensuite été conduite au Centre de rétention administrative de Plaisir. Selon le CEFY, elle a été mise en détention à Roissy après avoir refusé d'embarquer dans un avion pour le Maroc, dimanche.

    "ELLE A UN CDI, ELLE PAYE SES IMPÔTS"


    "Bouchra Ahrram est installée en France depuis janvier 2002. Elle s'y trouve avec ses deux parents, deux frères et une soeur nés tous les trois en France. Elle a un CDI, elle paye ses impôts", explique Daniel Richter, un membre du collectif. Il regrette que la préfecture se soit "bornée à suivre la décision du tribunal administratif sans vérifier la situation de la jeune femme qui ne peut pas être prise en charge au Maroc par ses deux soeurs"


    La préfecture des Yvelines indique que Bouchra Ahrram, qui a été notifiée de son obligation de quitter le territoire le 17 novembre, avait la possibilité de déposer un recours contre cette décision dans le mois qui a suivi mais qu'elle ne l'a pas fait. "Quand elle est venue en préfecture vendredi, elle était hors délai et a donc été emmenée en CRA pour être reconduite à la frontière", a justifié un porte-parole de la préfecture, cité par l'AFP.

    Le ministre de l'immigration était déjà personnellement intervenu, la semaine dernière, pour demander la régularisation d'Isabelle Guérin, une Béninoise qui s'était vu refuser le renouvellement de sa carte de séjour par la préfecture d'Indre-et-Loire suite à la mort de son mari. Après avoir pris connaissance des faits dans un article du Monde, M. Hortefeux avait estimé que le préfet "avait commis une erreur manifeste d'appréciation".
     

Partager cette page